Huile de foie de morue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Huile de foie de morue
Sous forme de capsules gélifiées
Sous forme de capsules gélifiées
Identification
No CAS 8001-69-2
No EINECS 232-289-6
Propriétés chimiques
Indice d’iode 137–166 [1]
Indice d’acide 5,6 [1]
Indice de saponification 171–189 [1]
Propriétés physiques
fusion −3 °C [1]
Masse volumique d^{15}_{15} 0,920,93 g·cm-3 [1]
Propriétés optiques
Indice de réfraction n^{ 25 }_{  }  1,481 [1]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'huile de foie de morue est un dérivé du foie de la morue (poisson). Par le passé, c'était un supplément nutritionnel donné communément aux enfants, pour les problèmes de rachitisme et de croissance osseuse.

Comme aliment, cette huile est l'une des sources les plus efficaces d'acides gras oméga-3[réf. nécessaire], en particulier l'acide docosa hexaénoïque communément appelé DHA et l'acide eicosapentaénoïque ou EPA, qui sont des acides gras polyinsaturés dit "essentiels" car non fabriqués par l'organisme et uniquement apportés par l'alimentation. L'huile de foie de morue est également une excellente source de vitamine A et vitamine D, ce qui la distingue des autres huiles de poisson. L'intérêt nutritionnel de l'huile de foie de morue, au travers de l'EPA et du DHA, a été validé par la Commission Européenne de validation des allégations qui confirme son efficacité pour sa contribution:

  • au développement normal du cerveau du fœtus et des nourrissons [2] (commission de régulation EU n°440/2011 du 16/05/2012)
  • à l'entretien du fonctionnement normal du coeur (commission de régulation EU n°432/2012 du 16/05/2012)
  • à l'entretien d'une vision normale (commission de régulation EU n°432/2012 du 16/05/2012)
  • au maintien d'une concentration normale de triglycéride dans le sang (commission de régulation EU n°536/2013 du 11/06/2013)
  • au maintien d'une pression sanguine normale (commission de régulation EU n°536/2013 du 11/06/2013)

[3] [4]

En résumé, l'huile de foie de morue joue un rôle bénéfique pour

  • LA PROTECTION CARDIAQUE[5]
  • LES FONCTIONS COGNITIVES [7] et LE BIEN ETRE EMOTIONNEL[8]
  • LES GÊNES ARTICULAIRES et L'INFLAMMATION[9]
  • LE DEVELOPPEMENT DU FOETUS et DU NOURISSON [10]


Elle est traditionnellement recommandée en cas d'ostéoporose[11] ou de fracture (apport en vitamine D) et de déficit en vitamine A qui a des conséquences néfastes pour la vision[12] et la peau. Cette huile était aussi utilisée autrefois par les marins du nord de l'Europe, appliquée sur leur peau, pour se protéger du soleil.[réf. nécessaire]

Composition :

Nutriment Valeur pour 100g[13]
Vitamine A 100 000 UI
Vitamine D 10 000 UI
Acides gras saturés 22,608 g
Acides gras monoinsaturés 46,711
Acides gras polyinsaturés 22,541g

Fabrication[modifier | modifier le code]

Cette huile est fabriquée par cuisson de foies de morues à la vapeur, puis écrasement et décantation des foies cuits pour en extraire l'huile. Le mauvais goût de l'huile est aujourd'hui très largement atténué grâce au progrès dans les techniques d'extraction et au procédé de filtration.

Par contraste, les huiles de poisson sont extraites des corps entiers de poissons, durant la fabrication des farines de poisson. Si l'huile de foie de morue et les huiles de poisson peuvent paraître en quelque sorte similaires, leur composition chimique diffère : l'huile de poisson contient beaucoup moins de vitamines A et D comparée à celle de foie de morue.

Forme galénique[modifier | modifier le code]

Il existe 2 formes galéniques pour ce complément alimentaire, soit sous forme de gélules souples soit directement sous forme liquide en bouteille. L'avantage de la gélule réside dans sa neutralité en goût mais avec la contrainte de l'ingestion. L'avantage de l'huile de foie de morue sous forme liquide est sa meilleure biodisponibilité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) J. G. Speight, Norbert Adolph Lange, Lange's handbook of chemistry, McGraw-Hill,‎ 2005, 16e éd., 1623 p. (ISBN 0071432205), p. 2.808
  2. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20188533
  3. Journal de référence EFSA
  4. Commision Européenne de validation des allégations
  5. Etude du Dr Mozaffarian de Harvard School of public health Ann Intern Med. 2013 Apr 2;158(7):515-25. doi: 10.7326/0003-4819-158-7-201304020-00003.
  6. Reducing the genetic risk of age-related macular degeneration with dietary antioxidants, zinc, and ω-3 fatty acids: the Rotterdam study. Ho L1, van Leeuwen R, Witteman JC, van Duijn CM, Uitterlinden AG, Hofman A, de Jong PT, Vingerling JR, Klaver CC.
  7. Acta Paediatr. 2010 Jan;99(1):72-7. doi: 10.1111/j.1651-2227.2009.01545.x. Fish consumption and school grades in Swedish adolescents: a study of the large general population. Kim JL1, Winkvist A, Aberg MA, Aberg N, Sundberg R, Torén K, Brisman J.
  8. J Nutr. 2010 Apr;140(4):864-8. doi: 10.3945/jn.109.113233. Epub 2010 Feb 10. DHA deficiency and prefrontal cortex neuropathology in recurrent affective disorders. McNamara RK.
  9. James MJ, Gibson RA, Cleland LG. Dietary polyunsaturated fatty acids and inflammatory mediator production. Am J Clin Nutr. 2000 Jan;71(1 Suppl):343S-8S.
  10. "Effet de la supplémentation en acides gras polyinsaturés à longue chaine sur le développement neurologique de l'enfant" As Ryan, Jd Astwood, S Gautier, Cn Kurakto, Eb Nelson, M Salem Martek biosciences corporation, Columbia, USA
  11. Use of calcium or calcium in combination with vitamin D supplementation to prevent fractures and bone loss in people aged 50 years and older: a meta-analysis. Tang BM1, Eslick GD, Nowson C, Smith C, Bensoussan A.
  12. Selective deficits in erythrocyte docosahexaenoic acid composition in adult patients with bipolar disorder and major depressive disorder. McNamara RK1, Jandacek R, Rider T, Tso P, Dwivedi Y, Pandey GN
  13. Fish oil, cod liver, USDA National Nutrient Database for Standard Reference, Release 21 (2008)