Hyundai Fortune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hyundai Fortune
Image illustrative de l'article Hyundai Fortune
Hyundai Fortune en détresse et en feu
(mars 2006)

Autres noms Hyundai Fortune (1996-2006)[1]
puis Fortune 2006-2012)[2]
Type Porte-conteneurs
Histoire
Lancement Août 1996
Caractéristiques techniques
Longueur 274,2 pi (83,58 m)
Maître-bau 40 m ( ?)
Tirant d'eau 24,2 pi (7,38 m)
Capacité 5 551 EVP
Tonnage 64 054 tonnes (GT : 64 054 t
NetT : 35 490 t
DWT : 68 363 t)
Propulsion 1 Hyundai-MAN B&W 10K98 MC-C
Vitesse 25,6 nœuds (kts)
Autres caractéristiques
Chantier naval Hyundai Heavy Industries
Ulsan, Corée du Sud
Armateur Kosmo SVCS Inc.
EMF International S.A. 1996-2006
Affréteur Kosmo SVCS Inc.
Hyundai Merchant Marine 1996-2006
Pavillon Allemagne
Indicatif Call sign: 3FLG6
Maritime Mobile Service Identity (no MMSI : 356703000)
IMO 9112272

Le MV Fortune (anciennement MV Hyundai Fortune) était un porte-conteneurs naviguant sous pavillon panaméen et appartenant à la compagnie Kosmo SVCS Inc., initialement appartenant à Hyundai Merchant Marine[1]. Il a été gravement endommagé par un incendie accidentel le 21 mars 2006.

L'accident de ce type le plus grave qui ait suivi est celui du MSC Flaminia (été 2012).

Historique[modifier | modifier le code]

Le Hyundai Fortune a été mis en service en août 1996 et naviguait sous un pavillon de complaisance (Panama). Avec un tonnage de 64 054 tonnes, il était capable d'une vitesse de 25 nœuds, pour une capacité de 5 551 tonnes[1].

Explosion[modifier | modifier le code]

Panache de pollution par les fumées toxiques de l'incendie

Le 21 mars 2006, à environ 60 milles au sud de la côte du Yémen et alors que le navire était en route (venant de Chine et Singapour vers des ports européens via le golfe d'Aden et le Canal de Suez), vers 12 h 35 UTC, une violente explosion (toujours d'origine inconnue) a lieu sous le pont à l'arrière du navire, côté gauche.

Le souffle de l'explosion détruit la coque et expulse 60 à 90 conteneurs dans l'océan, en initiant un incendie qui s'est rapidement propagé vers la poupe du navire. Des explosions secondaires ont suivi, dues à sept conteneurs remplis de feux d'artifice qui se sont enflammés au-dessus du pont sur la poupe.
Des photos aériennes du navire en flamme ont rapidement révélé qu'une grande partie de la coque avait été soufflée sous le pont et au-dessus de la ligne de flottaison sur le côté bâbord

Après que les efforts faits pour contenir le feu ont échoué, les 27 membres de l'équipage doivent abandonner le navire, secourus par une frégate néerlandaise militaire (HNLMS De Zeven Provinciën). Cette frégate De Zeven Provinciën effectuait alors des opérations de sécurité maritime dans la région, dans le cadre de l'opération Enduring Freedom.
Un marin blessé (non-mortellement) a aussi été évacué vers le porte-avions français Charles de Gaulle.

Le 23 mars 2006, des remorqueurs disposant de moyens de lutte contre les incendies ont commencé à arriver sur les lieux. Avec sa salle des machines complètement incendiée puis inondée, le Hyundai Fortune a continué à dériver en brûlant et émettant une fumée noire épaisse et polluante durant plusieurs jours.

Aspectes juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

L'avarie (au sens anglophone légal general average) a été déclarée avec probablement au moins un tiers des conteneurs (ceux situés à l'arrière du navire) endommagés, perdus en mer, ou détruits par l'incendie. La plupart des conteneurs situés vers l'avant de la superstructure étaient encore physiquement intacts, mais après la perte de contrôle du navire le contenu des conteneurs réfrigérés était probablement gâté.

