Howlin' Wolf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wolf.

Howlin' WolfBig Foot, Bull Cow

Description de l'image  Howlin' Wolf 1972.JPG.
Nom de naissance Chester Arthur Burnett
Naissance
West Point dans le Mississippi
Décès
à Hines dans l'Illinois
Lieux de résidence Chicago
Activité principale chanteur et guitariste
Style Blues
Activités annexes DJ de radio
Lieux d'activité Chicago
Années d'activité 1930-1975
Éditeurs Chess Records
Ascendants Dock Burnett (père), Gertrude Burnett (mère)
Conjoint Lillie Handley
Descendants 4 enfants
Famille Mary (demi-sœur), Sonny Boy Williamson II (beau-frère)

Howlin’ Wolf, de son vrai nom Chester Arthur Burnett, né le à White Station, près de West Point dans le Mississippi et mort le à Hines dans l'Illinois, est un musicien de blues américain.

Il a connu différents sobriquets dans sa jeunesse comme Big Foot ou encore Bull Cow, liés à sa taille et à son corps massif. En effet, il chaussait du 53 et mesurait 1,92 m pour 124 kg.[1]

Biographie[modifier | modifier le code]

Chester Arthur Burnett naît le à White Station dans le Mississippi, de Dock et Gertrude Burnett, qui ont eu cinq autres enfants. Dès son plus jeune âge, il chante souvent dans l'église baptiste d'Aberdeen[1]. Son prénom lui vient de Chester Alan Arthur, 21e président des États-Unis. Comme il refuse d'aider sa famille aux travaux de la ferme, il est chassé de la maison par sa mère, pour être confié à un de ses oncles. Chester est maltraité par cet oncle et, à treize ans, il fugue[2] pour rejoindre son père à Ruleville[3]. Là, tous les deux travaillent dans une plantation[1] ainsi qu'à Drew et Doddsville[4]. Chester aide alors son père à s'occuper des plantations de coton ou de maïs. Un peu avant ses dix-huit ans, il rencontre Charley Patton qui travaille dans une plantation voisine et qui l'initie à la guitare[2],[A 1]. Dès lors, il fréquente de nombreux bluesmen dans ces années 1920-1930, comme Dick Bankston, Nathan Scott et Jim Holloway [4] et il écoute des disques de Blind Lemon Jefferson[5]. C'est durant cette période qu'il prend le surnom de Howlin' Wolf, après avoir été aussi surnommé Bull Cow ou Foot [4]. Il s'explique ainsi sur les origines de son nom de scène, qui veut dire Loup Hurlant : « Ce nom est inspiré par mon grand-père, qui me racontait souvent des histoires de loups dans cette partie du pays. Il me prévenait que les loups m'attraperaient si je n'étais pas sage »[A 2]. Au cours des années 1930, il apprend aussi l'harmonica auprès de Sonny Boy Williamson II, le mari de sa demi-sœur[A 2], et voyage avec d'autres musiciens de blues tels que Robert Johnson, Johnny Shines, Honeyboy Edwards, Robert Junior Lockwood et Son House[2]. C'est à la même époque qu'il se marie pour la première fois avec la sœur de Willie Brown. Il se remariera plus tard avec Lillie Handley, avec qui il restera jusqu'à sa mort[1]. En 1941, il est appelé sous les drapeaux, mais reste cantonné à Seattle, où il joue souvent pour les soldats, bien que cela ne l'enchante guère. Après la guerre, il retourne travailler dans les champs, pour finalement décider de se consacrer à la musique et former son propre groupe[2].

