Hryhorii Epik

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hryhorii Epik

alt=Description de l'image Hryhorii-epik.jpg.
Nom de naissance Hryhorii Danylovych Epik
Activités écrivain, journaliste
Naissance 17 janvier 1901
Kamianske
Décès 3 novembre 1937 (à 36 ans)
Sandarmokh

Hryhorii Danylovych Epik (en ukrainien : Григорій Данилович Епік, né le 17 janvier 1901 – mort le 3 novembre 1937) est un écrivain et journaliste ukrainien. Il a soutenu l'ukrainisation menée par l'Union soviétique dans l'Ukraine des années 1920. Il est arrêté et exécuté durant les Grandes Purges des années 1930.

La jeunesse[modifier | modifier le code]

Après des études dans l'école du bourg de Kamianske (environ 20 000 habitants), dans la province de Iékatérinoslav, Epik commence à travailler pour une compagnie ferroviaire. Il en est renvoyé en 1918, après avoir pris part à des actions contre l'Hetmanat. En 1919, il rejoint le premier régiment de volontaires de Moscou et prend part à l'épisode révolutionnaire. Début 1920, il rejoint le parti bolchevik et le comité révolutionnaire de Kamianske. Il s'installe ensuite à Poltava, où il travaille comme instructeur politique, secrétaire et président d'un comité régional. De 1922 à 1924, Hryhorii Epik travaille au comité régional de la branche ukrainienne du Komsomol, et de 1924 à 1925, comme éditeur du Chervonyi shliakh (La Route Rouge) à Kharkiv.

De 1925 à 1929, il étudie au département d'histoire ukrainienne de l'Institut de Kharkiv. Après en être sorti diplômé, il devient directeur de la maison d'édition d'État Derzhlitvydav.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les écrits de Hryhorii Epik sont publiés à partir de 1923. Il est membre de plusieurs organisation littéraires ukrainiennes, comme Pluh, Prolitfront et VAPLITE (ukrainien : Вільна академія пролетарської ЛІТЕратури). Ces organisations rassemblent de nombreux jeunes membres de l'intelligentsia ukrainienne, et seront durement réprimées lors des Grandes Purges dans les années 1930.

Les textes de Epik dans les années 1920 critiquent sévèrement différents aspects du régime soviétique. Ces dernières nouvelles datant des années 1930 sont par contre écrites dans un esprit plus proche du stalinisme.

Dans la fin des années 1920, il sera par ailleurs scénariste pour le prolifique studio de cinéma ukrainien Dovjenko.

Répression et mort[modifier | modifier le code]

Même si Epik continue à soutenir le régime soviétique après l'arrêt brutal de la politique d'ukrainisation, il est victime des purges staliniennes. Il est arrêté le 5 décembre 1934, et est accusé d'être un nationaliste ukrainien et un membre d'une organisation terroriste secrète. Au début de l'année 1935, il est condamné à dix ans de travaux forcés et envoyé dans le camp de travail des îles Solovki. Là-bas, il continue à écrire et envoie même un de ses écrits au NKVD à Moscou. Déçu, il cesse ensuite d'écrire.

Hryhorii Epik est exécuté le 3 novembre 1937 à Sandarmokh près de Medvejiegorsk en République socialiste soviétique autonome de Carélie, en compagnie de 289 membres de l'intelligentsia ukrainienne, tels que Mykola Kulish, Valerian Pidmohylnyi, Yulian Shpol, Valerian Polishuk, Les Kurbas, Myroslav Irchan et Mykola Zerov[1].

Epik sera réhabilité à titre posthume en 1956, par le Collège militaire de la Cour Suprême d'URSS.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1926 – Na zlomi
  • 1928 – V snihakh
  • 1929 – Obloha
  • 1930 – Tom satyry

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1928 – Bez gruntu
  • 1929 – Zustrich
  • 1930 – Nepiia
  • 1931 – Persha vesna
  • 1932 – Petro Romen

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Vasyl Ovsiienko, « Transport to death », sur www.day.kiev.ua (consulté le 30 octobre 2011)

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Fiche sur Hryhorii Epik sur le site Encyclopedia of Ukraine