Hypnonaissance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’hypnonaissance ou l’accouchement sous hypnose est une méthode d’accouchement naturel et sans douleur.

Partant du principe que la peur crée une tension qui induit de la douleur, cette méthode déconstruit auprès de la femme enceinte l’image d’accouchements effrayants et dangereux et lui apprend différentes techniques de relaxation profonde.

Théorie[modifier | modifier le code]

L’hypnonaissance se base sur la théorie que la peur de l’accouchement et la peur de la douleur elle-même, créent une tension musculaire dans l’utérus, responsable de la douleur. De plus, la peur induit une production d’adrénaline détournant l’afflux sanguin de l’utérus, vers les membres utiles à la fuite et au combat, ce qui diminue son oxygénation et son efficacité. Pour rompre l’effet peur-tension-douleur, l’hypnonaissance déconstruit auprès de la femme enceinte l’image d’accouchements effrayants et dangereux pour les remplacer par l’idée que l’accouchement est un événement heureux et serein. Cette méthode complète ce principe par des exercices de relaxation contribuant à un relâchement musculaire diminuant ces tensions[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir des années 1920, l’obstétricien Grantly Dick-Read observe que des femmes pauvres ou d’autres cultures n’éprouvaient pas de douleur lors de leur accouchement. En 1942, il publie le livre Childbirth without fear (« Accouchement sans peur ») dans lequel il théorise ses recherches sur les liens peur–tension–douleur et introduit l’idée d’utilisation de l’hypnose durant l’accouchement[2].

Ses travaux ont ensuite été développés et popularisés par Jacqueline Vincent Priya[3], Michelle Leclaire O'Neill[4] et Marie Mongan[5].

Recherche[modifier | modifier le code]

Certaines études ont estimé que les preuves étaient insuffisantes pour démontrer l’efficacité de l’utilisation de l’hypnose comme méthode de réduction ou d’élimination de la douleur de l’accouchement, en comparaison avec d’autres méthodes telles que l’utilisation d’analgésiques comme la péridurale[6].

Néanmoins, une série d’études confirment que l’hypnose ou l’autohypnose durant l’accouchement conduisent à[7],[8],[9]  :

  • une diminution de la durée du travail ;
  • une diminution du nombre de césariennes ;
  • une diminution de l’utilisation d’analgésique ;
  • une augmentation de la facilité et du confort du travail et de l’accouchement ;
  • une satisfaction émotionnelle plus importante.

De plus, une majorité de femmes ayant expérimenté l’hypnonaissance à l’occasion d’un accouchement, se sentent bien plus confiantes, relaxées, concentrées et moins effrayées que lors de leur accouchement précédent[8],[9].

Déroulement de l’accouchement avec l’hypnonaissance[modifier | modifier le code]

Préparation[modifier | modifier le code]

La préparation à l’accouchement par l’hypnonaissance est généralement organisée par une sage-femme formée à cette technique[10]. Elle a lieu en plusieurs séances qui abordent d’une part l’accouchement de façon positive, et d’autre part qui apprennent à la femme enceinte à entrer dans une relaxation profonde[11].

Pour lutter contre la peur et la dramatisation de l’accouchement, l’hypnonaissance modifie le vocabulaire traditionnellement utilisé : une contraction devient une vague, une complication devient une circonstance, une douleur devient une intensité[12]. Elle remplace en outre les pensées négatives par des affirmations positives telles que : « J’ai confiance en mon corps, en mes instincts et en mon cœur pour mettre au monde un bébé plein de santé », « mon bébé sait exactement ce qu’il doit faire pour descendre pendant le travail », « mon corps est parfaitement conçu pour mener à bien cette expérience naturelle »[13]. Pour que les affirmations positives supplantent les idées négatives véhiculées par la société, la femme enceinte est invitée à écouter plusieurs fois par semaine en fin de grossesse un enregistrement d’une liste de ce type d'affirmations positives récitée par une douce voix sur un fond sonore relaxant[11].

L’hypnonaissance apprend en outre à la femme enceinte à entrer dans une relaxation profonde[10]. Il s'agit des techniques classiques telles que l'invitation à se détendre en se laissant guider par une voix douce, la modulation de la respiration, la visualisation et la suggestion d'images mentales de confort et de bien-être[14]. Ici aussi, la femme enceinte est invitée à effectuer plusieurs fois par semaine une relaxation profonde généralement sur le même fond sonore que celui utiliser pour les affirmations positive. Le but de cet entraînement est de permettre à la femme de développer une forme de réflexe de Pavlov qui lui permettra d'entrer en relaxation profonde en entendant les premières notes de ce fond sonore dès le début de l'accouchement.

Enfin, l’hypnonaissance contient une partie de préparation à l’accouchement plus classique qui vise à donner toutes les informations utiles à la femme enceinte sur le déroulement de l’accouchement et à répondre à l’ensemble de ses questions[15].

