Hughes H-4 Hercules

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 12′ 14″ N 123° 08′ 42″ O / 45.204, -123.145 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hughes.
Hughes H-4 Hercules
Image illustrative de l'article Hughes H-4 Hercules

Rôle Hydravion de transport militaire
Constructeur Drapeau : États-Unis Hughes Aircraft company
Équipage 3
Premier vol 2 novembre 1947
Dimensions
Longueur 66,65 m
Envergure 97,54 m
Hauteur 24,18 m
Aire alaire 1 061,8 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 122,5 t
Max. au décollage 181,5 t
Kérosène 14 000 gallons ou 52 996 L
Passagers 750 soldats équipés[1]
Fret ou 2 chars Sherman[1]
Motorisation
Moteurs 8 moteurs Pratt & Whitney R-4360 Wasp Major
Puissance unitaire 2 200 kW
(3 000 ch)
Performances
Vitesse de croisière maximale 320 km/h
Vitesse maximale 378 km/h
Autonomie 4 827 km
Endurance 20 h
Altitude de croisière 6 370 m

Le Hughes H-4 Hercules est un hydravion à coque surdimensionné construit aux États-Unis au milieu des années 1940. Il s'agit du plus grand avion du monde en termes d'envergure et de hauteur, mais pas de masse ni de longueur, devant l'Antonov 225 et l'Airbus A380. C'est également le plus fameux avion de Hughes Aircraft. Presque entièrement en bois, il fut baptisé « Spruce Goose » par ses critiques (« L'oie en sapin »), terme détesté par Howard Hughes[2],[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La construction du « Spruce Goose ».

L'idée d'une flotte de tels avions avait été lancée en 1942 par le constructeur de navires Henry J. Kaiser dont les Liberty ships étaient devenus la cible des sous-marins allemands. Intéressé par le projet, le président américain Franklin D. Roosevelt demanda à Donald Douglas de construire ces bateaux volants pour le transport militaire : Douglas considérait ce projet irréalisable. Kaiser insista et persuada Howard Hughes, un milliardaire aviateur et passionné d'aéronautique, de devenir son associé. Kaiser qui était capable de construire très rapidement des navires, pensait qu'un tel avion pouvait être construit en dix mois (soit bien plus vite que le temps normal pour un avion classique). Après un an, Kaiser perdit son intérêt pour le projet et s'en retira. Hughes poursuivit seul.

Terminé en 1947, le H-4 Hercules ne vola qu'une seule fois, le 2 novembre, à Long Beach en Californie. Il grimpa à 70 pieds (21 mètres) et resta en l'air environ une minute, en parcourant un mille (1 600 mètres) à la vitesse maximale de 80 mph (129 km/h). Selon les avis, son unique vol à faible hauteur n'aurait été possible que grâce à l'effet de sol et l'avion aurait été sous-motorisé pour s'élever plus haut[3], mais Hughes affirme qu'il n'a utilisé que 2 200 ch de chaque moteur pour décoller, et 1 200 ch une fois en l'air[4].

À l'été 1947, un comité spécial formé par le Sénat des États-Unis a débuté une enquête sur l'usage des fonds publics alloués à Hughes Aircraft, notamment sur le projet du H-4 Hercules[5]. La guerre est terminée, le besoin d'un tel avion de transport de troupes s'est évanoui et le projet est abandonné. Le gouvernement américain aura dépensé 22 millions de dollars sur le projet et Hughes 18 millions de ses propres fonds[1], une véritable fortune pour l'époque[6].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Avec une longueur de 67 mètres, 97,54 mètres d'envergure (le record de la plus grande envergure au monde) et une hauteur de 24 mètres[1], le H-4 Hercules est l'un des plus grands avions jamais construits. Son fuselage a une hauteur de 9,1 mètres à sa section la plus haute[1].

