Hougoumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 40′ 14″ N 4° 23′ 39″ E / 50.67056, 4.39417 () Hougoumont — ou Goumont — est le nom d'un lieu-dit situé sur le territoire de la commune de Braine-l'Alleud, dans la province du Brabant wallon en Belgique (Arrondissement de Nivelles). C'est sur ce lieu-dit qu'est établi un château-ferme, en grande partie ruiné aujourd'hui, qui joua un rôle capital lors de la bataille de Waterloo, le 18 juin 1815.

Le portail sud de la ferme d'Hougoumont et la maison du jardinier (la petite annexe à droite n'existait pas en 1815)

C’est, dit-on, en 1777, lors de la parution de la carte de Ferraris, que l’on vit apparaître le nom de Hougoumont. Avant cela, on disait Goumont ou Gomont. Cette modification serait due aux arpenteurs de Ferraris qui, interrogeant les habitants sur le nom de la propriété, auraient transcrit « château d’Hougoumont » pour « château du Goumont ». On rencontre le terme « Gomont » en 1358 dans un acte de la cour allodiale de Brabant[1]. En 1386, il est fait mention de la « tenure et maison » de Gomont, sise à Wérissart[2] dans la seigneurie de Braine-l’Alleud[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom « Hougoumont » reste, aujourd'hui encore incertaine.

Tout d'abord, il faut éliminer l’étymologie fantaisiste donnée par un journaliste d’antan, Le Mayeur, et qui voudrait que ce nom vienne de « Gomme-mont » parce que de grandes plantations de sapins fournissant de la résine (gomme) auraient existé à cet endroit. Or, l’endroit ne se prête nullement à la culture des résineux[4].

On a cru pouvoir dire aussi que Goumont viendrait du terme roman Gaud (bois, bosquet) et – mont, ce qui voudrait donc dire le mont du bosquet[5]. Or, le mot Gaud ne se rencontre nulle part dans l'étymologie des noms de lieux en Belgique[6]. Une autre explication, que la plupart des auteurs ont écarté d’un revers de la main, est celle que donne Victor Hugo dans Les Misérables : « C’était un château, ce n’est plus qu’une ferme. Hougomont, pour l’antiquaire, c’est Hugomons. Ce manoir fut bâti par Hugo, sire de Somerel, le même qui dota la sixième chapellenie de l’abbaye de Villers »[7].

Or, il semble bien que Victor Hugo n’ait pas été très éloigné de la vérité puisque la plupart des auteurs semblent maintenant vouloir penser que l’étymologie de Goumont est bien à trouver dans un nom de personne : Godulphe ou Godulf. Goumont signifierait donc le « mont de Godulf » du nom d’un des anciens occupants du lieu. On ne sait pourtant pas très bien le chemin parcouru par ce « Godulfmont » pour arriver à « Goumont » ou « Gomont ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire générale[modifier | modifier le code]

En 1474, l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem (ordre de Malte) procéda à la cession de 12 bonniers[8] de bois, dits le Goumont, et de 12 bonniers de bruyères contiguës pour la somme de 100 couronnes d’or. Il n'est pas question de la maison dans cet acte. L'acquéreur aurait été un certain Jean del Tour dit le Hyaumet, originaire de Bruxelles[9].

Avant 1536, le bien passa aux mains du père de Pierre du Fief, procureur général du Conseil de Brabant de 1523 à 1554, qui donna une extension notable au domaine. En 1562, le domaine appartenait à Pierre Quarré et resta dans sa famille jusqu’en 1637 quand il fut acquis par Arnold Schuyl, sire de Walhorn[10]. Ce doit être à cette époque qu’a été construit le château.

