Iñaki Urdangarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Duc de Palma de Majorque

Iñaki Urdangarin
Titre Duc de Palma de Majorque
Grand d'Espagne
Biographie
Nom de naissance Iñaki Urdangarin Liebaert
Naissance (47 ans)
Zumarraga (Espagne)
Conjoint Cristina de Borbón y Grecia
Enfants Juan Valentín Urdangarín y de Borbón
Pablo Urdangarín y de Borbón
Miguel Urdangarin y de Borbón
Irene Urdangarin y de Borbón

Coat of arms of Iñaki Urdangarín, Duke of Palma.svg

Iñaki Urdangarin Liebaert, né le à Zumarraga, est un ancien joueur de handball espagnol, ayant joué en équipe nationale. En épousant l'infante Cristina de Borbón, seconde fille du roi Juan Carlos Ier d'Espagne, il devient duc consort de Palma de Majorque.

Du 4 octobre 1997 (date de son mariage) au 19 juin 2014 (date d'accession au trône de Felipe VI), le duc était membre de la famille royale officielle d'Espagne[1].

Études[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Escuela superior de administración y dirección de empresas, ESADE (« École supérieure d'administration et de direction d'entreprises »).

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse le 4 octobre 1997 à Barcelone l'infante Cristina de Borbón, seconde fille du roi Juan Carlos Ier et de la reine Sofía[2],[3]. De ce mariage naissent quatre enfants, trois fils et une fille, tous nés à Barcelone et considérés comme grands d'Espagne avec le traitement d'« excellence », selon le décret royal du 6 novembre 1987 :

  • Juan Valentín de Todos los Santos Urdangarin y de Borbón (né le 29 septembre 1999)
  • Pablo Nicolás Sebastián de Todos los Santos Urdangarin y de Borbón (né le 6 décembre 2000)
  • Miguel de Todos los Santos Urdangarin y de Borbón (né le 30 avril 2002)
  • Irene Urdangarin y de Borbón (née le 5 juin 2005)
En 2006, le duc et la duchesse de Palma de Majorque (à gauche) auprès du roi et de la reine d'Espagne, lors de la visite du président Vladimir Poutine en Espagne

Depuis l'abdication du roi Juan Carlos Ier en faveur de son fils Felipe VI, le 19 juin 2014, l'infante Cristina et Inaki Urdangarin restent membres de la famille royale d'Espagne, en qualité de membres de la famille du roi. (L'Espagne faisant la distinction entre la famille royale officielle, et la famille du roi).

Représentations officielles[modifier | modifier le code]

De la date de son mariage en 1997, jusqu'en décembre 2011 (affaire Noos, voir ci-après), le duc était très actif au sein des activités royales, avec son épouse. Par exemples, pour reprendre des représentations récentes, recensées par le site de la Maison Royale d'Espagne :

Le 14 septembre 2011, ils sont invités par le président Barack Obama, au gala de l'Institut hispanique des États-Unis[4].

En 2009, le gouvernement régional de la Catalogne reçoit les duc et duchesse de Palma de Majorque, afin de les nommer membres d'honneurs d'un cercle culturel, lié à la musique[5]. En 2008, Ils président la finale de l'open de Tennis de Barcelone, et remettent la coupe à Rafael Nadal[6]. Ils présideront également une exposition culturelle et historique, à Saragosse[7]. La même année, le couple visite l'Université d'Harvard avec l'Ambassadeur d'Espagne aux États-Unis[8]. Le lendemain, ils visitent la bibliothèque de Boston[9]. En 2005, à Barcelone, le duc et la duchesse présidaient la remise d'un prix littéraire[10].

Affaire Nóos[modifier | modifier le code]

En novembre 2011, Iñaki Urdangarin et ses associés font l'objet d'une enquête dans le cadre de l'affaire Nóos, elle-même dérivée de l'affaire Palma Arena[11],[12],[13],[14],[15],[16]. Le 10 novembre, les médias annoncent le probable détournement de fonds publics à partir de l'Institut Nóos que préside Iñaki Urdangarin[17]. L'enquête porte également sur Carlos García Revenga, trésorier de l'Institut Nóos et secrétaire des Infantes, au service de la Maison royale[18].

Le 12 décembre 2011, le palais de la Zarzuela publie un communiqué dans lequel il est précisé qu' Iñaki Urdangarin est écarté des activités officielles de la famille royale, pour son comportement jugé « non exemplaire », selon la Maison royale[19].

Dans son traditionnel message de Noël, le 24 décembre 2011, le roi Juan Carlos fait implicitement allusion à cette affaire.

Le 29 décembre 2011, l'époux de l'infante Cristina d'Espagne est mis en examen pour malversation, fraude fiscale, trafic d'influence, escroquerie et blanchiment. L'audience devrait avoir lieu à la mi-2015[20].

Le 3 avril 2013, l'infante Cristina est mise en cause dans cette affaire, soupçonnée de complicité dans les détournements de fonds présumés. Si la procédure est un temps suspendue à la demande du parquet le 7 mai, l'infante est de nouveau inquiétée par la justice[21] et devra comparaitre pour complicité dans les délits contre le fisc[20].

Depuis 2013, l'affaire judiciaire de plus en plus axée sur son épouse, n'exempte pas pour autant Iñaki Urdangarin de poursuites. Ce qui amène les médias à dévoiler le statut de protection, dû à son rang, que lui accorde le gouvernement lors de déplacements nécessaires à l'instruction judiciaire, comme en décembre 2014[22].

