Hypolimnas bolina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hypolimnas bolina est un insecte lépidoptère de la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Nymphalinae et du genre Hypolimnas.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom d'Hypolimnas bolina a été donné par Carl von Linné en 1758.

Synonymes : Papilio bolina (Linné, 1758) ; Hypolimnas parva Aurivillius, 1920[1].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Hypolimnas bolina se nomme en anglais Common Eggfly ou Great Eggfly.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Hypolimnas bolina, mâle, Indonésie
chenille
Hypolimnas bolina femelle mimant le « Common Indian Crow », Inde
  • Hypolimnas bolina bolina le Great Egg-fly.
  • Hypolimnas bolina bolina f. aphrodite Fruhstorfer, 1903 ;
  • Hypolimnas bolina bolina f. iris Widley, 1941 ;
  • Hypolimnas bolina jacintha (Drury, 1773) au Népal en mars et de juillet à septembre
  • Hypolimnas bolina kezia (Butler)
  • Hypolimnas bolina lisianassa (Cramer) aux Moluques.
  • Hypolimnas bolina montrouzieri Butler
  • Hypolimnas bolina nerina (Fabricius, 1775) de Timor à la Nouvelle-Zélande aux Fidji et au Nord de l'Australie.
  • Hypolimnas bolina otaheitae (Falderman) : Tahiti (Deux formes existent pour les femelles, naresi (Butler), à franges rousses, et erexa (Frühstorfer), sans ces franges[2].)
  • Hypolimnas bolina pallescens Butler aux Fidji.
  • Hypolimnas bolina pulchra Butler en Nouvelle-Calédonie.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un très grand papillon qui se caractérise à la fois par un dimorphisme sexuel et, pour la femelle, un polymorphisme (« tous les mâles se ressemblent alors que les femelles apparaissent sous des formes différentes » (Smart).

Les ailes antérieures se caractérisent par leur forme, avec un bord concave.

Le mâle a un dessus marron plus ou moins foncé jusqu'au noir, orné de taches blanches organisées en lignes barrant les ailes antérieures et les ailes postérieures, plus ou moins entouré de bleu dans certaines sous-espèces. La femelle est de couleur variable, souvent orange bordé de noir ou bleu-gris ou autre. Ce polymorphisme est sous la dépendance de deux allèles, E et E pour l'étendue de la pigmentation noire, P et p pour la présence de la couleur orange cuivré[3]

Chenille[modifier | modifier le code]

Les chenilles sont vert foncé puis marron foncé avec une ligne jaune et une tête jaune orangée portant deux longues épines.

Espèces ressemblantes[modifier | modifier le code]

Hypolimnas bolina peut être confondu avec Hypolimnas misippus.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol[modifier | modifier le code]

Il est multivoltin.

C'est un migrateur.

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes sont nombreuses dont des Acanthaceae, des Convolvulaceae, des Malvaceae, des Portulacaceae, des Urticaceae[1].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est résident dans certains lieux, migrateur dans d'autres et il est présent à Madagascar, dans le sud de l'Arabie saoudite et dans toute l'Australasie dont l'Inde, la Malaisie, la Birmanie, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie et l'Île Maurice[1].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il est ubiquiste.

Protection[modifier | modifier le code]

Pas de statut de protection particulier.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Deux timbres ont été émis par les iles Nauru en 1984[4].

Hypolimnas bolina nerina femelle, Java

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c funet
  2. Renaud Paulian, Les insectes de Tahiti, Boubée, Paris, 1998
  3. Genetic of the polymorphism Hypolina bolina
  4. butterfly house

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Smart, Encyclopédie des papillons (2000 espèces reproduites), Londres 1975; Bruxelles, 1976
  • Bhaia Khanal et Colin Smoth, Butterflies of Kathmandu Valley, Nepal, Bangkok.
  • Renaud Paulian, Les insectes de Tahiti, Boubée, Paris, 1998