Huréaulite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Huréaulite
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[1]
Huréaulite et Barbosalite - Sapucaia Brésil

Huréaulite et Barbosalite - Sapucaia Brésil
Général
Classe de Strunz 8.CB.10
Formule brute Mn2+5(PO3OH)2(PO4)2•4(H2O)
Identification
Masse formulaire 728.65 uma
Couleur Grise, blanche, rose, rouge, orangé
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique ; C2/c
Système cristallin Monoclinique
Clivage Bon sur {100}
Cassure irrégulière
Habitus En masses compactes, les cristaux sont rares en prisme cours parallèles à (100) ou équant[2].
Échelle de Mohs 3.5
Trait pratiquement blanc
Éclat Vitreux, gras
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.647, b=1.654, g=1.66
Biréfringence Biaxial (-); 0.0130
Dispersion 2vz ~ 84
Fluorescence ultraviolet aucune
Transparence transparent à translucide
Propriétés chimiques
Solubilité facile dans les acides
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L'huréaulite est une espèce minérale formée de phosphate hydraté de manganèse de formule Mn2+5(PO3OH)2(PO4)2•4(H2O). Les cristaux peuvent atteindre 3 cm[3].

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Découverte par le minéralogiste français François Alluaud en 1826[4], la description en a été faite par Armand Dufrénoy en 1829[5] le nom dérive du gisement topotype.

Topotype[modifier | modifier le code]

  • Huréaux, Saint-Sylvestre carrière de La Vilate près de Chanteloube, Nord de Limoges, Haute Vienne, France

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • L'huréaulite sert de chef de file à un groupe de minéraux isostructuraux qui porte son nom.

Groupe de l'huréaulite[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Groupe d'espace : C2/c
  • Les Paramètres de l'unité cellulaire sont : a = 17,54717,623 Å, b = 9,0669,127 Å, c = 9,3989,490 Å, β = 96,74 °, Z = 4, V = 1 516,03 Å3
  • Densité calculée = 3.20

Gîtologie[modifier | modifier le code]

Minéral secondaire des pegmatites et des granites dans les triphylites altérées.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Barbosalite, cacoxénite, dickinsonite, éosphorite, fairfieldite, hétérosite, Lithiophilite, phosphosidérite, rockbridgeite, roschérite, stewartite, strengite, triphylite, vivianite

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • baldaufite : décrite en 1925 par Müllbauer, et dédiée au minéralogiste et ingénieur des mines allemand Richard Baldauf (1848-1931)[7]
  • palaite (Schaller 1912)[8]
  • pseudopalaite (de Jesus 1933)[9]

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Brésil
Mine de Sapucaia, Sapucaia do Norte, Galiléia, Minas Gerais, Brésil[10]
  • États-Unis
Foote Lithium Co. Mine (Foote Mine), Kings Mountain District, comté de Cleveland, Caroline du Nord[11]
  • France
Huréaux, Saint-Sylvestre carrière de La Vilate près de Chanteloube, Nord de Limoges, Haute Vienne (Topotype)
  • Madagascar
pegmatite de Marivolanitra, District d'Ambatofinandrahana, Région d'Amoron'i Mania, Province de Fianarantsoa[12]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Murdoch, Joseph (1942) Contributions to the Crystallography of Hureaulite. American Mineralogist 27: 228
  3. The Handbook of Mineralogy John W. Anthony, Richard A. Bideaux, Kenneth W. Bladh, and Monte C. Nichols, and published by Mineral Data Publishing Volume IV, 2000.
  4. Alluaud (1826) Ann. sc. Nat.: 8: 334
  5. Dufrénoy (1829) Annales de chimie et de physique, Paris: 41: 338.
  6. Murdoch, Joseph (1943) Crystallography of Hureaulite. American Mineralogist 28: 19-24
  7. Müllbauer (1925) Zeitschrift für Kristallographie, Mineralogie und Petrographie, Leipzig: 61: 334.
  8. Schaller (1912) Journal of the Washington Academy of Science: 2: 143.
  9. de Jesus (1933) [1936] Com. Serv. Geol. Portugal: 19: 65.
  10. Cassedanne, J.P. & Baptista, A. (1999): Famous Mineral Localities: The Sapucaia Pegmatite Minas Gerais, Brazil. Mineralogical Record, 30: 347-360 + 365
  11. Rocks and Minerals, (1985) 60:76-82
  12. Behier, J. (1960): Contribution à la minéralogie de Madagascar. Annales Géologiques de Madagascar XXIX, Tananarive. 78p