Hovhannès Sarkavag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hovhannès Sarkavag (en arménien Հովհաննես Սարկավագ ; ca. 1047-1129) ou Jean le diacre, également surnommé Imastaser (« le philosophe »), est un théologien, philosophe, grammairien, mathématicien, musicologue, cosmographe et historien arménien des XIe et XIIe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de prêtre, Hovhannès naît vers 1047 à Gandzak, en Artsakh ; il étudie aux écoles des monastères de Sanahin et de Haghpat, et passe une grande partie de sa vie dans ce dernier monastère, où il devient diacre et probablement vardapet[1]. Il s'intéresse tout d'abord à l'étude de la musique[2], avant d'étendre ses connaissances à la théologie, la philosophie, la grammaire, les mathématiques, la cosmographie et l'histoire[1]. En outre, selon la version arménienne des Chroniques géorgiennes, il est le confesseur du roi David IV de Géorgie[3].

Il s'établit ensuite à Ani, la capitale bagratide, où il fonde une école de grammaire[2] et où il introduit le quadrivium[4]. Il y a notamment pour étudiant Samuel d'Ani[5].

Il meurt en 1129[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Redécouvert au XIXe siècle[1], nombre de ses œuvres sont aujourd'hui perdues, à commencer par son Histoire[4].

Il laisse dix-sept écrits au sujet du calendrier[4] et, après une mise à jour en 1084 des tables d'Anania de Shirak[6], il crée un calendrier perpétuel[2] de 365 jours et un quart[7].

Il est en outre l'auteur de commentaires sur des auteurs anciens, d'œuvres philosophiques, esthétiques (dont son poème Discours sur la sagesse), éthiques et théologiques (dont des hymnes et des eulogies[8])[4].

Enfin, il est avec Grégoire de Narek une des deux sources principales de Nersès IV Chnorhali[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Agop Jack Hacikyan (dir.), The Heritage of Armenian Literature, vol. II : From the Sixth to the Eighteenth Century, Wayne State University, Détroit, 2002 (ISBN 0-8143-3023-1), p. 350.
  2. a, b, c et d (en) Richard G. Hovannisian (dir.), Armenian People form Ancient to Modern Times, vol. I : The Dynastic Periods: From Antiquity to the Fourteenth Century, Palgrave Macmillan, 2004 (ISBN 978-1403964212), p. 237.
  3. (en) Richard G. Hovannisian (dir.), op. cit., p. 251.
  4. a, b, c et d (en) Agop Jack Hacikyan (dir.), op. cit., p. 351.
  5. (en) Agop Jack Hacikyan (dir.), op. cit., p. 344
  6. Claude Mutafian (dir.), Arménie, la magie de l'écrit, Somogy, Paris, 2007 (ISBN 978-2-7572-0057-5), p. 44.
  7. Claude Mutafian (dir.), op. cit., p. 281.
  8. a et b (en) Agop Jack Hacikyan (dir.), op. cit., p. 352.