Hyoho Niten Ichi Ryu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hyoho Niten Ichi Ryu
(兵法二天一流)
Art ou école martial traditionnel japonais
(古武道 ~ 古流)
Fondation
Fondateur Musashi Miyamoto (宮本 武蔵)
Date de
fondation
école élaborée sur une longue période
Période de
fondation
période Edo
Lieu de
fondation
école élaborée au cours de nombreux voyages et résidences différentes
Informations actuelles
Dirigeant actuel Kajiya Takanori (branche principale)
Localisation
actuelle
Kokura (préfecture de Fukuoka)
Enseignement
Art Description
Kenjutsu Combat au sabre
Bōjutsu Combat au bâton
Jittejutsu Combat au brise-lame
Écoles ancêtres
Écoles similaires
Écoles descendantes

Site nitenichiryu.wordpress.com/
Miyamoto Musashi, fondateur de la Hyoho Niten Ichi Ryu s'entaînant aux Nito seiho avec 2 bokken.

Hyoho Niten Ichi Ryu (兵法二天一流?), peut être traduit librement par « l’École de la stratégie des deux Cieux comme une Terre ». Elle est une koryū, école traditionnelle japonaise, de sabre fondée par le célèbre Miyamoto Musashi. Surtout connue pour son usage des deux sabres, cette école dispense aussi un enseignement du sabre long, court et du bâton. Musashi la nomma Niten Ichi (二天一?, deux ciels en un) ou Nito Ichi (二刀一?, Deux sabres en un). Elle est connue en tant qu'école de Kenjutsu.

Origine[modifier | modifier le code]

Cette école a été créée par le samouraï Miyamoto Musashi. Cette école se réclame d’une transmission directe depuis son fondateur, issue d'une lignée de maîtres partagée par ses nombreuses branches à des degrés divers et ayant comme témoin de cet héritage le bokken de Miyamoto Musashi.

Transmission[modifier | modifier le code]

Une lignée de maîtres[modifier | modifier le code]

La transmission de l’école est incarnée par une succession de maîtres :

  1. Shinmen Miyamoto Musashi-No-Kami Fujiwara no Genshin
  2. Terao Kyumanosuke Nobuyuki (le 2e nom peut être lu « Motomenosuke »)
  3. Terao Goemon Katsuyuki
  4. Yoshida Josetsu Masahiro
  5. Santo Hikozaemon Kyohide
  6. Santo Hanbe Kiyoaki
  7. Santo Shinjuro Kiyotake
  8. Aoki Kikuo Hisakatsu
  9. Kiyonaga Tadanao Masami
  10. Imai Masayuki Nobukatsu
  11. Iwami Toshio Harukatsu
  12. Kajiya Takanori

Kajiya Takanori soke représente la transmission issue de la lignée présentée ci-dessus. Cette école est enseignée en dehors du Japon et notamment en France et dans plusieurs pays d’Europe et du continent nord américain.

Un fonctionnement « koryu »[modifier | modifier le code]

Hyoho Niten Ichi Ryu est considérée par la Nihon Kobudo Kyokai (Association des Kobudo Japonais) comme la branche maîtresse des différentes écoles se réclamant de l'enseignement de Miyamoto Musashi au Japon. Elle fonctionne sur le modèle des koryu.

Un enseignement koryu se reconnaît aux conditions suivantes :

  1. un grand-maître reçoit de la génération précédente et transmet à la génération suivante l'intégralité de l'enseignement
  2. le grand-maître seul connaît l'intégralité de l'enseignement et les conditions qui permettent sa transmission
  3. le grand-maître seul peut décerner une autorisation à enseigner qui correspond aux titres de menkyo et menkyo kaiden ou bien une délégation à partager ses connaissances pour les dojos à l'étranger (Europe, Amérique du Nord)
  4. toute autre personne qui proclamerait une interprétation libre s'opposerait à la réalité d'une koryu, à savoir que l'interprétation naît d'une connaissance réelle de l'enseignement et cette connaissance est authentifiée par le grand-maître précédent
  5. toute activité d'enseignement qui ne se réfèrerait pas nominativement et directement au grand-maître de la Hyoho Niten Ichi Ryu en la personne du 12e successeur, Kajiya Takanori soke, ou au grand-maître d'une branche secondaire de la lignée de transmission serait considérée comme extérieure à la réalité des koryu et du kenjutsu

Iwami soke a désigné des Responsables par pays.