Après 1671, le domaine passa à Jean d'Arazola de Oñate, un seigneur dont la famille est originaire de la province de Guipuscoa, dans le Pays basque espagnol. Celui-ci semble être arrivé la province avec l'Archiduchesse Isabelle d'Espagne dont il était le repostero de camas (gentilhomme de la bouche). De son mariage avec Marie d'Arrechevalata sont issus trois enfants dont l’aîné, Jean (II), fut secrétaire de la chambre des archiducs. En 1611, ce dernier, né en Espagne et venu avec ses parents dans les Pays-Bas, épousa Beatrix Heath, une jeune anversoise d’origine anglaise. De ce couple, inhumé à Sainte-Gudule à Bruxelles, naquirent trois enfants dont l’aîné, Jean (III) seigneur de Gomont, fut conseiller et commis des domaines et finances du roi aux Pays-Bas et son surintendant du Hainaut[11]. Jean (III) d'Arazola fut fait chevalier par lettres patentes en 1661 et épousa en premières noces, Jeanne-Angélique de Maerselaer, dont il semble qu’il ait eu deux enfants[12], puis en secondes noces Anne-Isabelle de Renialmé, dite de Cordes, fille de Jean-Charles, seigneur de Wichelen, Klerskamp, Reet et Waarloos, et d'Isabelle de Robiano.

De ce second mariage sont issus sept enfants dont l’aîné, Jean-Philippe Arazola de Oñate, seigneur de Gomont, conseiller et maître de la chambre des comptes du roi, mort le 29 décembre 1729, épousa Françoise-Virginie de Ryckewaert, morte le 12 septembre 1746. De ce mariage sont issus quatre enfants dont l’aîné Philippe-Joseph Arazola de Oñate, seigneur de Tiberchamps, lieutenant au régiment des dragons de Ligne, est mort célibataire. C’est donc son puîné Jean-André qui hérita du domaine à la mort de son père et il épousa Anne-Eugénie-Josèphe de Vicq, fille de François-Philippe-Joseph de Vicq, baron de Cumptich, seigneur de Vissenaeken et Meulevelt. Jean-André d'Arazola mourut sans enfant en 1791[13] et laissa le château à sa femme qui épousa en secondes noces, Philippe Gouret de Louville, major au service de l’Autriche. C’est ce dernier qui, en 1771, avait construit à Nivelles, la maison appelée depuis « hôtel d'Hougoumont »[14] et qui a longtemps été le siège régional de la Fédération générale du travail de Belgique.

Le chevalier de Louville n’habitait pas le château d’Hougoumont en 1815, la ferme était exploitée par Antoine Dumonceau tandis que le beau jardin à la française, auquel le chevalier semblait fort attaché, était entretenu par Jean-Joseph Carlier[15] . Après la bataille, faute de moyens, le chevalier de Louville, qui était âgé de 86 ans, fut dans l’impossibilité de restaurer son château et préféra le vendre, le 7 mai 1816, pour la somme de 40.000 francs, au comte François-Xavier de Robiano qui mit un point d’honneur à préserver les restes de la bâtisse. Par le jeu des héritages successifs, le domaine a appartenu à une branche de la famille d'Oultremont.

Il a été mis en vente par le Comte Guibert d'Oultremont en 2003[16]. La région wallonne, au travers de l'Intercommunale 1815 a racheté ce bien en septembre 2003[17]

La bataille d'Hougoumont en 1815[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Waterloo.
Fig 1 : Le domaine d'Hougoumont en 1815[18]

Hougoumont a joué un rôle central dans la bataille de Waterloo dans laquelle les forces alliées des armées commandées par le duc de Wellington (composée de Britanniques, d'Allemands) et celle des Prussiens, commandée par le maréchal Blücher, étaient opposées à l'armée française dite Armée du Nord emmenée par l'empereur Napoléon Ier.

Tel qu'il existe aujourd'hui, le domaine de Hougoumont et ses environs ont considérablement changé par rapport à ce qu’il était en 1815. À l'époque, au sud de la ferme, dès la sortie du château, se trouvait un bois carré de 250 à 300 mètres de large dont le côté Ouest s'élevait à 120 m tandis que le côté Est descendait vers la ferme. Ce bois, jadis entièrement bordé de haies, a disparu et a laissé la place à des prairies. Il était séparé du mur, qui subsiste, de l’ancien jardin, par une bande de terrain d’environ trente mètres de large. Cet espace découvert a été surnommé par les Anglais, the Killing Ground. Le bois était traversé par un sentier qui, en se prolongeant, conduit aujourd'hui encore au lieu où se situe l'Aigle blessé.

