Hypnothérapie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'hypnothérapie est l'utilisation de l'hypnose à des fins voulues thérapeutiques. Elle est pratiquée par un hypnologue, hypnothérapeute, hypnotiste et plus largement des psychothérapeutes pratiquant l'hypnose.

Historique[modifier | modifier le code]

L'hypnothérapie a connu trois principales périodes :

  • l'hypnothérapie traditionnelle ;
  • à partir de 1895, l'hypnothérapie suite aux travaux de Sigmund Freud et Josef Breuer ;
  • après les années 1960, l'hypnothérapie grâce aux avancées de l'hypnose ericksonienne.
  • après les années 1973, l'hypnologie approche à effets durables avec Erich Lancaster

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans le roman-enquête Retour à Whitechapel de Michel Moatti (2013), un protocole d'hypnothérapie est utilisé à Londres pour aider une patiente à remonter dans ses souvenirs et tenter d'identifier Jack l'Éventreur[1].
  • L'Hypnotiseur, de Lars Kepler (2012), met en scène un praticien obligé de recourir à cette technique dans une enquête policière, malgré ses réticences.

Domaines d'application[modifier | modifier le code]

En respectant l'intégrité du patient, l'hypnothérapie peut apporter des effets favorables dans diverses pathologies :

- En obstétrique (réduire les douleurs de l'accouchement)[2],[3]

- En stomatologie et chirurgie dentaire (meilleur contrôle de la douleur, du saignement, de la salivation et permet de mieux lutter contre l'anxiété, les nausées...)[4]

- En anesthésie, (diminution du stress lié à l'opération, voire, permettre certaines interventions sans recourir à l'anesthésie générale)[5]

- En dermatologie (affections psychosomatiques)[6]

- En sexologie[7]

- En neurologie (migraines, insomnies, anxiété, peur)[6]

- En psychiatrie (névroses, troubles du comportement, anorexie, boulimie, alcoolisme, toxicomanie, phobies sociales, dépressions...)[4]

- En psychothérapie (timidité, préparations aux examens et concours, problèmes scolaires, professionnels...)[6]

- En médecine du sport (amélioration des performances)[6]

- En oncologie (améliorer les défenses immunitaires)[8]

Profession[modifier | modifier le code]

La profession d'hypnothérapeute n'est pas règlementée dans la plupart des pays. Cependant, la quasi-totalité des praticiens sont détenteurs d'un dipôme délivré par une structure adaptée.

Au Canada ce sont les assureurs, au titre de la responsabilité civile du praticien, qui réclament une formation qualifiée.

En France, plusieurs associations délivrent des formations en la matière, dont l'IFH, l'IFHE, et l'Arche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julie Malaure, « Londres : sur la piste de Jack l'Éventreur », Le Point (consulté le 22 novembre 2013)
  2. Schauble PG, Werner WE, Rai SH, Martin A. preparation through hypnosis: the hypnoreflexogenous protocol. Am J Clin Hypn. 1998;40(4):273-83
  3. Oster MI. methods in hypnotic preparation for childbirth. Crna. 2000;11(4):160-6
  4. a et b (fr) « Traitement par hypnose de la douleur du membre fantôme évaluée par Pet-Scan. », sur /www.hypnose.org (consulté le 18 septembre 2010)
  5. (fr)[PDF]« L’hypnose appliquée au bloc opératoire », sur staff.afisar.fr (consulté le 18 septembre 2010)
  6. a, b, c et d (fr) « L'HYPNOSE, UN TRAITEMENT UNIVERSEL :Extrait de l'Article " médecine douce", numéro 109, Janvier 2002, Stéphane celier », sur www.vitaserena.be (consulté le 18 septembre 2010)
  7. (fr)[PDF]« FAIRE FI D’ELLE de Claude DERONZIER OU LA PUDEUR THÉRAPEUTIQUE », sur www.revue-hypnose-therapies-breves.com (consulté le 18 septembre 2010)
  8. (fr) « Études scientifiques sur l'hypnose », sur www.hypnozen.ca (consulté le 18 septembre 2010)