Hymne national du Costa-Rica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Himno Nacional de Costa Rica (es)

Hymne national du Costa Rica

Couverture de la première édition de la partition de l'hymne costaricien.
Couverture de la première édition de la partition de l'hymne costaricien.

Hymne national du Drapeau du Costa Rica Costa Rica
Autre(s) nom(s) Noble patria, tu hermosa bandera (es)
Noble patrie, ton beau drapeau
Paroles José Maria Zeledon Brenes
1903
Musique Manuel Maria Gutierrez
1852
Adopté en 1853
Fichiers audio
Fichier audio externe Himno Nacional de Costa Rica (Instrumental)

Himno Nacional de Costa Rica, ou Noble patria, tu hermosa bandera, est l'hymne national de la République du Costa Rica.

L'hymne, composé en 1852 par Manuel Maria Gutierrez, a été adopté en 1853. Les paroles, écrites par José María Zeledón Brenes, ont été ajoutées en 1903, à la suite d'un concours ouvert au public. José Maria Zeledón Brenes était un intellectuel, homme politique anarchiste et poète.

Paroles[modifier | modifier le code]

Paroles officielles (es) Traduction en français

Noble patria, tu hermosa bandera
Expresión de tu vida nos da:
Bajo el límpido azul de tu cielo
Blanca y pura descansa la paz.

En la lucha tenaz de fecunda labor
Que enrojece del hombre la faz,
Conquistaron tus hijos, labriegos sencillos,
Eterno prestigio, estima y honor,
eterno prestigio, estima y honor.
¡Salve oh tierra gentil!
¡Salve oh madre de amor!
Cuando alguno pretenda tu gloria manchar,
Verás a tu pueblo, valiente y viril
La tosca herramienta en arma trocar.

¡Salve patria! tu pródigo suelo
Dulce abrigo y sustento nos da;
Bajo el límpido azul de tu cielo
¡Vivan siempre el trabaja y la paz!

Noble patrie ! ton beau drapeau
l'expression de ta vie nous donne :
sous l'azur limpide de ton ciel
blanche et pure repose la paix.

Dans la lutte tenace du labeur fertile
qui rougit la face de l'homme
tes enfants, simples paysans, ont conquis
prestige éternel, estime et honneur.

Salut, oh terre gentille !
Salut, oh mère d'amour !
Lorsque certains prétendent salir ta gloire,
tu verras ton peuple vaillant et viril
l'outil grossier en arme le changer.

Salut, oh patrie ! ton prodigue sol
doux abri et nourriture nous donne:
sous l'azur limpide de ton ciel
que vivent à jamais le travail et la paix !

Références[modifier | modifier le code]

Néant

Voir aussi[modifier | modifier le code]