Hugo Höllenreiner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hugo Adolf Höllenreiner (prononcé en allemand [ˈhu.go(ˈdolf) ˈhœl.nraɪna ]), né le 15 septembre 1933 à Munich est un témoin de l'époque de la persécution des Sinti sous le nazisme.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Les parents d'Hugo Höllenreiner ont choisi comme deuxième prénom pour leur fils, Adolf, pour le protéger des nazis. En vertu du décret du 16 décembre 1942 d'Himmler, il est déporté à 9 ans au « camp de Tsiganes à Auschwitz-Birkenau » le 16 mars 1943[1]. Là Josef Mengele faisait des expériences médicales sur lui et son frère aîné.

Après la révolte des Tsiganes le 16 mai 1944 à Birkenau, Hugo Höllenreiner a été évacué dans les camps de Ravensbrück, Mauthausen et finalement à Bergen-Belsen où il est libéré par les Anglais. Il a 11 ans. Hugo Höllenreiner, ses 5 frères et sœurs et leurs parents ont survécu à la persécution des Sinti sour le Troisième Reich.

Depuis les années 1990, Hugo Höllenreiner raconte ces évènements lors de nombreuses conférences et dans des journaux. Il vit à Ingolstadt.

Représentation dans littérature, film et musique[modifier | modifier le code]

Dans quelques interviews Höllenrainer racontait à l'auteur Anja Tuckermann son destin pendant le national-socialisme. Anja Tuckermann a reçu le Prix allemand de la littérature de la jeunesse pour son livre "Denk nicht, wir bleiben hier!" Die Lebensgeschichte des Sinto Hugo Höllenreiner en 2006. Le livre a aussi été désigné pour un autre prix, le Prix frère et sœur Scholl.

En 2008 Adrian Coriolan Gaspar a fait une interview avec Hugo Höllenreiner. Ensuite Gaspar a composé sa première œuvre d'orchestre Symphonia Romani - Bari Duk, un oratorio pour solo et base, un chœur mixte et un orchestre.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Anja Tuckermann: „Denk nicht, wir bleiben hier!“ Die Lebensgeschichte des Sinto Hugo Höllenreiner. Carl Hanser Verlag, München 2005.
  • Anja Tuckermann: Mano. Der Junge, der nicht wusste, wo er war. Carl Hanser Verlag, München 2008.
  • Frederik Obermaier: Jeden Tag den Tod vor Augen. In: Wochenendbeilage des Donaukurier vom 15./16. April 2006.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Sur le destin de Höllenreiner, Simon Ritzler a fait le film documentaire Angelus Mortis (« l'ange assassin » c'est-à-dire Mengele).
  • Mémoires tsiganes, l’autre génocide, film de Juliette Jourdan et Idit Bloch, réalisatrices, et de Henriette Asséo, coauteure, historienne, Kuiv Productions, 2011, 1 h 10

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Staatliches Museum Auschwitz-Birkenau in Zusammenarbeit mit dem Dokumentations- und Kulturzentrum Deutscher Sinti und Roma Heidelberg: Gedenkbuch: Die Sinti und Roma im Konzentrationslager Auschwitz Birkenau. Saur, München/London/New York/Paris 1993, ISBN 3-598-11162-2. (trilingue: polonais, anglais, allemand) Hauptbuch Männer S. 104