Il a été estimé que 10 % environ de la cargaison n'était pas assuré[3]. Le coût total de l'accident (navire + cargaison perdue) est désormais estimé à plus de 800 millions de dollars US.

Toutefois, alors que le Fortune dérivait sans couler (le trou étant situé au-dessus de la ligne de flottaison), les experts évaluaient que sa coque pouvait être irréparable, et devrait être démantelée. Cette coque a finalement été remorquée vers Salalah (Oman) et 2 249 conteneurs jugés récupérables y ont été déchargés pour transbordement vers l'Europe[3] . La coque vide a ensuite été ancrée en attente au large des côtes des Émirats arabes unis pour être très probablement remorquée vers le Pakistan ou l'Inde afin d'y être démantelée à moindre coût. La compagnie Hyundai Merchant Marine et d'autres compagnies de transport à bas prix ont du subir des pertes importantes suite à cet accident.

Finalement, en février 2011, un journal polonais a publié un article sur ce navire qui a entre temps été réparé et rebaptisé Fortune MSC.

Causes[modifier | modifier le code]

Deux principales hypothèses été proposées pour expliquer la première explosion.

  1. Un produit chimique utilisé pour la désinfection des piscine, l'hypochlorite de calcium, qui réagit violemment lorsqu'il est exposé à l'humidité ou à la chaleur pourrait être impliqué ; il a déjà été mis en cause ou soupçonné d'avoir joué un rôle dans d'autres explosions à bord de navires porte-conteneurs au cours des années récentes, dont les cas notables des Sea Elegance, M/V Hanjin Pennsylvania, CMA Djakarta, Aconcagua, Sea Land Mariner et M/V DG Harmony.
  2. Les enquêteurs se sont tourné vers la possibilité que sept conteneurs de feux d'artifice, à cause de la chaleur, aient provoqué la principale explosion qui a paralysé le navire ; mais selon une déclaration[4], « la cause de l'incendie a probablement été un conteneur rempli de liquides de nettoyage à base de pétrole stocké près de la salle des machines alors que l'expéditeur avait omis d'indiquer le caractère dangereux de ce conteneur au Hyundai Fortune, sans doute pour éviter les frais supplémentaires induits par les manutentions de matières dangereuses[5]. »

Réparations[modifier | modifier le code]

Après que la coque est rachetée par un armateur grec, le navire est rebaptisé Fortune. D'abord provisoirement réparée pour être remorquée vers la Chine, il y a subi des réparations définitives et une rénovation.

La poutre navire avait été déformée par l'incendie et le tube d'étambot était déligné de près de 100 mm. La société d'engineering française TECNITAS a proposé l'intervention de l'un de ses Experts pour "redresser" la coque et ramener suffisamment le tube d'étambot pour procéder à son usinage en ligne.

Le navire rénové a été livré à son propriétaire et a repris son activité de porte-conteneurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Hyundai Fortune » [PDF], Merchantships-International,‎ 30 septembre 2006 (consulté le 11 août 2010)
  2. (en) « Vessel Details: MV Hyundai Fortune », CGMIX PSIX, USCG,‎ 10 août 2010 (consulté le 11 août 2010)
  3. a et b (en) Jerry Frank, « Enormous challenges from a huge misfortune », Lloyd's List Daily Commercial News, Informa Australia,‎ 9 juillet 2009, p. 8
  4. Déclaration faite à la Homeland Security Appropriations Subcommittee, Committee on Appropriations, United States House of Representatives
  5. Stephen E. Flynn, « Overcoming the Flaws in the U.S. Government Efforts to Improve Container,Cargo, and Supply Chain Security » [PDF], U.S. Government (Council on Foreign Relations),‎ 2 avril 2008 (consulté le 17 juillet 2012), p. 3 (269 Kb)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]