Au nord du jardin, clôturé par une puissante haie, se trouvait un petit verger d’une cinquantaine de mètres de large, actuellement remplacé par une prairie. Le long de la haie de ce verger, au nord, un chemin – appelé par les Anglais the covered way ou the Sunken Way (le chemin creux) – courait, est-ouest. Au nord de ce sentier, où pousse actuellement un bois assez touffu, il n’y avait en 1815 que des prés et des champs. La crête, où se trouvaient les batteries anglaises et où viendront s'arrêter les obusiers pendant la bataille, est actuellement dissimulée par ces bois. Du portail Nord de la ferme, part un chemin qui subsiste mais qui était bordé d’arbres et qui rejoignait Nivelles.

À l’est du château, s’étendait en 1815, un beau grand jardin à la française, enclos à l’est et au sud par un mur de briques qui existe encore et au nord par une puissante haie. Ce jardin constitue aujourd'hui une prairie plantée de quelques platanes centenaires. À l’est de ce jardin, enclos de haies, le grand verger est devenu maintenant une prairie.

Fig 2 : Hougoumont : en bleu, les bâtiments disparus depuis 1815[19]

En 1815, pour reprendre la description du colonel Charras, « le domaine comprenait une vaste maison d’habitation, un logement de fermier, une chapelle et des bâtiments d’exploitation, rangés sur les quatre côtés d’un rectangle. Deux grandes portes y donnaient accès : l’une au sud, l’autre au nord. À l’est du château et y attenant se trouvait un grand jardin clos, du côté du nord, par une haie, et des autres côtés par des murs épais, hauts de plus de deux mètres. À l’est encore de ce jardin s’étendait un verger beaucoup plus grand… Un bois taillis, sous une futaie très claire, couvrait au sud, le verger, le jardin et le château, s’en approchant à une trentaine de mètres ». Ajoutons qu’à l’ouest, une petite porte s’ouvrait entre la remise et la maison du jardinier, donnant sur le potager.

Fin 2010 ou début 2011, le Christ de la chapelle a été dérobé, la date précise du vol étant inconnue puisque le site est aujourd'hui inhabité.

Le plan de Wellington[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Waterloo.

Sur le terrain de la bataille, le front anglo-allié était protégé par quatre postes avancés : à gauche le château de Fichermont, au centre-gauche la ferme de la Papelotte, au centre la ferme de la Haye Sainte et au centre-droit, Hougoumont. Pour le duc de Wellington, ces positions avancées devaient jouer le rôle d'un brise-lames face à l'offensive française et elles ne devaient pas être laissées aux mains de l'ennemi auquel elles fourniraient des bases pour de puissants assauts contre la ligne anglo-alliée. Les ordres de Wellington à la garnison d'Hougoumont sont donc extrêmement simples et ne changeront jamais : tenir à tout prix.

À partir du 17 juin 1815, dans la soirée, des troupes britanniques occupent donc le château-ferme d'Hougoumont et entreprennent de le fortifier. Hougoumont représente déjà une forte position en soi-même puisque le bois au sud cache les bâtiments à la vue des Français et fournit un bon couvert pour l’infanterie. De plus, il empêche de tirer des boulets ou des boîtes à mitrailles directement sur les murs si ce n’est à partir de l’ouest où le bâtiment est dégagé.

Ainsi, le 17 juin, vers 19 h, la 1re division des Guards britannique arrive dans le village de Mont-Saint-Jean et, une demi-heure plus tard, les quatre compagnies légères de cette division sont envoyées à Hougoumont. À son arrivée, Lord Saltoun a une escarmouche avec une patrouille de cavalerie française qu'il repousse. Le piquet placé au sud du bois et composé de quelques hommes du 2e bataillon du 3e Guards, sous les ordres du capitaine Evelyn, est renforcé par les 100 chasseurs de la 1re compagnie du Feldjäger Korps, appartenant à la 1re brigade hanovrienne commandée par Friedrich, Graf von Kielmansegge. Deux détachements de 50 hommes chacun appartenant aux bataillons légers hanovriens de Lüneburg et de Grubenhagen viennent également occuper le bois.