Autres groupes koryu[modifier | modifier le code]

D’autres groupes existent au Japon et ailleurs mais seule la Hyoho Niten Ichi Ryu de Kajiya Takanori soke basée à Kitakyushu est reconnue par les autres koryu membres de la Nihon Kobudo Kyokai[1] et la Nihon Kobudo Shinkokai. Cela n’enlève rien ni à la légitimité de ces groupes de pratiquants ni à la qualité de leur pratique. Noda ha Niten Ichi Ryu est membre de la Nihon Kobudo Kyokai suite à sa requête adressée à Imaï soke (10e successeur de Miyamoto Musashi au sein de la Hyoho Niten Ichi Ryu) qui a eu l'amabilité d'accepter cette branche secondaire à ses côtés au sein de cette prestigieuse association des Kobudo.

Autres groupes non koryu[modifier | modifier le code]

Les 5 points énoncés ci-dessus ont maintenu l'école à travers les siècles.

  • Tout groupe qui ferait référence à la Hyoho Niten Ichi Ryu doit impérativement mentionner l'accord de Iwami soke.
  • Tout groupe qui ferait référence à une branche de Niten Ichi Ryu doit pouvoir établir une connexion avec une lignée descendant de Musashi ainsi qu'une autorisation nominative à enseigner par le représentant de cette branche.
  • Tout groupe qui ne pourrait pas remplir les deux précédentes conditions ne fait pas partie des koryu et ne devrait pas faire état d'une transmission depuis Musashi et donc utiliser les noms de Hyoho Niten Ichi Ryu ou de Niten Ichi Ryu.
Autres enseignements inspirés de la koryu[modifier | modifier le code]
  • Ainsi le maître d'Aïkido Saotome Mitsugi senseï s'est inspiré de Miyamoto Musashi pour élaborer sa technique des deux sabres mais n'emploie pas les deux terminologies mentionnées. Il enseigne en tout honneur un Gendaï Budo en puisant dans ses racines koryu. En agissant de cette manière, il illustre que "le Budo est avant tout respect."
  • Certains enseignants passionnés par la figure de Musashi ont créé des cours en évoquant une relation avec une des branches de la Niten Ichi Ryu mais sans lignée de transmission nominative. Pour cette raison, ces enseignements ne devraient pas évoquer une appartenance à la Hyoho Niten Ichi Ryu ou à la Niten Ichi Ryu car cela induit en erreur le public encore peu informé de la vie des koryu. Pour se revendiquer de la Hyoho Niten Ichi Ryu ou de la Niten Ichi Ryu, il leur faudrait nommer le soke ou grand-maître qui les a autorisé à enseigner.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Seiho, les katas de l'école[modifier | modifier le code]

Comme toutes les koryū, la Hyoho Niten Ichi Ryu enseigne par les seiho (katas). Seiho signifie « conduire l’énergie ». Ils se font par deux  : le plus ancien avance et le plus débutant répond, le premier rôle étant Uchidachi et le second Shidachi. Il n'y a pas de combat ni de compétition selon les usages des koryu. Il est le lieu du combat et de l'enseignement "comme un verre qui serait versé dans un autre sans en perdre une goutte."

Liste des seiho :

  1. Itto/Tachi Seiho  : 12 seiho au dachi.
  2. Nito Seiho  : 5 seiho avec le dachi et le kodachi, sabres long et court, qui correspondent aux 5 seiho du Livre de l’Eau.
  3. Kodachi Seiho : 7 techniques au kodachi.
  4. Bōjutsu : 20 seiho au , bâton long. 13 seiho bō contre dachi et 7 seiho bō contre bō.