Il quitte bientôt le Mississippi pour l' Arkansas, où il devient DJ d'une radio locale, KWEM, à West Memphis, à partir de 1948. C'est là qu'il recrute les membres de groupe, nommé The Houserockers[5] : Willie Johnson à la guitare, Bill Johnson au piano et Willie Steel aux percussions[6]. Se succèderont ensuite les harmonicistes Little Junior Parker et James Cotton, ainsi que les guitaristes Matt Murphy et Pat Hare. Burnett en profite pour abandonner la guitare traditionnelle au profit de la guitare électrique[A 2]. Son groupe joue le plus souvent dans des bars clandestins ou des maisons closes[D 1]. En 1951, il est repéré par Ike Turner qui le présente à Sam Phillips, directeur du label Sun Records[D 1], ce qui permet à Howlin' Wolf d'enregistrer son premier titre Moanin' at Midnight, avec Ike Turner au piano[A 1]. Ce disque sera suivi de quelques autres, comme How Many More Years (avec encore Turner au piano[A 1]), toujours chez Sun, bien que ce soit Chess Records qui distribue ce label[D 1]. Moanin' at Midnight et How Many More Years seront des succès et se classeront dans les hits-parades américains de Rythm'n'Blues[A 3]. À la fin de 1952, il déménage à Chicago. À partir de cette date, il enregistre de nombreux titres pour Chess, dont Evil et I'm the Wolf en 1954, Smokestack Lightning en 1956 , Sittin' on Top of the World en 1957[2],[A 4]. Willie Dixon, compositeur et arrangeur attitré de Chess, lui écrit également plusieurs titres qui rencontrent le succès et resteront des classiques du blues : Wang dang doodle et Back Door Man en 1960, The Red Rooster et I ain't Superstitious en 1961, etc.[A 4]. Dixon devient le contrebassiste du groupe de Howlin' Wolf[A 4], aux côtés de James Cotton et de Hubert Sumlin[A 3]. Howlin' Wolf est alors l'un des trois plus importants joueurs de blues de la scène de Chicago[n 1],[D 2]. Cependant, ses succès restent cantonnés aux états du Sud, alors que, dans ceux du Nord, ils sont ignorés[2]. Ils atteindront malgré tout les côtes anglaises et feront partie des influences de jeunes musiciens anglais comme les futurs membres des Rolling Stones ou des Yardbirds[A 5].

Durant les années 1950 et 1960, il se produit régulièrement dans les clubs de Chicago[2], comme le Silvio's qui était, à l'époque, l'un des plus renommés[7]. De 1961 à 1964, il participe à des tournées en Europe dans le cadre de l'American Folk Blues Festival[A 4], aux côtés de James Cotton et de Hubert Sumlin et, en 1962, il joue au premier International Jazz Festival [Lequel ?] de Washington. En 1968, il participe au festival folk de l'université de Chicago. Ses années 1960 sont très riches avec de nombreux enregistrements, des concerts et des tournées américaines et européennes[1]. Parmi les disques produits durant cette période, l'album London Sessions témoigne de l'influence qu'Howlin' Wolf peut avoir sur les musiciens anglais de rock. En effet, Howlin' Wolf est accompagné d'Eric Clapton, Steve Winwood, Bill Wyman et Charlie Watts qui reconnaissent ainsi ce qu'ils doivent au vieux bluesman[A 5]. Cependant, la santé de Howlin' Wolf s'affaiblit et, à la fin des années 1960, il est victime d'une attaque cardiaque[A 6]. En 1972, il est intronisé docteur Honoris causa de l'université Columbia à Chicago. En 1973, il est victime d'un accident de la route qui entraîne une blessure aux reins[D 3], puis est admis, en 1975, à l'hôpital d'Hines, dans l'Illinois[A 6], mais il continue sa carrière, autant que faire se peut[D 3]. Il joue ainsi, en novembre 1975, dans l'amphithéâtre de Chicago, avec d'autres bluesmen dont B.B. King[3]. Il meurt le 10 janvier 1976 d'un cancer des reins[A 6]. Il est enterré au cimetière de Oak Ridges à Hillside dans l'Illinois[2].

Style musical[modifier | modifier le code]

Howlin' Wolf est très tôt une vedette du blues et l'enregistrement de ses premiers disques, à l'âge de quarante et un ans, ne fait que confirmer son succès en lui permettant de toucher une population plus importante. Ces compositions personnelles comme Killin' Floor sont appréciées, mais aussi ses interprétations des morceaux écrits par Willie Dixon[D 3].

