Ialémos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le ialémos (en grec ancien Ἰάλεμος / Iálemos, « chant funèbre », « lamentation ») est un chant de lamentation dans la Grèce antique, ainsi qu'une divinité mineure personnifiant ce chant dans la mythologie.

Dans son troisième Threnos, Pindare l'associe à Hymen, Linos et Orphée, et en fait le fils d'Apollon et Calliope[1]. Le ialémos fait alors figure de genre poétique à part entière, et est cité plusieurs fois par les tragiques dans des scènes de lamentations[2].

Pendant l'époque classique, le genre perd progressivement sa popularité[3]. Le nom ialémos devient alors proverbial pour désigner ce qui inspire la pitié (Ἰαλέμου ψυχϱότεϱος / Ialémou psykhóteros)[4] ou bien dans l'expression « plus nu qu'un Ialémos » (Γυμνότερος Ἰαλέμου / Gymnóteros Ialémou)[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pindare, fr. 128c Maehler. Voir aussi Souda [(en)(grc) lire en ligne], s.v. Ἰάλεμος, qui en fait le fils de Calliope.
  2. Eschyle, Les Suppliantes [détail des éditions] [lire en ligne], 106 ; Euripide, La Folie d’Héraclès [détail des éditions] [lire en ligne], 109 et Les Suppliantes [détail des éditions] [lire en ligne], 283.
  3. Voir scholie à l'Oreste d'Euripide, 1375 ; scholie à Apollonios de Rhodes, IV, 130.
  4. Zénobios, Proverbes, IV, 39 [lire en ligne]. Voir aussi la notice de la Souda.
  5. Souda, s.v. Γυμνότερος Ἰαλέμου.