Hyacinthe Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vincent.

Hyacinthe Vincent

alt=Description de l'image Jean Hyacinthe Vincent.jpg.
Naissance 22 décembre 1862
Bordeaux
Décès 23 novembre 1950
Paris, France
Profession Médecin

Hyacinthe Jean Vincent, né à Bordeaux le 22 décembre 1862 et mort à Paris le 23 novembre 1950, est un médecin français, connu principalement pour ses travaux sur la fièvre typhoïde et la gangrène gazeuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hyacinthe Vincent est le fils d'un marchand boucher bordelais, Gustave Vincent, installé cours Portal à Bordeaux, et d'Anne Manbourguet. La famille Vincent est une vieille famille des Hauts-de-Gironde dans la région de Lapouyade.

Médecin général inspecteur de l'armée, il est affecté à l'École militaire du dey d'Alger. Hyacinthe Vincent y découvre le bacille Fusiformis fusiformis qui, associé à des spirilles, est à l'origine de l'angine ulcéro-membraneuse, généralement unilatérale, appelée « angine de Vincent[1] ».

Professeur agrégé au Val-de-Grâce et au Collège de France, titulaire de la chaire d'épidémiologie, il vaccine avec succès, en 1912, grâce à son éthérovaccin, le contingent français d'Afrique du Nord contre la typhoïde. Ce vaccin avait été mis au point en 1896 par Almroth Wright en Angleterre et en 1909 par André Chantemesse et Hyacinthe Vincent en France. Lors de la Première Guerre mondiale, une loi du 28 mars 1914 impose la vaccination T.A.B. (vaccinination contre la typhoïde et les paratyphoïdes A et B) et sauve l'armée française en supprimant presque totalement les cas de fièvre typhoïde. On lui doit aussi la découverte du vaccin contre la gangrène gazeuse.

Les maréchaux Joffre et Foch lui rendent hommage. Membre de l'Académie de médecine, il est élu membre de l'Académie des sciences en 1922.

Hyacinthe Vincent est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Grand-Croix de la Légion d'honneur
  • Médaille militaire
  • Cité à l'Ordre de la Nation

Hommages[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sur le domicile parisien d'Hyacinthe Vincent au no 7 de l'avenue Bosquet.
  • Un timbre a été édité à son effigie en 1962.
  • Plusieurs rues, places, hôpitaux (Centre hospitalier des armées Hyacinthe Vincent à Dijon, aujourd'hui désaffecté), facultés de médecine (Bordeaux) portent son nom.
  • Son nom a été donné à l'une des trois facultés de médecine de l'Université Bordeaux II.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Appelée aussi gingivite de Vincent, gingivite nécrosante, gingivite ulcéreuse, gingivite ulcéreuse nécrosante, gingivite ulcéronécrotique, maladie de Vincent ou stomatite ulcéreuse.