Huge-LQG

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Huge-LQG (Huge Large Quasar Group, soit « Immense amas de quasars »), également appelé U1.27, est un amas de quasars composé de 73 quasars et qui mesure environ 1 240 Mpc (∼4,04 milliards d' a.l.) de diamètre. C'est la structure la plus grande connue dans l'univers observable[1],[2],[3].

Le Huge-LQG a été découvert en janvier 2013 par une équipe dirigée par Roger G. Clowes à l'université du Lancashire central. Les astronomes ont utilisé les données du Sloan Digital Sky Survey.

Dimensions[modifier | modifier le code]

Les dimensions du Huge-LQG sont estimées à environ 1 240 Mpc (∼4,04 milliards d' a.l.) dans sa plus grande dimension, de 640 Mpc et 370 Mpc dans les autres[4] et est donc la plus grande structure connue dans l'univers en 2013. Il a une masse de 6.1x1018 Msoleil (masse solaire). Le Huge-LQG a été initialement nommé U1.27 en raison de son décalage vers le rouge moyen de 1,27 et se trouve dans le ciel dans la constellation du Lion[5].

Le Huge-LQG est à 615Mpc du Clowes-Campusano-LQG (U1.28), un groupe de 34 quasars découverts en 1991.

Principe cosmologique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Principe cosmologique.

Le principe cosmologique implique qu'à une échelle suffisamment grande, l'univers est homogène c'est-à-dire qu'à cette échelle, différents endroits seront d'aspect semblable. Alors que Jaswant Yadav et al. ont proposé une échelle maximale de 260/h Mpc pour les structures au sein de l'univers selon cette hypothèse[6], d'autres chercheurs ont proposé des valeurs aussi basses que 60/h Mpc[6]. Les calculs de J. Yadav et son équipe suggèrent que la taille maximale d'une structure peut être d'environ 370 Mpc[3].

Le Grand Mur de Sloan, découvert en 2003, a une longueur de 423 Mpc[7] qui est tout juste conforme au principe cosmologique.

Le Huge-LQG est trois fois plus long et deux fois plus large que possible selon les prévisions de ces modèles actuels et constitue donc un défi à notre compréhension de l'univers à de grandes échelles[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jacob Aron, « Largest structure challenges Einstein's smooth cosmos », New Scientist (consulté le 21 février 2013)
  2. (en) « Astronomers discover the largest structure in the universe », Royal astronomical society
  3. a, b et c (en) Roger Clowes, Harris, Raghunathan, Campusano, Soechting et Graham, « A structure in the early Universe at z ∼ 1.3 that exceeds the homogeneity scale of the R-W concordance cosmology », Monthly notices of the royal astronomical society, vol. 1211,‎ Janurary 2013, p. 6256 (liens DOI?, Bibcode? et arXiv? ; lire en ligne)
  4. (en) « The Largest Structure in Universe Discovered --Quasar Group 4 Billion Light-Years Wide Challenges Current Cosmology » (consulté le 21 février 2013)
  5. (en) Sergio Prostak, « Universe’s Largest Structure Discovered », sur sci-news.com,‎ 11 janv. 2013 (consulté le 21 février 2013)
  6. a et b (en) Jaswant Yadav, « Fractal dimension as a measure of the scale of homogeneity », Monthly notices of the Royal Astronomical Society, vol. 405, no 3,‎ 25 February 2010, p. 2009–2015 (lien DOI?, lire en ligne)
  7. J. Richard III Gott, Mario Jurić, David Schlegel, Fiona Hoyle, Michael Vogeley, Max Tegmark, Neta Bahcall, Jon Brinkmann, A Map of the Universe, The Astrophysical Journal, 2005, vol. 624(2), pp. 463–484. DOI:10.1086/428890, Texte en accès libre sur arXiv : astro-ph/0310571..