Hugh Laddie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laddie.

Sir Hugh Laddie (15 avril 1946[1] - 29 novembre 2008[2]) est un ancien juge britannique spécialiste de la propriété intellectuelle[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à la Aldenham School et au St Catharine's College, l'un des collèges de l'Université de Cambridge, Laddie est devenu barrister.

En 1980, en compagnie de Peter Prescott et de Mary Vitoria, Laddie a publié un traité intitulé The Modern Law of Copyright and Design, traité qui a été ré-édité en 2007 pour la quatrième fois[4].

Après 25 ans de plaidoirie sur la propriété intellectuelle, il a été nommé juge de High Court[note 1] en avril 1995[5]. En œuvrant à la Chancery Division, il a surtout entendu des causes au Patents Court[note 2].

Il a remis sa démission comme juge en 2005, affirmant trouver sa tâche ennuyeuse et se sentant seul dans ses positions alors qu'il officiait à la cour[5]. Il est devenu consultant pour Willoughby & Partners, une firme spécialisée dans le droit de la propriété intellectuelle et le bras légal en G.-B. de Rouse & Co International[3]. Il est probablement le premier juge à démissionner de façon volontaire en 35 ans d'existence du High Court et le premier à se joindre à une firme de solicitors[3].

Il a été nommé pour occuper une chaire en droit sur le droit de la propriété intellectuelle au University College London, nomination prenant effet le 1er septembre 2006[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jan Harvey, « I am the law », Legal Week,‎ juillet 2002 (lire en ligne)
  2. (en) « Obituary of Sir Hugh Laddie », IPKat,‎ 30 novembre 2008 (lire en ligne)
  3. a, b et c (en) Joshua Rozenberg, « 'Bored' High Court judge resigns », The Daily Telegraph,‎ 22 juin 2005 (lire en ligne)
  4. (en) William Patry, « In Memoriam Sir Hugh Laddie », The Patry Copyright Blog,‎ 30 novembre 2008 (consulté le 1er décembre 2008)
  5. a et b (en) Frances Gibb, « Definitely no regrets: there is life beyond the High Court », The Times,‎ 16 mai 2006 (lire en ligne)
  6. (en) University College London, « Communiqué de presse », University College London,‎ 16 mai 2006 (lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En droit britannique, un juge de High Court s'occupe de causes touchant le droit commercial, le droit sur l'administration des biens et le fidéicommis, ainsi que le droit immobilier. À l'intérieur de ce système judiciaire existent des divisions spécialisées, notamment celles portant sur le droit de la propriété intellectuelle et le droit des compagnies. Pour plus de détails, voir (en) Chancery Division.
  2. Il s'agit d'une cour entendant des causes touchant les brevets.

Liens externes[modifier | modifier le code]