Jeu de guitare[modifier | modifier le code]

Howlin' Wolf est un des premiers bluesmen à électrifier sa guitare, qui produit souvent un son sursaturé[A 4]. Bien qu'il ait appris le blues à une période où les bluesmen improvisaient leurs morceaux à partir d'un répertoire commun, il se démarque de cette approche en cherchant l'originalité dans ses arrangements[8].

Chant[modifier | modifier le code]

Grâce à sa voix puissante et rocailleuse, ponctuée de phrases d'harmonica, de gémissements ou de hurlements imitant le cri du loup, Howlin’ Wolf s’est créé un style bluesy facilement reconnaissable. D'ailleurs, même si c'est aussi un joueur de guitare, il s'entoure d'autres guitaristes pour se concentrer sur son chant « exceptionnel »[A 4]. La voix de Howlin'Wolf est particulière et diverses hypothèses ont été émises pour l'expliquer. Selon certains, il parviendrait à resserrer sa gorge pour chanter deux notes simultanément, selon d'autres la singularité de sa voix serait due à une maladie enfantine qui aurait touchée ses cordes vocales[G 1]. Le résultat est qu'il met ainsi particulièrement en valeur les titres que Willie Dixon lui écrit[D 3]. C'est ce chant âpre[5], avec une voix forte et déchirante[6], qui va marquer fortement les jeunes musiciens anglais et influencer le rock'n'roll, mais aussi les chanteurs des premiers groupes de hard rock comme Robert Plant de Led Zeppelin ou Ozzy Osbourne de Black Sabbath [D 3].

Jeu de scène[modifier | modifier le code]

L'art de Howlin' Wolf apparaît aussi dans ses prestations scéniques, qualifiées de « tragique(s) et incantatoires(s) », qui le voient comme une véritable bête de scène[A 3]. S'il est influencé par le jeu de Charley Patton, il développe un style qui lui est propre et il joue sur la scène le rôle d'un homme torturé, en proie à de vives douleurs, le rôle d'un homme qui éprouve la réalité du blues. L'âpreté de son chant correspond à celle de son jeu de scène, fruste et rugueux[5]. En effet, sa taille et son poids imposent naturellement sa présence sur scène, mais il ne se contente pas de cela ; Howlin' Wolf bouge, saute sur la scène[9], marche à quatre pattes tel un loup[10] pour assurer un show qui puisse ravir les spectateurs[9]. cela passe parfois par des improvisations grivoises, « let me hump you, baby »[11], faites en regardant des femmes dans la salle[10].

Influences[modifier | modifier le code]

La chanson Who’s Been Talkin de Howlin Wolf, écrite en 1957[12] préfigure le titre Gypsy Queen de Peter Green, composition popularisée par Carlos Santana. Howlin' Wolf a influencé de nombreux musiciens, blancs comme noirs, anglais ou américains, comme les membres du groupe Cream qui a repris Sittin' on Top of the World[D 3], ceux du Grateful Dead, les Rolling Stones avec qui il a joué en 1965 dans Shindig[3] une émission de télévision, The Yardbirds mais aussi Jimi Hendrix, John Fogerty, Johnny Shines, Little Wolf etc[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

78 et 45 tours[modifier | modifier le code]

Tableau
date Face A (référence d'enregistrement) Face B (référence d'enregistrement) Référence du disque

1951

Moanin' At Midnight (U 83)

How Many More Years (U 84)

Chess 1479

1951

Riding In The Moonlight (MM 1674)

Morning At Midnight (MM 1677)

RPM 333

1951

Passing By Blues (MM 1684)

Crying At Daybreak (MM 1685)

RPM 340

1951

My Baby Stole Off (MM 1748)

I Want Your Picture (MM 1749)

RPM 347

1951

The Wolf Is At Your Door (F 1004)

Howlin' Wolf Boogie (F 1005)

Chess 1497

1952

Getting Old And Grey (U 7426)

Mr. Highway Man (U 7427)

Chess 1510

1952

Saddle My Pony (1028)

Worried All The Time (1029)

Chess 1515

1952

Oh, Red!! (1037-3)