Accouchement[modifier | modifier le code]

Pendant l’accouchement, la femme est totalement consciente[16], pleinement actrice de son accouchement, concentrée sur elle-même, lucide quant à son environnement et aux sensations et émotions qu’elles ressent, mais dans un état de relaxation profonde. L’accouchement a dès lors lieu dans le calme, la douceur et la sérénité[17].

Dès les premiers signes de l’accouchement, la femme est invitée à se détendre. La relaxation profonde peut être atteinte par différentes techniques : suggestions d’images mentales agréables dès les premières contractions, écoute du fond sonore avec lequel elle s’est préparée, ou tout autre parole ou geste évoquant état de bien-être. Son environnement est aménagé de telle sorte qu’elle soit le moins possible perturbée dans sa concentration : lumière tamisée voire pénombre, silence ou fond musical relaxant, température de la pièce suffisamment élevée, absence de va-et-vient du personnel médical, limitation du matériel médical, possibilité de boire et de manger, possibilité d’adopter les positions les plus confortables et de bouger autant que nécessaire.

Pour que la naissance avec hypnose se déroule au mieux, il est préférable que la femme soit accompagnée tout au long de son accouchement par la sage-femme avec laquelle elle a suivi la préparation à l’accouchement ou une autre personne formée à cette technique. Le père joue également un rôle important en prodiguant des massages et en veillant au bien-être et à la concentration de sa compagne. Il est aussi préférable que l’accouchement ait lieu dans un milieu ouvert à cette technique : maternité disposant de personnel formé à l’hypnonaissance, hôpitaux mettant leur plateau technique à disposition de sages-femmes libérales, maison de la naissance, accouchement à domicile[18].

Célébrité[modifier | modifier le code]

La Duchesse Kate Middleton a annoncé sa volonté d’accoucher par hypnonaissance[19].

Marque déposée[modifier | modifier le code]

En France, l'hypnonaissance est une marque déposée (INPI n° 9429838).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Grantly DICK-READ, Childbirth without fear, Heinemann Medical Books, 1942 (2e édition, Pinter & Martin Ltd., mars 2013).

Marie F. MONGAN, HypnoNaissance: la méthode Mongan, Édition du petit monde, 2009.

Anne-Laure VEINEAU, L'hypnose pour un accouchement sans douleur ?, Psychologies magazine, mai 2011.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie F. Mongan, HypnoNaissance: la méthode Mongan, Édition du petit monde, 2009.
  2. (en) Grantly Dick-Read, Chilbirth without fear, Heinemann Medical Books,‎ 1942 (lire en ligne)
  3. (en) Jacqueline Vincent Priya, Birth Traditions and Modern Pregnancy Care (Women's health & parenting), Element Books Ltd.,‎ 1992
  4. (en) Michelle LeClaire O'Neill, Hypnobirthing The Original Method, Papyrus Press,‎ 2000
  5. (en) Marie F. Mongan, HypnoBirthing: A Celebration of Life, Rivertree Hypnosis Inst.,‎ 1998
  6. (en) Jones L, Othman M, Dowswell T, Alfirevic Z, Gates S, Newburn M, Jordan S, Lavender T, Neilson JP., « Pain management for women in labour: an overview of systematic reviews », Cochrane Database of Systematic Reviews, no 3,‎ 2012, CD009234 (lien DOI?, résumé)
  7. (en) Nonpharmacological Means of Pain Relief for Labor and Delivery". International Anesthesiology Clinics 2002;40(4):103–14.
  8. a et b (en) Phillips-Moore, Julie, « Birthing outcomes from an Australian HypnoBirthing programme », British Journal of Midwifery, vol. 20, no 8,‎ 2012, p. 558–64.
  9. a et b (en) Jones, Shirley, « HypnoBirthing. The breakthrough approach to safer, easier, comfortable birthing », British Journal of Midwifery, vol. 16, no 10,‎ 2008, p. 694
  10. a et b Hypnonaissance, Maison de la naissance, Bruxelles.
  11. a et b L’hypnonaissance pour un accouchement en toute détente, Christel, 23 novembre 2012.
  12. L’hypnonaissance, RelieFTV, 4 novembre 2011.
  13. (en)Collected Hypnobirthing Scripts & Affirmations, 11 janvier 2010.
  14. Relaxation – La visualisation, une technique de relaxation pour agir sur le subconscient
  15. un exemple de cursus complet : Cours hypnonaissance, mère et monde, centre de maternité.
  16. Martin LaSalle, Accoucher sans douleur grâce à l’hypnose, passeportsanté.net, 30 janvier 2006.
  17. L’auto-hypnose pour une naissance en douceur, mamanpourlavie.com, 29 février 2012.
  18. Par exemple: «mère-enfant» est ouvert à Libramont, L'Avenir.net, 4 février 2012.
  19. « Kate Middleton : La duchesse opte pour l’HypnoNaissance » AuFeminin.com