Les métaux étant alors réservés à l'effort de guerre, il est entièrement constitué de bois stratifié (principalement du bouleau[2]) et la majeure partie de la carlingue et des surfaces portantes (à l'exception des volets) est entoilée[1] (ce qui nécessite un système d'extincteurs de pointe imaginé par Howard Hughes lui-même[réf. nécessaire]). Ses hélices ont un diamètre de 5,23 mètres et il pouvait embarquer 43,5 tonnes (52 996 litres) de carburant[5].

L'Antonov An-225 le dépasse par sa longueur et la quantité de fret qu'il peut transporter. L'Airbus A380, surclassé en masse au décollage et en longueur par l'An-225, dépasse le H-4 en longueur et en quantité de fret. L'An-225 et le Hughes H-4 Hercules ont été construits à un exemplaire chacun.

Le H-4 Hercules comparé à d'autres avions :

De nos jours[modifier | modifier le code]

L'avion a été conservé en état de voler aux frais d'Howard Hughes dans un hangar climatisé jusqu'à sa mort, en 1976, soit pendant trente ans[2]. L'unique exemplaire du H-4 Hercules, acheté par la Wrather Company a ensuite pu être admiré dans le port de Long Beach jusqu'en 1992. En 1988, la Walt Disney Company a acheté la Wrather Company et offert l'avion au Evergreen Aviation & Space Museum (en) à McMinnville, dans l'Oregon (États-Unis).

Le « Spruce Goose » dans la culture[modifier | modifier le code]

  • L'avion apparaît dans le film Aviator de Scorsese (2004). On peut y voir sa construction et son premier (et unique) vol.
  • On peut également le voir, reproduit à une plus petite échelle, dans le film de Disney The Rocketeer sorti en 1991.
  • L'avion fait aussi son apparition dans le dessin animé Yogi l'ours, où il est au centre d'un épisode. Les caractères, et les détails sont représentés de manière très fidèle, aussi bien à l'intérieur, qu'à l'extérieur. Il est piloté par Yogi, secondé de Boubou, les héros du dessin animé.
  • Dans l'épisode de la 16e saison des Simpson, Papy fait de la contrebande / On trouve de tout, même un pays , une parodie de l'avion, nommée « Plywood Pellican » (en français : « pélican en contreplaqué »), est pilotée par M. Burns.
  • L'avion apparaît également dans le tome 6, Fordlandia, de la bande dessinée Le Marsupilami où il se retrouve converti en Arche de Noé et rebaptisé « Oie de sapin » pour l'occasion.
  • Dans le film Tucker de Coppola (1988) dédié au constructeur automobile éponyme, Howard Hughes contacte puis rencontre Preston Tucker dans le hangar où est conservé le H-4 Hercules. On aperçoit l'avion au second plan.
  • Il apparaît aussi dans le jeu vidéo Crimson Skies développé par la filière vidéoludique de Microsoft pour PC.
  • On aperçoit le H-4 Hercules dans L.A. Noire, un jeu vidéo édité par Rockstar Games. Lors d'une mission uniquement téléchargeable en ligne, l'avion est présenté au personnage incarné par le joueur (Phelps) et à son coéquipier virtuel (Biggs) par un haut-cadre fictif de Hughes Aircraft chargé de la sécurité. Vernon Mapes, de son nom, déclare à Cole Phelps et Herschel Biggs de ne pas appeler le H-4 par « Spruce Goose », car Howard Hughes déteste ce nom-là.
  • Il apparaît dans la série Leverage saison 5, épisode 1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Hughes H-4 Hercules Flying Boat - Site du constructeur Boeing
  2. a, b et c (en) Hughes HK-1 (H-4) 'Spruce Goose' - The Aviation Zone
  3. (en) H-4 Hercules (Spruce Goose) - ceneus.com
  4. a et b (en) The Hughes Companies - Judy Rumerman, U.S. Centennial of Flight Commission 2006
  5. 1 million de $ de 1947 = 10 millions en 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]