I-19 (sous-marin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
I-19
Image illustrative de l'article I-19 (sous-marin)
Sous-marin japonais I-19, photo non datée

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine impériale japonaise Marine impériale japonaise
Commandé mars 1938
Lancement 16 septembre 1939
Statut Coulé le 25 novembre 1943 par l'USS Radford (en)
Caractéristiques techniques
Constructeur Mitsubishi Heavy Industries, Kobe
Type Sous-marin type B1
Longueur total : 108,7 mètres (356,62729713 pi)
Maître-bau total : 9,3 mètres (30,51181107 pi)
Tirant d'eau 5,1 mètres (16,73228349 pi)
Déplacement 2 584 tonnes en surface

3 654 tonnes en plongée

Propulsion 2 diesels

Moteurs électriques

Puissance diesels 12 400 ch (9 250kW)

électriques 2 000 ch (1 500kW)

Vitesse 23,5 nœuds (43,522 km/h) en surface

8 nœuds (14,816 km/h) en plongée

Profondeur 100 mètres (328,08399 pi)
Caractéristiques militaires
Armement 6 tubes lance torpille avant de 533 mm

17 torpilles 1 canon de pont de 14cm/50 cal. 1 hydravion

Rayon d'action 14 000 milles marins (25 928 km) à 16 nœuds (29,632 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 94 officiers et marins

Le I-19[1] était un sous-marin japonais de Type B1 ayant servi durant la Seconde Guerre mondiale dans la Marine impériale japonaise. Il fut responsable du naufrage de l'USS Wasp et de l'USS O'Brien (en) et des dégâts infligés à l'USS North Carolina au cours de la campagne de Guadalcanal.

Opération K-1[modifier | modifier le code]

Le 23 février 1942, l'hydravion du I-19 fit un vol de reconnaissance au-dessus de Pearl Harbor (Hawaï), en appui de l'Opération K-1, une deuxième attaque contre Pearl Harbor par la Marine japonaise. Le 4 mars, il atteignit le banc de sable de la Frégate française pour servir de balise radio relais pour les hydravions « Emily » qui étaient prévus pour l'attaque de Pearl Harbor. Finalement l'attaque fut annulée.

Torpillage de l'USS Wasp et de l'USS O'Brien[modifier | modifier le code]

Le 15 septembre 1942, alors qu'il patrouillait au sud des Îles Salomon au cours de la campagne de Guadalcanal, le I-19 eut un contact visuel et attaqua le porte-avions américain Wasp, en tirant six torpilles. Deux torpilles atteignirent le Wasp causant de lourds dégâts, touchant notamment les réserves de carburant[2]. Avec la propulsion mise hors d'usage par les dégâts causés par les torpilles, les brigades de sécurité (en) du Wasp furent incapables de contenir les incendies déclenchés et le navire fut finalement abandonné et sabordé[2],[3]. Trois torpilles de la même salve, souvent abusivement attribuées à un second sous-marin japonais[réf. nécessaire], touchèrent le cuirassé USS North Carolina (BB-55), pour l'une, ainsi que le destroyer USS O'Brien (DD-415) (en) pour une deuxième, tandis que la troisième poursuivait sa course jusqu'à épuisement de son carburant. L'USS O'Brien sombra un peu plus tard en chemin pour réparer le 19 octobre 1942. Des dégâts significatifs furent infligés au North Carolina, l'obligeant à rester en réparation à Pearl Harbor jusqu'au 16 novembre 1942. Au bout du compte, cette unique salve de torpilles qui coula un porte-avion, un destroyer et endommagea lourdement un cuirassé fut par conséquent l'une des plus destructrices de l'histoire[4]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « I-19 », sur wrecksite.eu (consulté le 22 novembre 2013)
  2. a et b (en) « Navy History: Wasp »
  3. (en) « Aircraft carrier USS Wasp »
  4. (en) « Submarines of the Imperial Japanese Navy »