My Last Affair (1038-2)

Chess 1528

1953

All Night Boogie (U 7565)

I Love My Baby (U 7566)

Chess 1557

1954

No Place To Go (U7618)

Rockin' Daddy (U7621)

Chess 1566

1954

Evil Is Goin' On (U7658)

Baby How Long? (U7657)

Chess 1575

1954

I'll Be Around (U7740)

Forty Four (U7741)

Chess 1584

1955

Who Will Be Next (U7795)

I Have A Little Girl (U7796)

Chess 1593

1955

Come To Me Baby (U7798)

Don't Mess With My Baby (U7799)

Chess 1607

1955

Smokestack Lightning (U7985)

You Can't Be Beat (U7986)

Chess 1618

1956

I Asked For Water (8175)

So Glad (8176)

Chess 1632

1956

Going Back Home (8352)

My Life (8354)

Chess 1648

1957

Somebody In My Home (8530)

Nature (8531-4)

Chess 1668

1957

Poor Boy (8616)

Sittin' On Top Of The World (8618)

Chess 1679

1958

I Didn't Know (8774)

Moanin' For My Baby (8775)

Chess 1695

1958

I'm Leaving You (9150)

My Life (9152)

Chess 1712

1958

Howlin' Blues (8780)

I Better Go Now (9272)

Chess 1726

1959

I've Been Abused (9583)

Mr. Airplane Man (9586)

Chess 1735

1959 ?

You Gonna Wreck My Life (U7618)

The Natchez Burning (8178)

Chess 1744

1959 ?

Who's Been Talking? (8528)

Tell Me (8529)

Chess 1750

1960

Spoonful (10265)

Howlin' For My Darling (9584)

Chess 1762

1960

Back Door Man (10264)

Wang Dang Doodle (10263)

Chess 1777

1961

Little Baby (10913)

Down In The Bottom (10917)

Chess 1793

1961

Shake For Me (10937)

The Red Rooster (10938)

Chess 1804

1961

You'll Be Mine (11377)

Goin' Down Slow (11380)

Chess 1813

1961

Just Like I Treat You (11378)

I Ain't Superstitious (11379)

Chess 1823

1962

Mama's Baby (11974)

Do The Do (11975)

Chess 1844

1964

Love Me Darlin' (13417)

My Country Sugar Mama (13419)

Chess 1911

1964

Killing Floor (13418)

Louise (1923)

Chess 1923

1965

Tell Me What I've Done (13883)

Ooh Baby, Hold Me (13885)

Chess 1928

1964

I Walked From Dallas (13882))

Don't Laugh At Me (1388

Chess 1945

1966

New Crawlin' King Snake (14641)

My Mind Is Ramblin' (14642)

Chess 1968

1967

Pop It To Me (15816)

I Had A Dream (15817)

Chess 2009

1969

Tail Dragger (17622)

Evil (17633)

Chess (Cadet) 70013

1969

Mary Sue (17979)

Hard Luck (17980)

Chess 2081

1969

I Smell A Rat (19852)

Just As Long (18913)

Chess 2108

1971

Do The Do (18697)

The Red Rooster (18689)

Chess 2118

EP et albums studios[modifier | modifier le code]