Vers 2 h du matin, une nouvelle escarmouche a lieu contre des éléments de la cavalerie française qui s’aventurent devant le bois. Durant la nuit, sous une pluie battante, James MacDonnell, qui commande le détachement des Coldstream, fait procéder aux travaux de mise en défense. Vers 6 h, le duc de Wellington rend visite aux troupes d'Hougoumont et fait remplacer la garnison par le 1er bataillon du 2e régiment léger de Nassau-Usingen du capitaine Büscgen. Cette unité prend place dans le château-ferme, le jardin et le verger, tandis que les deux compagnies de MacDonnell prennent position à l’ouest des bâtiments. Les deux compagnies du 1er Guards remontent sur la crête au nord du château avec lord Saltoun.

Le 18 juin 1815, à 11 h 30, la garnison est donc composée comme suit :

La maison du jardinier vue de l'ancien jardin (2006)
Garnison du domaine d'Hougoumont
Bâtiments Grenadiers 1/2 Nassau 135
Jardin 2 Cies du 1/2 Nassau 270
Grand verger 1 Cie du 1/2 Nassau 135
Bois 2 Cies du 1/2 Nassau, 1 Cie Feldjägern, 1 Dét. Bn Lg Lüneburg, 1 Dét. Bn Lg Grübenhagen 470
Potager 1 Cie Lg 2/C Guards1 100
Ouest de la grange 1 Cie Lg 2/3 Guards 100
Total 1210

En outre, sur la crête au nord du château, deux batteries d'artillerie prennent position avant le début de la bataille : les batteries Webber-Smith et Ramsey. Cinq autres batteries, plus éloignées, sont néanmoins à portée de feu : Cleeve, Lloyd, Sandham, Kuhlman et Beane. Immédiatement au nord, à mi-chemin sur le versant, se trouvent les deux compagnies légères des 2e et 3e bataillons du 1er Foot Guards de Saltoun.

Pas d’Anglais à Hougoumont ![modifier | modifier le code]

Avant la bataille, il faut remarquer qu'à l'intérieur des bâtiments, dans le jardin, dans le grand verger ou dans le bois, il n’y a pas un seul soldat britannique. Les seuls Britanniques présents à Hougoumont le 18 juin 1815 dans le système défensif sont une compagnie légère des Coldstream et une compagnie légère du 3e régiment de Scots Guards qui, toutes deux ont pris position aux abords ouest des bâtiments. Cela signifie que lors de la première attaque d'Hougoumont – la plus dangereuse peut-être – aucun soldat britannique n'a pris part au combat.

Il faut rappeler qu'à 6 h du matin, le duc de Wellington était venu inspecter la position et avait donné l'ordre d'occuper le château d'Hougoumont et les environs par le 1er bataillon du 2e Régiment d'infanterie Nassauvien. Qu'il ait été mal compris ou que ce fut son intention réelle, toujours est-il que, avant 10 h, lorsque les Nassauviens arrivent, les compagnies légères des 2e et 3e bataillons du 1er Guards, sous les ordres Lord Saltoun, évacuent le château et ses dépendances pour rejoindre le gros de leur bataillon sur la crête au-dessus du domaine, tandis que les compagnies légères des Coldstream et du 2e bataillon du 3e Guards se postent dans le potager à l’ouest de la grande grange.

Le mur sud du jardin

Cette décision d'évacuation fut mal comprise par les hommes qui avaient travaillé toute la nuit, sous une pluie battante, à consolider cette position défensive. L'un d'eux, le capitaine Daniel Mackinnon, qui commandait la compagnie de grenadiers des Coldstream à Hougoumont, écrivit plus tard :

« « A 10 h 00, les compagnies légères des Gardes furent relevées par un bataillon de 800 hommes des troupes légères de Nassau : des parties de ce corps dans les granges, les bâtiments, les cours et les dépendances ; le reste, avec les chasseurs hanovriens, qui étaient arrivés la nuit précédente, fut réparti dans le verger et le bois. Lord Saltoun rejoignit alors la deuxième brigade sur sa position (principale). Le lieutenant-colonel Macdonnell et ses compagnies firent mouvement vers le côté (ouest) du château[20]. » »

C’est au moment où, vers 10 h, après avoir fait visiter la position au capitaine Büschgen, qui commandait le 1/2 bataillon de Nassau et lui en en avoir remis le commandement, Lord Saltoun se met en marche vers son bataillon que survient le duc de Wellington. Il se montre fort étonné de trouver les deux compagnies de Saltoun à cet endroit et les arrête, leur ordonnant de rester sur place dans l’attente de nouveaux ordres. Il semble donc bien que Wellington n’ait jamais ordonné son évacuation par la garde britannique. Néanmoins, il ne renvoie pas directement Saltoun à Hougoumont. Lorsque la bataille fut entamée, vers 11 h 30, un aide de camp vint ordonner à Saltoun, très exposé au feu de l’artillerie, de rejoindre sa brigade. Lorsqu’il y arriva, il fut renvoyé de toute urgence vers Hougoumont, les Nassauviens étant sur le point de perdre le verger.

