Hugo Race

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hugo Race

Hugo Race est un musicien et producteur rock australien originaire de Melbourne, basé en Europe depuis 1989 (Hugo réside à Catane, en Sicile). Son groupe le plus récent, Hugo Race and the True Spirit a sorti douze albums, dont au moins six sur le label allemand Glitterhouse. Lors de la dissolution de Birthday Party, Hugo Race fait partie du groupe Nick Cave & The Cavemen, assurant des concerts aux côtés de Rowland S. Howard à Londres, notamment, où il tient le rôle de guitariste, sans succès stable. Il est néanmoins un des premiers membres du groupe Nick Cave and the Bad Seeds en 1983-1984, à ses débuts (il est apparu sur cinq CD de leur catalogue, et est parmi les compositeurs de la chansons From Her to Eternity). Il retourne à Melbourne, quittant l'Europe sans différend pour former ses propres groupes Plays With Marionettes, puis The Wreckery (avec le violoniste, arrangeur et compositeur australien Robin Casinader) en 1985, sous les labels White, Rampant Records et Citadel Records Robin Casinader et Nick Barker[1] et Dave Graney And The Coral Snakes[2].

Multi-instrumentiste, producteur, auteur-compositeur-interprète, Hugo Race a vécu et travaillé aux États-Unis, en France, au Royaume-Uni, et en Italie. dans les années 1990, Hugo a sorti neuf albums sous son propre nom avec la collectif True Spirit sur les labels Normal et Glitterhouse. The True Spirit a fait des tournées partout en Europe. De Bruxelles à Bologne, True Spirit a souvent changé de formation, produisant un son qualifié par les professionnels de "Musique nocturne de l'âme" ou encore de "Industriel-Trance-Blues".

En 1999, Hugo a monté son propre studio de production, Helixed, qui sert de base à divers projets musicaux (Sepiatone, d'italie ; Transfargo, de Zurich (sous le label suisse ; RecRec Music et "Merola Matrix" (Sous le label Desvelos Records, de Sardaigne). Il a produit quelques artistes italiens : Cesare Basile, Nove Rose, le projet "Michaela" de l'australienne Mia Stone. L'implication de Hugo va de Bandes originales à des performances d'acteur, par exemple (on retiendra Dogs In Space de Richard Lowenstein, Ghosts... of the Civil Dead de John Hillcoat, et La Reine des damnés de Michael Rymer).

Les années 2000 l'amènent à reprendre la route de son Australie natale pour tenter d'y tourner un documentaire au long court. Son chemin croise celui de Chris Eckman (du groupe The Walkabouts et de Brokaw et ensemble ils montent Dirtmusic, hommage aux racines du blues. Ils enregistrent au Mali avec un groupe berbère qui apporte des couleurs inattendues à leur musique. Parallèlement, il expérimente des sonorités plus électroniques avec Marta Collica à travers des pièces musicales expérimentales ou leur groupe Sepiatone, aux antipodes de la rigueur de ses autres productions.

Si Hugo Race est rare en France, il continue à tourner sans cesse aux quatre coins du monde, distillant ses chansons sur de petits labels au gré des rencontres et des amitiés (Gustaff Rec en Pologne, Interbang en Italie, Glitterhouse en Allemagne), participant à divers projets artistiques avec une soif insatiable de faire et de créer.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2010 Fatalists
  • 2010 BKO, Dirtmusic
  • 2009 Between Hemisphere
  • 2008 Past Imperfect, The Wreckery (anthologie)
  • 2008 53rd State
  • 2006 Taoist Priests
  • 2007 Dirtmusic avec Chris Eckman et Chris Brokaw
  • 2005 Ambuscado
  • 2004 Darksummer, Sepiatone avec Marta Collica
  • 2003 The Goldstreet Sessions
  • 2001 Long Time Ago
  • 1999 Last Frontier, produit par Hugo Race
  • 1998 Chemical Wedding
  • 1997 Wet Dream, produced par Hugo Race et Chris Hughes
  • 1996 Valley Of Light, produit par Tony Cohen avec Hugo Race and The True Spirit
  • 1993 Spiritual Thirst
  • 1991 Second Revelator, produit par Mick Harvey
  • 1990 Earl's World
  • 1988 Rue Morgue Blues
  • 1988 Laying Down Law, The Wreckery

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Robin Casinader », Australian Rock Database, Magnus Holmgren (consulté le 2009-04-13)
  2. Robin Casinader