  • 1957 : Rhythm and Blues with Howlin' Wolf. EP édité au Royaume-Uni reprenant sur la première face Come To Me Baby et Don't Mess With My Baby (Chess 1607) et sur la seconde Smokestack Lightning et You Can't Be Beat (Chess 1618).
  • 1959 : Moanin' in the Moonlight est le premier album de Howlin' Wolf
  • 1961 : Rhythm & Blues Showcase Vol. II. Cet EP est une compilation anglaise de quatre artistes : Jimmy McCracklin interprète The Walk, Howlin' Wolf joue You Gonna Wreck My Life [qui est le nouveau titre de la chanson No Place To Go), Muddy Waters interprète Messin' With The Man et Little Walter I Got To Find My Baby.
  • 1962 : Howlin’ Wolf. L'album est parfois intitulé The Rockin' Chair album. En France, l'album sort chez Barclay (référence : 84102 S, sous le titre Les rois du Rhythm'n' Blues : Howlin' Wolf. Dans ceet album se trouve la chanson Who’s Been Talkin qui préfigure le titre Gypsy Queen[Lequel ?]
  • 1962 Howlin' Wolf Sings The Blues. Au fil des rééditions, l'album change de nom et devient Big City Blues ou Original Folk Blues : Howling Wolf. À côté de titres déjà parus en 78 tours, le disque propose pour la première fois des morceaux jamais édités (Worried About My Baby, Brown Skin Woman, House Rockin' Boogie, Keep What You Got et Dog Me Around.
  • 1963 : Howlin’ Wolf : Smokestack Lightning : EP sorti au Royaume-Uni comprenant les titres Smokestack Lightnin' (Chess 1618) et Howlin' For My Baby (Chess 1772) sur la face A et Goin' Down Slow et You'll Be Mine (Chess 1813) sur la face B. C'est le désir grandissant des jeunes anglais d'écouter du blues - et plus particulièrement le morceau Smokestack Lightnin' - qui pousse la maison de disques Pye à sortir cet EP[13].
  • 1963 : Howlin’ Wolf EP comprenant six morceaux précédemment sortis en 78 tours.
  • 1964 : Howlin’ Wolf : Tell me EP anglais reprenant quatre titres précédemment sortis en 45 tours aux États-Unis.
  • 1965 : The Real Folk Blues
  • 1966 : Howlin’ Wolf : The Real Folk Blues EP anglais reprenant quatre titres précédemment sortis en 45 tours aux États-Unis.
  • 1967 : More Real Folk Blues : Ce disque comprend entre autres cinq titres inédits. Il s'agit de Just My Kind, I've Got A Woman, Work For Your Money, Neighbors et I'm The Wolf.
  • 1968 : The Super Super Blues Band, avec Muddy Waters et Bo Diddley
  • 1969 : The Howlin' Wolf Album album enregistré pour le label Cadet concept de Chess Records
  • 1969 : Memphis Blues : Anthology of the Blues. Cette anthologie propose plusieurs titres de différents chanteurs (Joe Hill Louis, Big Walter Horton, Bobby Bland, Junior Parker, Willie Nix et Howlin' Wolf). Trois des quatre titres interprétés par Howlin' Wolf sont des inédits : I' m the Wolf, The Sun is Rising, My Friends (Stealing my Clothes).
  • 196? : Howlin' Wolf sorti sur le label Python Records
  • 1971 : The London Howlin’ Wolf Sessions (1971), avec Eric Clapton, Steve Winwood, Bill Wyman et Charlie Watts.
  • 1971 : Message to the Young
  • 1971 : Going Back Home
  • 1971 : Muddy Waters, Little Walter, Howlin' Wolf: We Three Kings Le disque est surtout consacré à Muddy Waters, la part de Howlin Wolf se limitant à trois titres sortis chez Chess.
  • 1972 : Chester Burnett aka Howlin' Wolf double 33 tours.
  • 1972 : Howlin' Wolf: Live And Cookin' At Alice's Revisited
  • 1973 : Memphis Blues At Sunshine anthologie avec un seul titre de Howlin' Wolf How Many More Years dans une version inédite alternative.
  • 1973 : Howlin' Wolf: The Back Door Wolf
  • 1973 : Genesis vol. 2 : The Beginnings of Rock: From Memphis to Chicago Anthologie en quatre albums? Sur le deuxième album on trouve deux morceaux inédits : Mama died and left me et I'm not Joking et sur le quatrième disque Break of day.
  • 1974 : Blues for Mr Crump. Anthologie comprenant plusieurs titres de Howlin' Wolf dont l'inédit Driving the Highway.
