Hyphe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le mycélium (en blanc) est formé d'hyphes.

Une hyphe[n 1] est un élément végétatif filamenteux multinucléaire, caractéristique des champignons. Elle peut mesurer plusieurs centimètres de long mais n'avoir que quelques microns de diamètre et donc à l'état isolé, être invisible à l’œil nu. Ces filaments deviennent visibles lorsqu'ils sont réunis en cordons mycéliens suffisamment gros.

Plusieurs espèces, appartenant à des lignées différentes, produisent des hyphes :

Les hyphes peuvent être « cloisonnées » et elles sont alors dites « septées », ou « non cloisonnées » et elles sont dites « siphonnées ». L'éventuel cloisonnement ne constitue alors pas nécessairement des cellules, au sens où plusieurs noyaux distincts peuvent être contenus entre deux cloisons (ou « septes »).

Le mot hyphe reflète davantage une ressemblance superficielle qu'une réalité morphologique commune à des taxa très éloignés phylogénétiquement, et doit donc être utilisé avec précaution.

Étymologie[2] : le terme hyphe est tiré du latin scientifique hypha, dérivé du grec υφη uphê « tissu ».

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Chez les champignons et pseudochampignons[modifier | modifier le code]

Chez la plupart des fungi et des pseudochampignons multicellulaires, l'appareil végétatif de nutrition se compose d'éléments filamenteux de base appelés hyphes. D'autres espèces, appelées levures, sont constituées de cellules uniques formant des colonies. Il existe aussi des cas où le thalle peut passer à divers moments de son cycle de vie sous les formes filamenteuse ou unicellulaire[1]. Enfin, il existe des formes trophiques particulières comme les cellules à rhizoïdes, plasmodes, protoplastes, etc.

Chez la plupart des espèces, quand une spore germe, elle produit un tube germinatif qui en croissant donne une hyphe filamenteuse. La ramification des hyphes donnent un mycélium. Une des caractéristiques qui différencient les hyphes est la présence ou l'absence de parois ou septa (septum au singulier).

Généralement, les Oomycètes et les Zygomycètes ont des hyphes non cloisonnées ou siphons. Les filaments ont alors une structure cénocytique, c'est-à-dire qu'ils contiennent de nombreux noyaux non séparés les uns des autres[3].

Hyphe de penicillium, vue au microscope

Par contre, les Ascomycètes, les Basidiomycètes et leurs états asexués associés ont des hyphes cloisonnées (ou septées). Chaque compartiment comporte alors un ou deux (ou plus) noyaux. Ces noyaux peuvent d'ailleurs être génétiquement différents dans le cas d'anastomose (fusion) de filaments génétiquement différents. Le mycélium est alors dit hétérocaryotique, sinon si les noyaux sont issus de la germination de la même spore, il est dit homocaryotique[4]. Ainsi les cellules des hyphes de beaucoup de Basidiomycètes contiennent deux noyaux génétiquement différents.

Dans certains cas, ces hyphes s'accolent étroitement et s'organisent en faux-tissus appelés plectenchymes, constituants essentiels des sporophores ou de la partie fongique des lichens, par exemple. A l'extrême inverse, certaines hyphes sont réduites évolutivement à des cellules isolées entourées d'une paroi (cas des levures).

Des hyphes de champignons émergent des spores. Les hyphes caractérisent notamment les Deutéromycètes (catégorie qui rassemble les champignons dits « imparfaits » (Fungi imperfecti) dont les Penicillium, Fusarium, et Aspergillus).

Chez les plantes[modifier | modifier le code]

Le mot hyphe est chez les botanistes parfois synonyme de thalle (appareil végétatif des plantes dites inférieures ou primitives)

Physiologie de la croissance[modifier | modifier le code]

Champignons et pseudochampignons[modifier | modifier le code]

Hyphe (d'après Silar[1])

Les hyphes s'allongent par leur apex. Contrairement aux cellules animales ou végétales, la "cellule fongique" ne se divise pas[1]. La croissance se fait uniquement à son sommet. Elle peut s'accompagner de la formation de cloisons délimitant une structure ressemblant à une cellule et qu'on appelle article. Chez certaines espèces, ces cloisons sont percées d'un trou, appelé pore. Ils assurent une connexion entre les articles voisins.

Les études de l'ultrastructure (au microscope électronique) ont révélé la présence de beaucoup d'organelles suivant un fort gradient de concentration vers l'apex. Une intense activité biosynthétique produit des vésicules de sécrétion qui sont dirigés vers l'apex où elles fusionnent avec la membrane plasmique. C'est par ce moyen que la croissance polarisée de l'hyphe se fait. De plus ces vésicules contiennent de nombreux enzymes qui sont relâchés dans le milieu et qui vont permettre au champignon de digérer les matières organiques qui l'entourent. Croissance et assimilation des nutriments vont donc de pair.

Dans les cellules plus âgées des vacuoles apparaissent et peuvent envahir la totalité de l'article[1].

Chez les bactéries filamenteuses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. une ou un hyphe, les deux genres sont possibles, voir hyphe dans le Wiktionnaire, ou cnrtl ; le Larousse choisit le féminin
  2. les pseudochampignons sont des organismes fongiformes qui autrefois étaient classés parmi les champignons et qui maintenant avec l’avènement de la classification phylogénétique se retrouvent dispersés dans plusieurs clades non monophylétiques avec les Fungi (Silar et al, 2013)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Philippe Silar, Fabienne Malagnac, Les champignons redécouverts., Belin,‎ 2013
  2. cnrtl
  3. P. Bouchet, J.-L. Guignard, Y.-F. Pouchus, J. Villard, Les champignons, Mycologie fondamentale et appliquée, Masson (2e édition),‎ 2005
  4. (en) John Webster, Roland Weber, Introduction to Fungi, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 2009 (ISBN 0521014832)