Première attaque[modifier | modifier le code]

La bataille d'Hougoumont débuta par un premier coup de canon tiré vers 11h30. Il est difficile de savoir qui le tira et ce qu'il visait, mais l'heure exacte est aussi sujet à discussion. L'historien Henry Houssaye cite différentes sources qui écrivent tous 11 h 30, sauf une voix discordante, celle du capitaine Yalcott qui, évoque 11 h 20[21]. C'est cette dernière heure que retient également l'historien Mark Adkin qui précise que les tirs provenaient de cinq batteries française et que l'avance des tirailleurs français se situerait à 11 h 30 et l'avance des bataillons de Général de Brigade Bauduin à 11 h 35[22].

Quoi qu'il en soit, après cette très courte et inefficace préparation d'artillerie sur le bois, la 1re brigade de la 6e division française, commandée par le Général de division Jérôme Bonaparte, s'ébranle. Cette brigade se compose du 4e bataillon du 2e régiment d'infanterie légère qui s'avance en tirailleurs, suivi, en formation, par les trois bataillons du 1er régiment d'infanterie légère et les trois autres bataillons du 2e léger. Le tout est commandé par le général Bauduin.

Plaque dédiée au général Bauduin, mort au combat au pied du mur sud

Cette brigade s'engage dans le bois. Le combat est très violent. Les Nassauviens et les Hanovriens, embusqués derrière chaque arbre, font subir un feu d'enfer aux Français, mais ils sont submergés par le nombre et reculent lentement vers le grand verger. Les Français sont arrêtés par le grand mur du jardin[23]. Ils ont mis à peu près une heure pour conquérir le bois.

Vers 12 h 15, le gros de la brigade, commandée maintenant par le Colonel Despans-Cubières, bute devant le mur du jardin, ou, plus exactement, sur l’espace dégagé d'une trentaine de mètre qui sépare l'orée du bois du mur. Les deux compagnies du 2e régiment de Nassau qui sont postées derrière le mur empêchent absolument le passage. Dès lors, du côté droit, les Français continuent à repousser dans le verger les Nassauviens et les Hanovriens qui trouvent refuge dans le chemin creux qui borde celui-ci au nord. Ils y retrouvent les deux compagnies de Lord Saltoun (2e et 3e compagnies légères du 1er régiment des Guards) qui sont redescendus en catastrophe de la crête. Sans désemparer, Saltoun rallie les Nassauviens et les Hanovriens et franchit la haie pour repousser les Français jusque dans le bois.

Simultanément, du côté gauche, les Français tentent de pousser jusqu'au portail Sud qu'ils atteignent, malgré le feu nourri des Nassauviens postés derrière le mur, et se heurtent à la compagnie légère du 2e bataillon du 3e régiment des Guards britannique (Wyndham) et à la compagnie légère du 2e bataillon des Coldstream (Dashwood), qui débouchent du potager où Macdonnell les avait postées. Les Français n’ont d'autre choix que de reculer à l’abri du bois.

Deuxième attaque[modifier | modifier le code]

Vers 12 h 30, l'ensemble de ces bataillons repart à l'assaut. Le Colonel Cubières lui-même prend la tête d'une attaque française vers l’ouest du château, au cours de laquelle il sera gravement blessé. Les deux compagnies de Gardes britannique de James Macdonnell reculent devant le nombre et s'engouffrent dans la cour du château, par le portail nord. Ils n'ont pas le temps de refermer les vantaux de la porte que déjà le sous-lieutenant Legros, du 1er régiment d'infanterie légère, et une trentaine d'hommes sont sur eux, forçant la porte et parvenant à s'introduire dans la cour. Les hommes de Macdonnell se jettent sur les intrus et les taillent en pièces, ne laissant indemne, dit-on, qu’un jeune tambour. La porte est soigneusement verrouillée.

