ICE 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le train. Pour la société de production cinématographique, voir ICE3.

ICE 3

Un ICE 3 sur la LGV Cologne - Francfort, près du tunnel d'Oberhaider Wald.

Un ICE 3 sur la LGV Cologne - Francfort, près du tunnel d'Oberhaider Wald.

Identification
Exploitant(s) Deutsche Bahn
NS
SNCF - Alleo
SNCB
CFF
Type Velaro
Composition 8 caisses
Couplage UM2
Constructeur(s) Siemens +Adtranz, Bombardier, Alstom
No  de série 403 et 406
Nombre 67
Mise en service 2000
Affectation Grande vitesse Allemande; Francaise; Helvetique; Belge et Hollandaise
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Bo'Bo'
Écartement standard
 Tension ligne de contact 15000 ; 1500 ; 3000 ; 25000 V
Moteurs de traction 16 moteurs
Masse totale 409 t
Longueur totale 200 m
Vitesse maximale 330 (théorique); 320 (LGV Est-Européenne) km/h
Places assises
1re cl. 2e cl.
Places
98 362
Puissance
Continu Alternatif
kW
4300 8800

Les ICE 3 sont des rames automotrices électriques construites par Siemens AG et exploitées par la Deutsche Bahn et la Nederlandse Spoorwegen. Les premières furent mises en service en 2000. Ce sont les trains les plus rapides en Allemagne, avec une vitesse de pointe de 330 km/h.


Les numéros de série (403, ou 406) sont les mêmes chez la Deutsche Bahn et chez les Nederlandse Spoorwegen.

Historique[modifier | modifier le code]

Dès les premiers développements, la DB avait pensé développer une motrice multi-système pour la circulation internationale, au-delà des pays à l'électrification de 15 kV de 16,7 Hz. Étant donnée la difficulté d'adapter les voitures trop larges à la circulation en France, par exemple, le développement d'un train entièrement nouveau a été entrepris, pour être conforme aux spécifications techniques d'interoperabilité (TSI) de la Communauté européenne, déjà en cours d'élaboration, le résultat est l'ICE 3.

Rames ICE 3M (NS) et ICE 3 (DB) accouplées : le train Munich - Francfort - Cologne est scindé à Duisburg, pour desservir Amsterdam et Dortmund.

L'ICE 3 a été mis en service en 2000. En 1995, la Deutsche Bahn avait commandé 37 exemplaires de la version monocourant, et 13 rames de la version multi-système ; de son côté la Nederlandse Spoorwegen en avait commandé quatre. La Deutsche Bahn a depuis commandé 13 trains mono-système supplémentaires, livrés entre novembre 2005 et début 2006, soit un total de 50 trains monocourant.

Deux versions mono et multicourant[modifier | modifier le code]

L'ICE-3 existe en deux versions :

  • une mono-courant pour 15 kV a 16,7 Hz pour le service en Allemagne ("série 403")
  • une version multi-système (ICE 3M, ou Série 406) pour le service international et transfrontalier de l'Allemagne avec les Pays-Bas, la Belgique, la France, et la Suisse. Cette version multi-système, nommée ICE-3M, roule avec les quatre alimentations de courant trouvées sur le continent européen : 15 kV à 16,7 Hz (Allemagne, Autriche, Suisse, Suède, Norvège) ; 25 kV à 50 Hz (France, Espagne, Italie, Belgique, Pays-Bas) ; 3 kV Courant Continu (CC) (Belgique, Italie) et 1,5 kV CC (Pays-Bas, Sud de la France et certaines lignes de la région parisienne, Italie). Elle peut également utiliser divers systèmes de contrôle du train.

Détails techniques[modifier | modifier le code]

Le gabarit est limité au GB et GC de la fiche 505-1 de l'UIC, les portes sont optimisées pour des quais de 55 et 67 cm au-dessus du rail. La rame (8 voitures) a une longueur de 200 mètres. La motorisation répartie laisse plus de places pour les voyageurs et permet de rester sous le poids maximal de 17 tonnes par essieu. La vitesse maximale (330 km/h) est plus élevée qu'avec les ICE originaux (280 km/h).

Les équipements[modifier | modifier le code]

Les équipements électriques et la motorisation ne sont plus concentrés dans une motrice de tête, mais répartis dans (trois ou) quatre voitures, qui forment ensemble un module de base. Deux modules de base symétriques forment une rame typique (huit voitures), dont la moitié des 32 essieux est motorisée. La voiture pilote avec les deux voitures derrière forme une unité de traction inséparable.

La deuxième voiture (derrière la voiture pilote), porte le pantographe, et contient le transformateur. Les convertisseurs de courant sont situés en dessous des première et troisième voiture, ils fournissent le courant aux quatre moteurs des quatre essieux de ces voitures. Les bogies des deux autres voitures, non motorisés, contiennent le frein à courant de Foucault. La batterie se trouve en partie basse de la quatrième voiture.

La version multi-système (Série 406) se distingue par deux pantographes additionnels :

  • un sur la quatrième voiture, plus étroit, pour la Suisse et pour les lignes électrifiés en 25 kV à 50 Hz en France et Belgique (le pantographe standard est aussi prévu pour les lignes nouvelles aux Pays Bas)[1];
  • un sur la troisième voiture pour le courant continu;
  • ainsi que des équipements déplacés dans des armoires au niveau des cabines, diminuant d'autant le nombre de sièges dans ces rames.

Les compartiments[modifier | modifier le code]

À chaque extrémité du train se trouve un compartiment pour voyageurs : l'un de première classe, l'autre de seconde classe. De ces deux compartiments, on peut avoir une vue sur la voie, la paroi les séparant du compartiment du conducteur étant transparente. Cependant, dans certaines circonstances, le conducteur peut rendre cette paroi opaque grâce à une commande spéciale.

Le train comporte également un compartiment avec une aire de jeux pour enfants.

La compagnie néerlandaise de chemins de fer - Nederlandse Spoorwegen (NS) - possède quatre rames ICE 3, avec la même livrée que leurs homologues allemandes excepté le sigle bleu des NS. Elles circulent en pool avec leurs homologues allemandes sur les axes Amsterdam-Cologne-Francfort-Bâle et Amsterdam-Cologne-Francfort-Nuremberg-Munich.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Elektrische Ausrüstung der neuen ICE-Triebzüge der DB Reise & Touristik", par Heinz R. Kurz, en "elektrische bahnen", Vol. 98 (2000), no. 11-12, p. 429-440

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]