Housing and Development Board

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Housing and Development Board

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le HDB Hub à Toa Payoh, quartier-général du Housing and Development Board

Création 1er février 1960 (54 ans)
Personnages clés Koh Cher Siang (président)
Forme juridique Agence gouvernementale
Siège social Drapeau de Singapour Singapour (Singapour)
Direction Cheong-Chua Koon Hean (directeur exécutif)
Actionnaires Ministry of National Development
Activité Administration de logements sociaux à Singapour
Site web (en) www.hdb.gov.sg

Le Housing and Development Board (abb : HDB, chinois : 建屋发展局 ; malais : Lembaga Pembangunan dan Perumahan ; tamoul : வீடமைப்பு வளர்ச்சிக் கழகம்) est une commission statutaire du Ministry of National Development de Singapour, responsable de l'administration des logements sociaux à Singapour. Le HDB est en général considéré comme l'agence ayant permis l'éradication des bidonvilles et squats de Singapour dans les années 1960 tout en relocalisant les habitants dans des logements à coûts modiques construits par l'État[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Un immeuble de type HDB dans le quartier de Queenstown.
Les résidents d'un logement HDB partagent un couloir extérieur commun avec leurs voisins.

Peu de temps après avoir obtenu son autonomie, Singapour dût affronter une sérieuse pénurie de logements. Cette pénurie existait avant-guerre mais celle-ci fut exacerbée par les destructions intervenues pendant la bataille de Singapour et lors de l'occupation par les forces japonaises, couplée à un taux de construction faible. En 1947, un rapport du comité britannique pour le logement (British Housing Committee Report) indiquait que Singapour avait l'un des « pires bidonvilles de la planète - une honte pour la société civilisée » et qua la densité était de 18,2 personnes par bâtiment dans une cité où les immeubles étaient rares à l'époque. En 1959, la pénurie de logements demeurait un problème majeur. Un document du HDB estime qu'en 1966, 300 000 personnes vivent dans des bidonvilles dans les zone périurbaines tandis qu'environ 250 000 autres résident dans des échoppes sordides en centre ville[2]. Lors de la campagne électorale de 1959, le PAP[3] reconnu que le logement devait recevoir une attention particulière et sans délais et a promis de fournir des solutions de logements abordables pour les populations les plus défavorisées s'il était au pouvoir. Après un large succès aux élections et la formation d'un nouveau gouvernement, une loi sur le développement et le logement fut adoptée en 1960, menant à la création du Housing and Development Board en remplacement de l'existant Singapore Improvement Trust.

Dirigé par Lim Kim San, sa première priorité fut de construire autant de logements bon marché que possible via l'introduction d'un plan quinquennal. Les premières habitations furent essentiellement construites afin d'êtres louées aux populations à faible revenus. Un programme d'accès à la propriété fut également mis en place pour permettre à ces populations de devenir propriétaire plutôt que de payer un loyer. Alors que le programme était destiné à être une protection face à l'inflation, il est devenu un moyen de protection financière. Plus tard, les Singapouriens furent autorisés à utiliser leur épargne obligatoire du CPF pour financer l'achat de leur logement. Ces mesures ne furent cependant pas suffisantes dans un premier temps pour convaincre les populations de quitter leur bidonvilles pour ces nouvelles habitations. Ce n'est qu'après l'incendie de Bukit Ho Swee en 1961 et qui provoqua la destruction de 2 200 logements, laissant à la rue 16 000 personnes que les logements du HDB connurent un certain attrait pour ces personnes.

Le HDB estime que 147 000 nouvelles habitations étaient nécessaires entre 1960 et 1969, dont 80 000 au titre de lutte contre la pénurie de logements, 20 000 pour permettre le redéveloppement du centre ville et 47 000 pour faire face à l'accroissement de la population, soit une moyenne de 14 000 nouveaux logements par an. Le secteur privé n'était en mesure que de fournir 2 500 logements par an et à des prix inaccessibles pour les foyers à faible revenus[2]. 54 430 habitations furent construites par le HDB entre 1960 et 1965. En raison de l'espace restreint disponible sur l'île de Singapour, le HDB opta pour la construction d'immeubles de grande taille et à haute densité.

Des bâtiments multi-étages dédiés au stationnement sont également construits par le HDB.

Les mesures du HDB furent en grande partie conforme au manifeste établi par le gouvernement de Singapour, assurant la promotion des idées de cohésion sociale et de patriotisme voulues par celui-ci au sein du pays. En 1968, les citoyens furent autorisés à utiliser leur épargne obligatoire du Central Provident Fund (anglais : Fond de Prévoyance Centralisé) pour acquérir et posséder leurs foyers qu'ils louaient jusqu'à présent afin de leur donner un intérêt et une implication dans le développement du pays ainsi que pour les inciter à travailler de leur mieux. En 1980, des quotas furent établis afin de garantir qu'aucun groupe ethnique ne soit rassemblé sur un seul district et prévenir toute forme de ghetto ainsi que pour empêcher une stratification sociale qui pourrait mener à des conflits sociaux. Ainsi, les différents groupes sociaux et ethniques de Singapour partagent et vivent dans les mêmes grands ensembles et villes nouvelles.

Dans les années 1990, le HDB apporta une attention particulière à la rénovation et l'amélioration des logements existants, mettant notamment en place des ascenceurs servant chaque étage (les ascenceurs de certains immeubles ne desservant que certains étages jusqu'alors). Des appartement d'une pièce furent construits spécialement pour répondre aux besoins des plus âgés, mais la plupart de ces unités furent rapidement acquises par de jeunes célibataires.

Le 10 juin 2002, le quartier général du HDB quitta le district de Bukit Merah pour la ville nouvelle de Toa Payoh.

Le 1er juillet 2003, la branche construction (Building & Development) du HDB fut privatisée et prit le nom de « HDB Corporation Pte. Ltd. » avant d'être rebaptisée « Surbana Corporation Pte. Ltd. » dont le siège social se situe dans l'ancien quartier général du HDB à Bukit Merah.

Moyens[modifier | modifier le code]

Au 31 mars 2011, le bilan du HDB indiquait que l'agence est valorisée à 14 534 879 000 de SGD (environ 8,16 milliards d'Euros), dégageant un revenu net de 79 855 000 SGD et disposant d'une réserve de 6 017 717 000 SGD[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)[PDF]« HDB Quality Living », sur hdb.gov.sg (consulté le 10 juillet 2012)
  2. a et b (en)Belinda Yuen, « Squatters no more: Singapore Social Housing »,‎ novembre 2007 (consulté le 10 juillet 2012)
  3. Le PAP est le principal parti au pouvoir depuis l'indépendance de Singapour
  4. (en)[PDF]« Report on the Audit of the Financial Statements of the Housing and Development Board for the Year ended 31st March 2011 », sur hdb.gov.sg,‎ 5 août 2011 (consulté le 10 juillet 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]