  • 1975 : Change My Way
  • 1976 : Sun - The Roots of Rock, Volume 1. Anthologie avec une prise alternative inédite de Highway Man
  • 1977 : Sun - The Roots of Rock, Volume 2. Album consacré à Howlin' Wolf et Little Milton. Sept des huit morceaux de Wolf sont inédits : California Blues, California Boogie, Wine Blues, My Troubles And Me, Look-A-Here (Baby), Decoration Day, Well That's All Right
  • 1977 : The Legendary Sun Performers: Howlin' Wolf. Compilation de seize titres de Howlin' Wolf dont huit inédits : My Baby Walked Off, Smile At Me, Bluebird, Everybody's In The Mood, Chocolate Drop, Come Back Home (3e prise), Dorothy Mae (première prise), Sweet Woman (I Got A Woman).
  • 1977 : Chicago Blues : 1952-1957. Compilation présentant plusieurs chanteurs de blues. Deux titres de Howlin' Wolf sont présents dont Dorothy Mae (deuxième prise inédite).
  • 1979 : Howlin' Wolf : Heart Like Railroad Steel Memphis & Chicago Blues 1951-57. Album constitué d'inédits excepté un titre. S'y trouvent Highway My Friend, Hold Your Money, Streamline Woman, California Blues, Stay Here 'til My Baby Comes Back Home, Crazy 'bout You Baby, You Ought To Know, Nature (prise alternative), Walk To Camp Hall, My Baby Told Me.
  • 1979 : Howlin' Wolf: Can't Put Me Out Chicago 1956-72. Album constitué d'inédits excepté deux titres. S'y trouvent Can't Put Me Out, Commit A Crime, Somebody In My Home (prise alternative), Getting Late, My People's Gone, Long Green Stuff, Joy To My Soul, Dust My Broom, Big House (version live jouée le 26 janvier 1972)
  • 1979 : From Early 'Til Late : Unissued & Alternate Recordings 1948-1968. Quinze titres dont neuf inédits : I'm Leavin' You, Midnight Blues (quatrième prise) , I Better Go Now (troisième prise), I Didn't Know, Can't Put Me Out (troisième prise 3), Rollin' And Tumblin', I've Been Abused (prise alternative), Tired Of Crying, Poor Wind That Never Change.
  • 1982 : Ridin' in the moonlight. Seule le titre éponyme est inédit sur les seize que compte l'album.
  • 1984 : Walk That Walk. Album constitué uniquement de prises alternatives des titres I've Been Abused, I'm Leaving You, Howlin' For My Baby, Nature, Moaning For My Baby, Wolf In The Mood (instrumental), Mr. Airplane Man, I Better Go Now
  • 1989 : Cadillac Daddy : Memphis Recordings, 1952. Album de douze titres dont cinq sont des prises alternatives : My Last Affair (première prise), Oh Red! (deuxième prise), Come Back Home (première prise), Color And Kind, Drinkin' C.V. Wine.
  • 1990 : Cadillac Daddy : Memphis Recordings, 1952. Trois titres inédits sous cette forme : Oh Red! (deuxième prise), How Many More Years, Baby Ride With Me
  • 1991 : The Memphis Days : The definite edition Vol. 2. Deux titres inédits sous cette forme : How Many More Years, Baby Ride With Me.
  • 1991 : The Chess box, coffret de 3 CD qui couvre sa carrière chez Chess Records de 1951 à 1973. S'y trouvent les titres I'm The Wolf, Ain't Goin' Down That Dirt Road
  • 1994 : Ain't Gonna Be Your Dog. Double CD avec un titre inédit sur le premier CD ( Poor Boy (prise alternative)) et cinq titres sur le second CD ( Tail Dragger (prise alternative), The Big House, I Ain't Gonna Be You Dog No More (acoustique), Woke Up This Morning (acoustique), Ain't Going Down That Dirt Road
  • 2002 : Moanin' At Midnight :The Memphis recordings comprend les demo en versions acetates de Riding In The Moonlight à côté de seize autres titres.
  • 2003 : Alan Lomax - Blues Songbook. Compilation présentant plusieurs artistes. Le titre choisi pour Howlin' Wolf est Dust My Broom (version enregistrée en concert en août 1966 au Newport Folk Festival, inédite).
  • 2011 Smokestack Lightning: The Complete Chess Masters 1951-1960 (Quatre CD) (Hip-O Select)