En février 2015, il est révélé que le juge Castro à l'origine des poursuites contre l'infante Cristina et son époux, sera prochainement mis à la retraite. Le juge avait demandé à prolonger son temps de travail, pour continuer l'instruction de cette affaire, ce qui lui a été refusé[23] .

Dérives judiciaires[modifier | modifier le code]

Lors de la comparution de son épouse, le 8 février 2014, dans le bureau du juge Castro, un film de l'audition est réalisé. La vidéo clandestine est publiée par le journal El Mundo. L'infante porte plainte. Cependant, plus d'un an après, la vidéo est toujours présente sur le site du journal[24]. Depuis, le couple doit faire face à d'autres fuites judiciaires dans les médias, qui touchent à la vie privée, notamment des mails qui n'ont pas de lien avec l'affaire. Par exemple, en avril 2015, des échanges amicaux captés par la justice, entre Inaki Urdangarin et des membres de la famille royale Bulgare sont dévoilés[25].

Vie familiale en Suisse[modifier | modifier le code]

Lors de l'été 2013, son épouse et ses enfants s'installent en Suisse. L'infante Cristina loue un appartement dans un hôtel particulier de la rue des Granges (réputée pour être celle de nombreux aristocrates) à Genève.

Pour leur emménagement, la députée Loly Bolay, ancienne présidente du Grand Conseil genevois, rencontre le couple pour lui souhaiter la bienvenue[26].

Iñaki Urdangarin reste d'abord en Espagne, pour plus de praticité, en raison de l'affaire judiciaire (citée plus haut), puis il rejoint le nouveau domicile familial peu de temps après. Depuis, il n'est pas rare que la presse relate la nouvelle vie du duc et de la duchesse de Palma de Majorque, avec leurs quatre enfants[27].

Iñaki Urdangarin
{{#if:
Image illustrative de l'article Iñaki Urdangarin
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Naissance (47 ans)
Lieu Zumarraga, Guipuscoa, Communauté autonome du Pays basque
Taille 1,97 m (6 6)
Poids 99 kg (218 lb)
Poste Arrière droit
Situation en club
Club actuel retraite sportive
Parcours professionnel *
Saisons Club M. (B.)
1986–2000 Drapeau : Espagne FC Barcelone
Sélections en équipe nationale **
Année(s) Équipe M. (B.)
1992-2000 Équipe d'Espagne 154(?)
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Club[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Avec le FC Barcelone :

Compétitions internationales

Compétitions nationales

En équipe nationale d'Espagne[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 15 janvier 1968 – 4 octobre 1997 : M. Iñaki Urdangarin Liebaert
  • depuis le 4 octobre 1997 : Son Excellence le duc de Palma de Majorque

Par son mariage, Iñaki Urdangarin devient duc de Palma de Majorque, par jure uxoris, et à ce titre grand d'Espagne, avec prédicat d'« excellence ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • REAL ORDEN DEL MÉRITO DEPORTIVO ribbon.jpg
    Grand-croix de l'Ordre royal du Mérite sportif (Gran Cruz de la Real Orden del Mérito Deportivo)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un album photos consacré au duc. Site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  2. Le mariage au JT de France 2 - reportage de Martine Laroche-Joubert, 1997
  3. Vidéo du mariage sur le site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  4. Rencontre des ducs de Palma de Majorque avec Barack Obama. Site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  5. Article sur la nomination d'honneur au cercle culturel. Site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  6. Open Sabadell / coupe à Rafael Nadal. Site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  7. Exposition culturelle et historique de Saragosse. Site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  8. Visite d'Harvard. Site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  9. Visite de la bibliothèque de Boston. Site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  10. Présidence de prix littéraire. Site officiel de la Maison Royale d'Espagne
  11. (es) Urdangarin será imputado antes de dos meses y su esposa no será implicada 07-12-2011
  12. (es) El 'caso Urdangarin' menoscaba la imagen y el prestigio de la Corona
  13. (es) Los gestores de Nóos facturaron al Instituto 1.700.000 euros cuando ya no funcionaba ABC
  14. (es) Más de seis millones de euros sin justificar
  15. (es) La fiscalía estudia imputar a Iñaki Urdangarin por el caso Palma Arena
  16. (es) La Fiscalía investiga el convenio del Gobierno balear con Iñaki Urdangarín, El Mundo
  17. (es) Iñaki Urdangarin será imputado en el 'caso Palma Arena' El País, 09-11-2011
  18. (es) Aguas turbulentas en La Zarzuela, 10-12-2011
  19. (es) Zarzuela aparta a Urdangarín de sus actos oficiales porque su comportamiento "no le parece ejemplar", RTVE, 12-12-2011
  20. a et b Isabelle Piquer, Le Monde du 26 décembre 2014, p. 5
  21. « Espagne : l'infante Cristina de nouveau inquiétée par la justice »,‎ (consulté le 20 juin 2013)
  22. TeleCinco - article et reportage sur le traitement VIP du duc, dans le cadre judiciaire - décembre 2014
  23. article Vozpopuli, février 2015, sur la retraite forcée du juge Castro
  24. El Mundo, publication de la vidéo clandestine. 2014
  25. article Vanitatis El Confidencial, avril 2015 / mail privé avec des membres de la famille royale Bulgare
  26. article Le Matin, du 31/08/2013, sur l'installation en Suisse
  27. article Vanitatis El Confidencial, du 8/04/2015

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Article du titre ducal[modifier | modifier le code]

Duché de Palma de Majorque

Liens externes[modifier | modifier le code]