House by the River

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

House by the River

Titre québécois Au fil de l'eau
Titre original House by the River
Réalisation Fritz Lang
Scénario Mel Dinelli
d'après le roman de
A.P. Herbert
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre film noir
Sortie 1950
Durée 88 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

House by the River est un film noir américain réalisé par Fritz Lang, sorti en 1950.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Stephen Byrne est un romancier en panne d'inspiration qui vit et travaille près d'une rivière. Un soir, insistant violemment après avoir fait des avances à sa servante, il la tue involontairement. L'écrivain, avec l'aide de son frère boiteux, dissimule le corps dans un sac qu'ils jettent dans la rivière. Mais, quelque temps plus tard, le corps remonte à la surface et vient flotter près de la maison. En dépit des efforts de Byrne pour récupérer le corps, la police s'en empare avant eux. Il se rend bientôt compte que le drame profite aux ventes de ses romans et que, complice forcé, son frère va se retrouver accusé seul du meurtre. Dans un état de proche folie dû au meurtre, il retrouve son inspiration et entreprend la rédaction d'un livre sur le crime. Alors qu'il sombre dans la folie, son frère, dont la condamnation semble inéluctable, et sa femme, délaissée malgré ses efforts, tombent amoureux. Furieux, Byrne va tenter d'assassiner son frère. Il fait passer son attentat pour un suicide, mais l'homme survit, et Stephen, alors en train d'étrangler sa femme pour son infidélité lorsque son frère survient, s'échappe et tombe dans l'escalier, où il meurt.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Les critiques de l'époque étaient mitigées. Mais la critique moderne, réévaluant l'importance du film noir, lui accorda un plus grand intérêt. Richard Brody écrivit en 2005 pour The New Yorker[1] : « Chaque détail de ce film, depuis les plans d’ouverture près de la rivière et du vent dans les arbres possède une résonance morale. Stephen promet de changer, mais au moment où il écoute lascivement l’écoulement de l’eau du bain d’Emily dans les tuyaux, son issue tragique est déjà prédite — et les éléments naturels, le vent et l'eau, sont les ultimes agents de son châtiment. »

Commentaire[modifier | modifier le code]

Fritz Lang voulait à l'origine que la femme de chambre soit noire pour que la lutte des classes soit un thème structurant de son intrigue. Les intérêts financiers des producteurs ont totalement rejeté cette idée.

Sur le plan des parallèles entre les œuvres de Fritz Lang et d'Alfred Hitchcock, le décor ainsi que le contexte narratif (esthétique du meurtre et sa résolution par l'association épouse-frère/amant-sœur) apparaissent comme une lointaine inspiration de Psychose.

Ce film est un des rares de Fritz Lang à être resté inédit en France jusqu'à son unique diffusion à la télévision au Cinéma de Minuit en 1979 (titre traduit alors par Au fil de l'eau).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]