IDL (langage)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IDL.
Page d'aide sur l'homonymie "Ne doit pas être confondu avec Interface description language
IDL (Interactive Data Language)
Apparu en 1977
Auteur David Stern
Développeur David Stern & ITT Visual Information Solutions (ITT VIS)
Dernière version stable 8.3 (le 8 janvier 2014)
Typage dynamique
Système d'exploitation Multiplate-forme
Licence propriétaire
Site web [1]

IDL, acronyme d'Interactive Data Language, est un langage de programmation propriétaire apparu à la fin des années 1970, et qui est rapidement monté en puissance dans les domaines de la télédétection et de l'astronomie. IDL est un langage vectoriel de traitement de données et de visualisation très répandu dans l'industrie et dans la recherche.

Un langage propriétaire innovant[modifier | modifier le code]

IDL est un langage qui, au début des années 1990, présentait de nombreuses avancées par rapport à d'autres langages (Fortran, C et Pascal) utilisés dans certains laboratoires où la programmation était non pas un sujet de recherche en soi mais un outil pour traiter des observations. Il offre, à une époque où Fortran 90 n'était pas vraiment encore disponible, et C++ pas vraiment défini, une gestion objet des quantités (nombre, vecteur, tableau) sans écrire de boucle, un affichage de traces (1D, 2D, 3D) à l'écran sans faire appel à des bibliothèques graphiques alors limitées (pgplot) ou complexes (X11 Motif).

Quoiqu'interprété, un usage raisonnable (déjà en proscrivant les boucles explicites) dans un contexte adéquat (opération globale sur des vecteurs ou des matrices) ne donnait pas de différence notable en temps de calcul par rapport à du Fortran.

Les arguments majeurs en faveur d'IDL sont :

  • une syntaxe claire
  • un apprentissage très rapide en venant de Pascal, Fortran, Caml ou C
  • une rapidité de programmation
  • la main sur les données (la commande HELP donnant accès à toutes les variables connues)

Les inconvénients :

  • un langage propriétaire dont les licences sont coûteuses
  • une évolution un peu chaotique des Widgets
  • un délicat passage à une approche objet artificielle (non demandée par les utilisateurs)

Comparaison avec des langages semblables[modifier | modifier le code]

Des comparaisons sont aussi parfois faites avec matlab et octave.

Une alternative libre[modifier | modifier le code]

Depuis 2004, GNU Data Language, un clone libre d'IDL sous licence GNU/GPL, est en cours de développement.

Liens externes[modifier | modifier le code]