Hygiène raciale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affiche de propagande raciste à l'occasion de l'exposition « Merveille de la Vie », organisée en 1935 à Berlin.
25 juillet 1933 : en Allemagne, la pseudo-science devient force de loi après sa promulgation.

L’hygiène raciale (en allemand Rassenhygiene) est un concept raciste introduit par le médecin Alfred Ploetz en 1904 dans un article de la publication Archives de biologie raciste et sociale[1]. D'emblée, les propositions de ce texte visant à soigner une population plutôt qu'un individu le placent dans le registre des pseudo-sciences.

L'exploitation de ce concept, son instrumentalisation et son application par le pouvoir national-socialiste ont fait l'objet de nombreuses études[2],[3],[4] et de rappels tant institutionnels que médiatiques[5],[6],[7]. Des décrets et lois de l'année 1933 seront précurseurs du programme Aktion T4 et d'un programme de stérilisation contrainte, programmé par la Loi allemande sur la stérilisation forcée du 14 juillet 1933. Cette action programmée sous le Troisième Reich sera l'objet de diverses procédures judiciaires en 1945, dont le procès des médecins suite à des expérimentations soi-disant médicales.

Dès la deuxième moitié du XXe siècle, ce concept et les théories qui l'accompagnaient sont invalidés et condamnés par les instances internationales[8],[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Alfred Ploetz s'associe en 1905 à trois personnes : un juriste, au psychiatre Ernst Rüdin et à l'anthropologue Francis Galton, fondant l'« Association allemande pour l'hygiène de la race » (Deutsche Gesellschaft für Rassenhygiene), dont le but est de diffuser l'idée parmi les pays où, selon eux, réside la race nordique. Des antennes ouvrent donc en Suède, en Tchéquie et en Suisse[10]. Les conséquences ne constituent donc pas qu'un phénomène uniquement allemand[11].

Contestée, cette théorie raciale fait néanmoins l'objet de polémiques parmi la communauté médicale et aboutit pendant les années 1920 à un consensus légitimant la future Aktion T4[12]. Son influence grandit et va jouer un rôle central dans la définition des politiques racistes du Troisième Reich, une fois toute opposition intellectuelle comme politique balayée par la mise au pas succédant à la prise de pouvoir du Führer : désormais, seul le Rassenpolitisches Amt définit son programme.

Utilisation par l'Allemagne nazie[modifier | modifier le code]

En effet, si la contribution d'Alfred Ploetz pourrait s'apparenter à l'eugénisme, la résonance qu'ont eue ses écrits et ses initiatives dans le contexte de l'avènement au pouvoir du parti nazi en Allemagne fut tout autre : relayée par Fritz Lenz, cette théorie marginale est devenue une politique d'État, promue par un organisme officiel de recherches, l'Institut Kaiser-Wilhelm d'anthropologie, d'hérédité humaine et d'eugénisme :

  • en médecine : à compter de 1933, le cursus universitaire du corps médical en Allemagne est révisé entièrement pour inclure une formation en « génétique raciste » ; Josef Mengele en fut manifestement l'étudiant type[13], représentatif d'une génération entière de médecins affiliés à l'idéologie nazie[14].
  • pour la police : la police allemande, à compter de 1936, est également investie de faire respecter les lois raciales, ce dont se charge une section appelée police « sanitaire ».
  • dans la société civile : illustrant son influence, l'idée produisit des effets inattendus (mouvement anti-tabac sous le Troisième Reich).
  • en droit : Fritz Lenz contribua à la rédaction d'une partie des Lois de Nuremberg (1935).

Élève de Hans F. K. Günther (1891–1968), le plus célèbre raciologue du IIIe Reich, l'anthropologue Bruno Beger fit partie de l'invraisemblable expédition au Tibet en 1938/39, financée par les (en) instituts de Himmler et visant à trouver les preuves validant l'origine indo-européenne de l'idéologie aryenne.

La conceptualisation de l'hygiène raciale au début du XXe siècle en Allemagne a un effet immédiat en 1933 par la loi dite de « stérilisation forcée », puis constitue le prodrome de l'extermination effectuée à grande échelle par la folie meurtrière du régime, une fois la guerre déclarée (Holocauste, Porajmos et Generalplan Ost), mais également de l'instauration du Lebensborn.

Les procureurs des procès de Nuremberg ont instruit en crime contre l'humanité les effets produits par ce concept, selon l'acte d'accusation du 7 juillet 1947.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mathilde Aycard (historienne) et Pierre Vallaud (historien), Allemagne, IIIe Reich [« Allemagne, IIIe Reich : histoire, encyclopédie, librairie académique Perrin OCLC 300429666 (ISBN 226201387X et 978-2262013875) Notice BnF no FRBNF41328102f »], éditions Perrin, coll. « tempus »,‎ janvier 2013 (1re éd. 28 août 2008), 1008 p. (ISBN 978-2-262-04133-5), p. 620
    De la genèse à la chute, une encyclopédie pour analyser et comprendre une des périodes les plus terribles de l'histoire. Divisé en quatre parties, l'ouvrage propose un récit des 12 ans de vie quotidienne sous Hitler, un dictionnaire des hommes et des événements, un atlas inscrit dans les limites du grand Reich et une chronologie de la guerre.
  2. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hom_0439-4216_1999_num_39_150_453585
  3. http://www.scienceshumaines.com/l-hygiene-de-la-race-hygiene-raciale-et-eugenisme-medical-en-allemagne-1870-1933_fr_10064.html
  4. http://www2.ac-lyon.fr/etab/lycees/lyc-42/fauriel/spip.php?article496
  5. http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article.php?pArticleId=62&pChapitreId=33170&pSousChapitreId=33171&pArticleLib=L%92eug%E9nisme+%28Eugenik%29+ou+%AB%A0hygi%E8ne+raciale%A0%BB+%28Rassenhygiene%29+%5BNazisme+%3A+les+op%E9rations+%AB%A0T4%A0%BB+et+%AB%A014F3%A0%BB+%282i%E8me+guerre+mondiale+1939-1945%29-%3EPr%E9misses%A0%3A+de+l%92eug%E9nisme+%E0+l%27euthanasie+%E9tatique%A0%3A+l%92hygi%E8ne+raciale%5D
  6. http://www.lcp.fr/emissions/docs-ad-hoc/vod/141747-hygiene-raciale
  7. http://www.la-croix.com/Actualite/Europe/A-Berlin-un-monument-aux-handicapes-victimes-du-nazisme-2014-09-02-1200167
  8. http://www.un.org/fr/holocaustremembrance/2009/programme.shtml
  9. https://highschoolbioethics.georgetown.edu/units/cases/unit4_5.html
  10. résultat : Les enfants de la grand-route (Suisse, 1926).
  11. En 1922, la Suède ouvre à Uppsala le (en) Statens institut för rasbiologi.
  12. Lire également l'article Euthanasie des enfants pendant le IIIe Reich (en).
  13. Le foisonnement de ces théories raciales fut le terreau des multiples expériences médicales nazies dans les camps de concentration, objet d'un volet des procès de Nuremberg.
  14. (de)Liste de docteurs en médecine affiliés au nazisme.

Source[modifier | modifier le code]

  • Sur le développement du mouvement de l'hygiène raciale avec le National-socialisme, voir : (en) Paul Weindling, Health, race and German politics between national unification and Nazism, 1870–1945, New York, Cambridge University Press, 1989.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Robert Ritter (à droite), une femme âgée et un policier ; photographie de 1936, Archives fédérales allemandes/Bundesarchiv.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]