Hougoumont : façade ouest du côté du potager

Entre-temps, le mouvement de la 2e brigade du Général Soye n'est pas passé inaperçu du duc de Wellington qui se rend compte que la position est menacée. Il ordonne donc au commandant de la 2e brigade britannique du 1er corps, le général major John Byng, d'envoyer du monde pour renforcer la garnison. En même temps, il charge la batterie du major Bull d'arroser le bois du feu de ses six obusiers de 6 pouces.

Byng fait donc descendre trois compagnies du 2e bataillon des Coldstream qui nettoient le terrain devant eux et repoussent les Français au sud de la ferme. Ces trois compagnies sont suivies du reste du 2e bataillon des Coldstream, soit quatre compagnies, qui entrent dans la ferme pour renforcer Macdonnell et les Nassauviens qui tiennent toujours leurs postes sur les murs. Il est à ce moment-là dans les environs de 13 h 15.

Simultanément à cette attaque, les bataillons français du Général Soye s'en prennent au verger où se trouvent toujours les deux compagnies du 1er régiment de Saltoun et les débris des compagnies du 2e régiment de Nassau et des chasseurs hanovriens. Saltoun tient jusque vers 13 h 15, quand interviennent de nouvelles troupes françaises, la 1re brigade de la 9e division du Général Foy composée des 92e et 93e régiments de ligne (au total, quatre bataillons) et commandée par le colonel Tissot. Saltoun est obligé de céder le verger et se réfugie derrière la haie du chemin creux. Les Français parviennent alors à mettre en batterie un obusier le long de la haie sud du verger. Dès 14 h, Saltoun, qui, entre-temps, a été rejoint par deux compagnies du 3e régiment des Scots Guards, tente une contre-attaque afin de s'emparer de l'obusier français. Cette contre-attaque échoue et Saltoun rejoint sa position de départ dans le chemin creux. Les Français de Tissot reprennent le verger avec l'aide d’un nouvel acteur, la 2e brigade de la 9e division, sous le commandement du Général Jamin. Il y a là trois compagnies du 4e léger et trois compagnies du 100e de ligne.

Vers 14 h 15, les compagnies de Saltoun qui ont été durement éprouvées lors de ces actions sont relevées par le reste du 2e bataillon du 3e régiment des Scots Guards du Lieutenant Colonel Francis Hepburn, et se voient autorisées à se retirer vers le gros du 1er Guards, toujours derrière la crête dans le chemin creux. Pendant ce temps-là, les Français se cassent toujours les dents sur le mur Sud du jardin où se sont maintenant installés les Coldstream, tandis que les Nassauviens se concentrent sur le mur Est d’où ils tirent sur les Français. À partir de cet instant, les assauts français vont se succéder sans interruptions.

À peine formé dans le chemin creux, Hepburn avec l’ensemble du 3e régiment, part à l’assaut du verger et en chasse les Français qui se voient rejeter au-delà de la haie dans la prairie au sud du verger. À 15 h, la division la 6e Division de Jérôme Bonaparte est fixée dans le bois et la 9e Division du Général Foy dans les prairies à l’est de celle-ci. Elles ne cesseront d'assaillir les positions alliées sans jamais parvenir à faire un pas en avant. La garnison risque cependant de se trouver à court de munitions. Entre 15 h et 16 h, toutefois, un chariot de munitions parvient à descendre et entre dans la cour de la ferme.

Les assauts suivants[modifier | modifier le code]

Tirs devant le bois de Hougoumont, durant la reconstitution 2011 de la bataille de Waterloo

C’est à peu près à cette heure-là que Jérôme Bonaparte se rendit enfin compte qu'il serait vain de vouloir s'emparer de la ferme et du château si on ne les soumettait pas à un tir d’artillerie efficace. Quelques obusiers se mettent alors à tirer sur le domaine, mettant feu aux granges et aux bâtiments. Si cet incendie rendit la situation très inconfortable pour les défenseurs, il n'eut aucune influence réelle sur la suite des événements. Une suite d'attaques sporadiques contre le verger ou le mur du jardin, sont aussitôt repoussées. Précisons que la 2e brigade française du Général Campi, appartenant à la 5e division du Général Bachelu, amorça vers 15 h un mouvement offensif contre le verger d'Hougoumont mais que l'artillerie anglaise l'en dissuada et qu'elle n’insista pas.

