Hygrophila polysperma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hygrophila polysperma ou hygrophile indienne est un plante palustre d'eau douce à tige de la famille des Acanthaceae. Elle est utilisée comme plante décorative en aquariophilie[1].

Elle est devenue invasive dans d'autres chaudes régions du monde où elle a été introduite (volontairement ou involontairement). C'est une espèce à croissance rapide et à propagation rapide très compétitive[1], même en présence d'autres invasives submergées (ludwigia par exemple). Hygrophila polysperma peut produire des tapis denses qui interfèrent avec la navigation[1].

Origine[modifier | modifier le code]

A l'état naturel, cette plante se rencontre en Thaïlande, Malaisie, Sumatra.

Description[modifier | modifier le code]

Hygrophila polysperma se compose de feuilles lancéolées de couleur vert tendre au brun rouge si la lumière est assez intense. Les racines de cette plante à tige poussent à tous les nœuds. Sa croissance est rapide.

Une tige d'Hygrophila polysperma

Maintenance[modifier | modifier le code]

La hauteur du bac doit être de 40 cm minimum avec une filtration normale et un éclairage intense à très intense. C'est une plante qui a besoin d'engrais de temps en temps mais elle n'est pas exigeante. La croissance est de 10 cm par semaine.

L'eau doit avoir une température comprise entre 15 et 30°C avec un th de 4 à 20°F et un pH compris entre 6.5 et 7.2. Cette plante est facile d'entretien et s'adapte à toutes les maintenances. Elle supporte même l'eau froide. De ce fait elle est recommandée aux débutants.

Entretien[modifier | modifier le code]

Sa croissance oblige à de fréquents taillages sous peine d'être envahi. Il faut alors l'éclaircir et l'étêter régulièrement pour éviter qu'elle étouffe les autres. Comme sa croissance est importante, il est recommandé de ne pas serrer les plants.

Multiplication[modifier | modifier le code]

La multiplication se fait par prélèvement de boutures d'une vingtaine de centimètres. Comme les feuilles se dégarnissent vers le bas, il est conseillé de déplanter et de couper les tiges puis de replanter les têtes afin de toujours garder des plants bien touffus.

Invasivité[modifier | modifier le code]

En croissance dans la même eau que Hygrophila polysperma (plante du sud-est asiatique introduite et devenue invasive en Amérique), Ludwigia repens a une croissance rapide, tout en induisant une forte réduction de croissance et de poids de sa concurrente (laquelle ne grandit qu'à raison de 5 % de ce qu'elle ferait en l'absence de L repens. (après 12 semaine de croissance en commun) ; Cultivées isolément, ces deux plantes grandissent à peu près à la même vitesse et produisent la même biomasse[2].
Les données expérimentales suggèrent que ces deux espèces peuvent facilement coloniser des habitats dépourvus de végétation. Cependant, dans un mélange égal de brins des deux espèces lors d'une colonisatrices de nouveaux habitats, H. polysperma aura l'avantage. Et plus encore ; une population établie de L.repens se laissera envahir par H. polysperma alors qu'il semble peu probable que des populations d' H. polysperma soient envahies par L. repens[2]. L'expansion continue de H. polysperma introduite dans d'autres régions chaudes du monde est donc probable, avec régression de L. Repens là où les deux espèces seront en concurrence[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Hygrophila polysperma, in ISSG Database
  2. a, b et c Robert D. Doyle, Matthew D. Francis, R.Michael Smart , Interference competition between Ludwigia repens and Hygrophila polysperma: two morphologically similar aquatic plant species ; Aquatic Botany Volume 77, Issue 3, November 2003, Pages 223-234 doi:10.1016/S0304-3770(03)00104-9 (résumé)

Liens externes[modifier | modifier le code]