I, Claudius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

I, Claudius est un film britannique réalisé par Joseph von Sternberg en 1937.

Produit par Alexandre Korda et interprété par Charles Laughton (Claude), Merle Oberon (Messaline), Emlyn Williams (Caligula) et Flora Robson (Livia) le film raconte la discrète montée au pouvoir du futur empereur Claudius, à la fin du règne sanglant de son neveu Caligula, d'après une partie de la biographie romancée éponyme de Robert Graves parue en 1934.

En 1935, Sternberg, malgré la série triomphante de ses sept films mythiques avec Marlène Dietrich entre 1930 et 1935, décide de quitter Hollywood et ses dictats en 1936, après deux échecs. Alexandre Korda lui propose de réaliser un film sur l'ascension du futur empereur romain Claudius, malgré sa réputation de réalisateur difficile. Mais ses rapports avec Korda, producteur prolixe et exigeant s'annoncent tendus, d'autant que ce dernier est aussi réalisateur. Ce dernier lui impose un co-scénariste, Lajos Biro, ainsi que la distribution avec, en tête d’affiche, Charles Laughton, avec qui il vient de faire La vie privée d'Henry VIII et Rembrandt , et des comédiens anglais.

Malgré cela, Sternberg accepte tout, car le sujet le passionne. Pendant le tournage, la tension monte, Sternberg ne supporte ni le cabotinage de Laughton (notamment quand il n’arrive pas à bégayer comme le rôle l’imposait), ni la surveillance pointilleuse de Korda, aussi despote et interventionniste que lui-même. Cela ne pouvait que mal se finir. Après moins d’un mois de tournage tendu, l’accident de voiture de Merle Oberon met un terme brutal brutal et définitif au film.

Dans un documentaire, L'épopée qui jamais n'exista : Moi Claudius, réalisé par la BBC en 1965, on put découvrir pour la première fois les scènes flamboyantes tournées et montées, dans le plus pur style de son auteur.

Lien externe[modifier | modifier le code]

(en) I, Claudius sur l’Internet Movie Database