Hugues II du Puiset-Jaffa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tyr1.jpg
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hugues du Puiset.

Hugues II du Puiset, né vers 1106, mort vers 1134, est un comte de Jaffa (1123-1132), fils de Hugues Ier, comte de Jaffa et de Mabille de Roucy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon Guillaume de Tyr, ses parents se rendirent en Terre Sainte en pèlerinage, et Hugues naquit en Apulée pendant ce voyage. Comme le nouveau né semble de santé fragile, ses parents n’osent pas lui faire subir les rigueurs de la traversée et le confie au prince Bohémond II de Tarente, héritier de la principauté d'Antioche. Ses parents parviennent à Jérusalem et son père reçoit le comté de Jaffa, puis meurt en 1118. Sa mère se remarie à Albert de Namur qui administre le comté, régulièrement en butte aux incursions des Fatimides d’Égypte[1].

On ne sait pas où Hugues de Puiset a passé son enfance, ni quand il se rend dans le royaume de Jérusalem. René Grousset indique qu’il accompagne Bohémond II lorsque ce dernier vient prendre possession de la principauté d’Antioche, mais ce évènement se passe en 1126 alors qu’Hugues du Puiset est déjà comte de Jaffa en 1123. De plus, il est mentionné comme ami d’enfance de la reine Mélisende de Jérusalem, ce qui est difficilement possible si l’une a été élevée à Jérusalem et l’autre à Tarente[1],[2].

Après la mort d’Albert de Namur, le roi Baudouin II, son cousin germain, lui donne en 1123 le comté de Jaffa et le marie à Emma, nièce du patriarche Arnoulf de Roeux et veuve d'Eustache Ier de Grenier, seigneur de Césarée. Hugues et Mélisende ont des liens étroits d'amitié, mais la rumeur le disait trop familier avec la reine et, après la mort de Baudouin II et l’avènement de Foulque d’Anjou, mari de Mélisende, l’hostilité monte entre Foulque et Hugues et la cour se divise bientôt entre les deux camps. Selon Guillaume de Tyr, Gautier Ier de Grenier, seigneur de Césarée et beau-fils d'Hugues, l'accuse de trahison lors d'une séance de la Haute Cour et lui lance un défi. Une date est fixée pour le duel judiciaire, mais, le jour venu, Hugues se dérobe pour une raison inconnue : peut-être craint-il un piège de Foulque ou peut-être avait-il fait un faux serment pour protéger la reine et redoute-t-il la fureur divine. Son absence empêche ses partisans de prendre sa défense et il est reconnu coupable par défaut[3],[4].

À cette nouvelle, Hugues prend peur et se rend à Ascalon pour se mettre sous la protection des Égyptiens. Ces derniers profitent de cette alliance pour envahir le sud du royaume de Jérusalem jusqu’à Arsur, mais les vassaux d’Hugues, son connétable Bliand d’Ibelin en tête, ulcérés par cette trahison, abandonnent leur suzerain et livrent Jaffa à Foulque, qui repousse les Égyptiens, mais ne peut empêcher la prise de Panéas par Zengi, atabeg de Mossoul et d’Alep. Hugues du Puiset n’a plus d’autre choix que faire sa soumission au roi et implorer son pardon. Afin d’apaiser les griefs et les haines, il est convenu qu’Hugues serait exilé pendant trois ans et retrouverait ses fiefs à son retour[5],[6].

En attendant son départ pour l’Italie, Hugues séjourne à Jérusalem, quand il est pris à parti par un chevalier breton et grièvement blessé. La population, croyant dans un premier temps que le roi avait ordonné l’agression alors que la trêve était conclue entre le comte et le roi, menace de se révolter, estimant l’agression injuste. Foulques, innocent de cet attentat, ordonne que l’agresseur soit jugé par la Haute Cour des Barons, qui condamne le chevalier breton au démembrement, puis ordonne que son exécution soit publique, tout en interdisant qu’on lui coupe la langue, de sorte qu’il puisse parler jusqu’au bout. Par ce procédé, le peuple hyérosolomitain est convaincu de l'innocence du roi[7],[8].

Malgré la gravité de ses blessures, Hugues se rétablit et s'exile en Apulée où le roi Roger II de Sicile, son parent, le fait comte de Gargan. Il meurt peu après[9],[10].


Parentés d'Hugues de Puiset[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tancrède de Hauteville
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gui Ier de Montlhéry
 
 
 
 
 
 
 
Robert Guiscard
 
 
 
 
 
Roger Ier
roi de Sicile
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mélisende
x Hugues Ier
comte de Rethel
 
Alix
x Hugues Ier Blavons
seigneur du Puiset
 
Sibylle
x Ebles II
comte de Roucy
 
 
 
 
 
Bohémond de Tarente
prince d'Antioche
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Baudouin II
roi de Jérusalem
 
Hugues Ier
comte de Jaffa
 
Mabel de Roucy
 
Albert de Namur
comte de Jaffa
 
Bohémond II
prince d'Antioche
 
Roger II
roi de Sicile
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mélisende
x Foulque d’Anjou
 
 
 
Hugues II
comte de Jaffa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Grousset 1935, p. 34.
  2. Pernoud 1990, p. 78.
  3. Grousset 1935, p. 35-6.
  4. Pernoud 1990, p. 78-9.
  5. Grousset 1935, p. 36-7.
  6. Pernoud 1990, p. 79.
  7. Grousset 1935, p. 37-8.
  8. Pernoud 1990, p. 79-80.
  9. Grousset 1935, p. 38.
  10. Pernoud 1990, p. 80.

Sources[modifier | modifier le code]