D’autres enseignements peuvent exister mais ne sont pas accessibles à la connaissance du grand public. L'enseignement est appuyé sur une transmission orale de la juste lecture du Gorin no sho (le japonais ancien n'ayant pas de ponctuation, la lecture peut présenter plusieurs sens).

Les seiho sont enseignés en rapport direct avec l’avancée en grade de l’élève :

  • Shoden : Itto Seiho
  • Chuden : Kodachi Seiho
  • Okuden : Nito Seiho
  • Menkyo : Bojutsu
  • Menkyo Kaiden : tout le cursus du ryu et une compréhension profonde des enseignements du fondateur.

Il existe une forme de kendo inspirée de l'escrime de Miyamoto Musashi mais qui ne préserve aucune relation avec la Hyoho Niten Ichi Ryu. On l'appelle nito kendo, kendo à deux sabres. Il n'y a pas de tel combat dans cette koryu pour la simple raison que le "kendo" est une création post Meiji (1868) dont la première mention est apparue 267 ans après la mort de Miyamoto Musashi.

Équipement[modifier | modifier le code]

Kata au bokken, Hyoho Niten Ichi Ryu kenjutsu à Itsukushima Jinja

La Hyoho Niten Ichi Ryu utilise le bokken et le shoto bokken, le sabre en bois et le sabre court en bois. Ces bokken sont la création de Musashi lui-même. Ils témoignent de son esprit tout autant que ses seiho.

Elle estime qu'il n'y a pas de tenue de rigueur. On peut observer lors des entraînement ou keikos des tenues traditionnelles de travail ou samue, des "kinomos" ou des survêtements. Il faut cependant rappeler que l'ambiance d'une koryu est à la sobriété et donc les vêtements trop voyants sont tout à fait déconseillés.

Les niveaux avancés reçoivent l'enseignement du bâton long ou .

Admissibilité[modifier | modifier le code]

L'école déclare accepter tout le monde[2]. Cela signifie que le candidat sera jugé sur ses actes et son comportement et non sur son origine ou ses intentions.

Localisation des dojos[modifier | modifier le code]

Stèle dédiée à Miyamoto Musashi, fondateur de la Hyoho Niten Ichi Ryu. Elle est érigée à Kokura sur le lieu où vécut Musashi. Est inscrite sur la pierre la devise : "Seishin Chokudo", Cœur sincère, Voie droite.

Le Hombu Dojo (dojo central au Japon) est situé à Kokura dans le Kyūshū, et il est dirigé par Iwami Toshio Gensho soke. L'enseignement est ouvert aux Japonais ainsi qu'aux non-Japonais. Faire partie d'une koryu implique d'être accepté par le soke et de comprendre les devoirs de l'élève. L'école est également présente hors du Japon en Allemagne, Canada, États-Unis d'Amérique, Finlande, France, Italie, Hongrie, Pays-Bas, Roumanie, Royaume-Uni, République Tchèque, République Slovaque et Slovénie.

L'ouverture d'un dojo de Hyoho Niten Ichi Ryu implique obligatoirement l'accord du soke.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir en bas de page la liste des écoles anciennes membres de cette prestigieuse organisation et une courte présentation de l'école
  2. « La Hyoho Niten Ichi Ryu est ouverte à tout le monde et nous n’avons jamais refusé personne. L’enseignement de Musashi est un enseignement pour le Monde entier. » Iwami soke, 11e successeur de Miyamoto Musashi interview paru dans DRAGON de janvier/février 2005 L'article ici.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

3 interviews de Iwami soke, 11e Grand maître de la Hyoho Niten Ichi Ryu :

  • Les maîtres sont les aiguilles, les élèves les fils, interview de Iwami Toshio Harukatsu soke dans Karate-Bushido no 388, février 2011, éd. Européenne de Magazines
  • L'enseignement de Musashi est d'abord une philosophie, interview de Iwami soke par Nguyen Thanh Thiên dans Dragon no 7 janvier 2005
  • Les principes de Musashi, interview de Iwami soke par Constantino Arteaga et Hiroko Miwa dans Dragon no 13 janvier 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]