IBM 5100 et 5110

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'IBM 5100 et l'IBM 5110 de la firme IBM furent les premiers ordinateurs personnels de cette société, construits dans les années 1970 avec les limitations technologiques de cette époque. Ils étaient motorisés par un cœur sur lequel IBM ne communiqua pas - peut-être un contrôleur d'écran[1] - associé à une émulation de microprocesseur au moyen de mémoire morte en grande quantité. Cette conception se nommait PALM : put all logic in microcode.

l'IBM 5100[modifier | modifier le code]

L'IBM 5100, lancé en 1975 - donc deux ans avant l'Apple II - est le premier ordinateur personnel commercialisé par IBM. Transportable, il était muni d'un écran monochrome et d'une unité de bande (adressable par blocs) intégrés, et acceptait en option une imprimante à aiguilles ; il était équipé d'un CPU IBM PALM (Put All Logic in Microcode) cadencé a 1.9MHZ , il possédait aussi tout son système et ses langages en mémoire morte.

Il existait en trois versions : A (APL), B (BASIC) et C (combiné, c'est-à-dire APL + BASIC)

l'IBM 5110[modifier | modifier le code]

L'IBM 5110, lancé en 1978, constituait une variante de l'IBM 5100 destinée à un public plus large. Il corrigeait deux des principaux défauts du 5100 : sa lenteur relative et l'impossibilité d'utiliser l'écran autrement qu'en mode machine à écrire. Sur le 5110, chaque caractère de l'écran était adressable, et on pouvait y écrire comme y lire des informations.

Deux autres défauts n'étaient pas corrigés : le poids élevé de la machine (25 kg) qui la rendait peu transportable et la lenteur du stockage sur cassette adressable. Ce dernier point est d'autant plus regretté qu'IBM avait alors déjà introduit la disquette. Mais celle-ci souffrait de deux inconvénients : son format de l'époque, qui était le « 8 pouces » et n'aurait pas tenu dans un 5110, et la faiblesse de son stockage, encore limité alors à un peu plus de 100 ko alors qu'une cassette contenait le triple.

Les écrans des deux machines n'étaient pas graphiques, mais la workspace GRAPHPAK permettait toutefois la création de graphiques sur une imprimante matricielle associée.

Le principal concurrent des 5100 et 5110 était l'ordinateur scientifique de table HP 9825 plus rapide, qui gérait de façon bien spectaculaire les interruptions et le temps réel avec son langage « maison » HPL, mais ne proposait pas APL. Les DEC PDP8 avec leur langage FOCAL étaient répandus aussi dans les laboratoires, mais ne présentaient pas le même degré de convivialité.

Il a été suivi en février 1980 par le 5120 : l'écran est plus grand. Les mêmes langages et logiciels sont utilisés[2].

Si l'on omet le Datamaster[3] pour ainsi dire mort-né et le bricolage du Visiotexte[4] fonctionnant de façon non documentée sous CP/M, IBM ne fera plus d'ordinateur personnel avant son modèle 5150, en 1981, qui deviendra le PC.

Visuellement, l'appareil se distinguait de son prédécesseur par une façade noire et non plus beige.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • L'IBM 5100 est censé posséder des matériaux nécessaires au voyage dans le temps, d'après John Titor.
  • L'IBM 5100 est recherché dans le jeu vidéo et l'anime sur le même thème, Steins;Gate (Sous le nom de IBN5100).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]