Howard Schultz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Howard Schultz

alt=Description de l'image Howard-Schultz-Starbucks.jpg.
Naissance 19 juillet 1953
New York, Drapeau de l'État de New York New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité américaine
Profession CEO de la Starbucks Corporation
Formation
Conjoint
Sheri Kersch Schultz
Descendants
2

Howard Schultz, né le 19 juillet 1953 à New York dans l'État de New York aux États-Unis, est un chef d'entreprise américain, CEO de la chaîne de cafés américaine Starbucks, type même de l'innovateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un diplôme en communication, à l'université du Michigan, en 1975, Howard Schultz devient l'année suivante commercial à la société Xerox[1].

Il rejoint Starbucks, alors une petite société avec seulement quatre points de vente de café, comme directeur du marketing en 1982.

En 1983, après un voyage à Milan au cours duquel il découvre les cafés italiens, il tente en vain de convaincre les dirigeants de Starbucks qu'il y a là un créneau très intéressant[1]. Furieux de leur frilosité, il démissionne et part monter sa propre affaire, avec succès[1] .

Il rachète Starbucks en 1987, et en fait une multinationale du café en quelques années.

En 2000, il abandonne son poste exécutif pour ne rester que président, et se consacre à ses loisirs, notamment en rachetant l'équipe de basket-ball des Seattle Supersonics[1].

En 2008, cependant, devant les difficultés économiques inédites qui frappent soudainement Starbucks, il reprend les commandes opérationnelles du groupe, et mène plusieurs réformes, ainsi qu'un plan social conséquent[1].

Malgré ce dernier, il est considéré comme un patron social, soutenant le parti démocrate, et donnant divers avantages sociaux plutôt rares à ses salariés, notamment une assurance-maladie[1].

En 2011, mécontent de la politique économique fédérale, et notamment de l'inaction face à la dette publique, il lance un appel aux patrons américains (150 y souscriront) à ne financer aucune des campagnes électorales qui s'annoncent. Il est reçu dans la foulée par le président Barack Obama[1]. Il lance ensuite le fonds « Créer des emplois »[1].

En 2011 également, le magazine économique Fortune le consacre « homme d'affaires de l'année »[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Comment Starbucks a sauvé sa peau sans perdre son âme, Télémaque, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Équitable. Portrait de Howard Schultz, président-fondateur de Starbucks », Challenges, numéro 285 du 26 janvier 2012, pages 52 à 54.