Hypothèse de simulation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'hypothèse de simulation stipule que la réalité n'est en fait qu'une simulation, vraisemblablement générée par ordinateur, sans que les entités y évoluant puissent la distinguer de la "vraie" réalité. Cette hypothèse repose elle-même sur le développement de la réalité simulée, actuellement considérée comme une technologie fictive et gravitant autour de nombreuses œuvres de science-fiction, telles Star Trek, The Truman Show, Passé virtuel ou Matrix.

L'hypothèse de simulation est devenue le sujet de nombreux débats scientifiques au sein des théories futurologiques, en particulier transhumanistiques, grâce au travail de Nick Bostrom entre autres[1].

De prime abord, l'hypothèse de simulation est un exemple d'hypothèse sceptique, voire de conspiration, une proposition parmi une longue lignée d'autres essayant d'expliquer la nature de la réalité afin de répondre aux nombreuses questions que se pose l'Homme, toutes impliquant le fait que la réalité ne serait qu'illusion. On peut considérer que cette théorie remonte à Zénon d'Élée et à Platon, via le dualisme de Descartes, et qu'elle est reliée au phénomalisme, idée brièvement défendue par Bertrand Russell. En outre, Nick Bostrom notamment utilise certaines raisons liées à l'empirisme pour défendre cette théorie[1],[2]. Cette notion peut être reliée à celle de l'omphalos en théologie.

Selon Bostrom, il est nécessaire que l'une de ces trois affirmations soit correcte :

  1. Aucune civilisation ne pourra atteindre un niveau technologique incluant la faculté de créer une réalité simulée.
  2. Aucune civilisation atteignant le stade technologique sus-cité, ne produira cette réalité simulée, soit par nécessité de réserver sa puissance de calcul à d'autres tâches, soit par considérations éthiques, etc.
  3. Toutes les entités incluses dans notre modèle empirique font partie d'une simulation.

L'argument du rêve[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Argument du rêve.

L'argument du rêve stipule qu'aucune technologie futuriste n'est nécessaire pour créer une réalité simulée, et que seul un cerveau humain est nécessaire. Plus spécifiquement, l'habilité à créer des réalités simulées durant le sommeil paradoxal affecte statistiquement la probabilité que notre propre réalité soit simulée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Bostrom, N., 2003, Are You Living in a Simulation?, Philosophical Quarterly (2003), Vol. 53, No. 211, pp. 243-255.
  2. (en) Davis J. Chalmers The Matrix as Metaphysics Dept of Philosophy, U. o Arizona; article écrit pour la partie "philosophie" du site web de Matrix.


Voir aussi[modifier | modifier le code]