Albums de concert[modifier | modifier le code]

  • 1963 : Folk Festival Of The Blues. Sur cet enregistrement d'un festival organisé le 26 juillet 1963, on troouve deux morceaux joués par Howlin' Wolf : Sugar Mama et May I Have A Talk With You
  • 1964 : American Folk Blues Festival '64, enregistré le 9 octobre 1964. Howlin'Wolf y joue Dust My Broom.
  • 1973 : Ann Arbor Blues & Jazz Festival 1972, enregistré le 10 septembre 1972. Howlin'Wolf y joue Highway 49.
  • 1982 : Howlin' Wolf Live In Europe 1964, enregistré le 6 novembre 1964.

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1975, il est récompensé au festival de jazz de Montreux pour son album Back Door Wolf. En 1980 Howlin'Wolf est inscrit Blues Hall of Fame et en 1991 au Rock and Roll Hall of Fame[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les deux autres sont Muddy Waters et Little Walter

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c p. 200
  2. a, b et c p. 201
  3. a, b et c p. 202
  4. a, b, c, d, e et f p. 199
  5. a et b p. 194
  6. a, b et c p. 204
  1. a, b et c p. 94
  2. p. 95
  3. a, b, c, d, e et f p. 96
  1. p. 284

Autres Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Sheldon Harris, Blues Who's Who : A Biographical Dictionary of Blues Singers, Da Capo Press,‎ 1994, 2e éd., 778 p. (ISBN 9780870004254), p. 93-95
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) June Skinner Sawyers, Chicago Portraits : New Edition, Northwestern University Press,‎ 2012, 2e éd., 373 p. (ISBN 9780810126497, lire en ligne), p. 161
  3. a, b et c (en) Mark Kemp, « Howlin' Wolf ; Biography », sur www.rollingstone.com, Rolling Stone,‎ 2001 (consulté le 07 mai 2013)
  4. a, b et c (en) David Evans, Big Road Blues : Tradition and Creativity in Folk Blues, University of California Press,‎ 1982, 379 p. (ISBN 9780520034846, lire en ligne)
  5. a, b, c et d (en) Emmett George Price, Encyclopedia of African American Music, vol. 3, ABC-CLIO,‎ 2010, 1089 p. (ISBN 9780313341991, lire en ligne), p. 1002
  6. a et b (en) Sean Styles, « Trail of the Hellhound : Howlin' Wolf », sur http://www.nps.gov, National Park Service,‎ 23 avril 2001 (consulté le 07 mai 2013)
  7. (en) Karen Hanson, Today's Chicago Blues, Lake Claremont Press,‎ 2007, 238 p. (ISBN 9781893121195, lire en ligne), p. 5
  8. « Howlin’ Wolf : le beau diable », sur www.lesinrocks.com, Les inrockuptibles,‎ 12 avril 2012 (consulté le 07 mai 2013)
  9. a et b (en) [[Buddy Guy|Buddy Guy]], « 100 greatest artists : Howlin' Wolf », sur www.rollingstone.com, Rolling Stone (consulté le 07 mai 2013)
  10. a et b (en) David Whiteis, Southern Soul-Blues, University of Illinois Press,‎ 2013, 344 p. (ISBN 9780252094774), p. 190
  11. laisse moi te baiser, chérie
  12. Rockin Chair Album, 1962, pistes enregistrées de 1957 à 61
  13. (en) David Barker, 33 1/3 Greatest Hits, vol. 1, Continuum International Publishing Group,‎ 2006, 272 p. (ISBN 9780826419033, lire en ligne), p. 55

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Collectif, Les dieux du blues, Éditions Atlas,‎ 1995, 312 p. (ISBN 2731217901) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David Dicaire, Blues singers : biographies of 50 legendary artists of the early 20th century, McFarland,‎ 1999, 292 p. (ISBN 9780786462414, [9780786462414 lire en ligne]) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ted Gioia, Delta Blues : The Life and Times of the Mississippi Masters Who Revolutionized American Music, W. W. Norton & Company,‎ 2009, 480 p. (ISBN 9780393069990, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]