Hydrolat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schéma d'un alambic

Un hydrolat (ou eau de distillation) est un extrait d'une plante aromatique ou non obtenue par entraînement à la vapeur. Font partie des hydrolats, les eaux florales, obtenue à partir des fleurs[1].

Technique de fabrication[modifier | modifier le code]

Lors du processus de distillation dans un alambic, les composés aromatiques des matières premières distillées sont entraînés avec la vapeur d’eau, condensés et récupérés dans un décanteur. Le distillat obtenu est composé d’huile essentielle surnageant et d’eau de distillation, dans laquelle s’est solubilisée une infime partie de l’huile essentielle. Dans ce cas-là, on obtient un sous-produit, ou coproduit, de l’huile essentielle.

Par ce procédé on obtient l’eau de rose et l'huile essentielle de rose. De la même façon si on distille la fleur de bigaradier on obtient le néroli et l’eau de fleur d'oranger.

Conservation[modifier | modifier le code]

Les hydrolats sont extrêmement vulnérables au développement bactériologique en raison de leur faible teneur en huile essentielle et à la présence de particules végétales. Ils ont aussi tendance à changer de couleur dû à la présence combinée de particules végétales et de sels métalliques. Pour leur bonne conservation, il convient de les stocker à l’abri de la lumière, de l’oxygène et des variations de température[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les eaux florales sont utilisées depuis longtemps comme un type de médicament naturel[2].

Sauf exception, toutes les plantes médicinales et aromatiques peuvent se distiller à la vapeur d'eau.

Liste d'hydrolat (aqua)[modifier | modifier le code]

  • Eau d'amande amère (Aqua amygdalarum amararum),
  • Eau de cannelle (Aqua cinnamomi),
  • Eau de Cologne
  • Eau de fleur d'oranger (Aqua florum aurantii),
  • Eau de fenouil (Aqua foeniculi),
  • Eau de laurier-cerise (Aqua laurocerasi),
  • Eau de lavande
  • Eau de menthe crépue (Aqua menthae crispae),
  • Eau de menthe poivrée (Aqua menthae piperitae),
  • Eau de rose (Aqua rosae),
  • Eau de framboise (Aqua rubi idaei).


Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b G Ferrando (2006). La production des eaux florales. Congrès de Digne 2006. Date : 29/11/2006.
  2. « Eau de Brucchieri, formule communiquée par l'auteur », J. Pharm. Chim., 3e série, vol. 29,‎ 1856, p. 466 (ISSN 0368-3591, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]