Section du Leibbatalion brunswickois

Vers 19 h, trois bataillons brunswickois (le bataillon Leibbatalion, le 1er d'infanterie léger et l'avant-garde) arrivés par l’ouest, le 2e bataillon King's German Legion et le bataillon de Landwehr de Salzgitter venus de l'est, viennent dégager le domaine et nettoient le verger et le bois. La garnison du domaine leur emboîte le pas pour poursuivre les débris des unités de la garde impériale qui ont manqué leur assaut sur la ligne anglo-alliée.

Résumé des événements[modifier | modifier le code]

Le tableau qui suit offre l'ensemble des événements qui se sont déroulés à Hougoumont :

17 juin 1815[modifier | modifier le code]
  • 17 h 00 : Les 1re et 2e brigades des Guards britanniques arrivent à Mont-Saint-Jean
  • 19 h 00 : Les compagnies légères du 1er Guards occupent le verger
  • 19 h 00 : Les compagnies légères du 2e régiment des Coldstream occupent la ferme, le château et le jardin. Travaux de mise en défense.
  • Soirée : Des patrouilles de cavalerie françaises sont écartées
  • Soirée : Des détachements du 3e Guards sont postés dans la forêt
18 juin 1815[modifier | modifier le code]
  • À l'aube : Dans le verger, Saltoun est relevé par des Nassauviens et des Hanovriens
  • Tôt dans la matinée : Wellington vient inspecter Saltoun. Il ordonne aux Nassauviens et Hanovriens d’avancer et d’occuper le bois et au 3e Guards d’avancer du jardin vers l’allée
  • 10 h 00 : Wellington stoppe Saltoun sur le versant de la crête au nord d’Hougoumont
  • 11 h 00 : Le 1/2 Nassau remplace les Anglais dans la ferme, le château et le jardin. Les compagnies légères détachées du 1er Guards se remettent en route vers leur gros.
  • 11 h 30 : 1re attaque française, du sud vers le bois. Premiers coups de canons
  • 11 h 50 : Nassauviens et Hanovriens évacuent le bois pour se réfugier dans le verger. Saltoun redescend vers le chemin creux
  • 12 h 00 : 2e attaque française, par le côté ouest contre le portail nord et par l’est contre le verger. Les Coldstream se réfugient dans la cour.
  • 12 h 30 : Fermeture du portail
  • 12 h 45 : 3e attaque française : contre le verger
  • 13 h 00 : Contre-attaque par le 2e bataillon de Coldstream qui entre alors dans la ferme (La grande batterie ouvre le feu)
  • Après 13 h 00 : Un tombereau de munitions arrive
  • 13 h 30 : Contre-attaque dans le verger par deux compagnies du 3e Guards.
  • 13 h 30 : Débuts du bombardement par un obusier que Saltoun tente en vain de museler.
  • 14 h 00 : 4e attaque française contre le verger en venant de l’est. Saltoun et ses compagnies légères évacuent le verger et sont relevées par 3 compagnies du 3e Guards (Attaque du 1er Corps français.
  • 14 h 00 : Le verger est repris par le 3e Guards.
  • 14 h 00-15 h 00 : 5e attaque française : contre le verger venant du sud-est, stoppée par le feu de l'artillerie du Général Campi.
  • 15 h 00 : Les bâtiments prennent feu.
  • 16 h 00 : 6e attaque française : contre le verger, venant du sud-est. Contre-attaque immédiate du 3e Guards qui reprend le verger. Hepburn reprend le commandement de la 2e brigade de la garde britannique que Byng, son commandant, quitte, ayant repris celui de la 1re division après la grave blessure de Cooke. Home reprend le commandement du 3e Guards.
  • 18 h 30 : 7e attaque française : contre le verger, venant du sud-est. Contre-attaque des 3e Guards de Foy et Home. (Prise de la Haye-Sainte par les Français)
  • 19 h 30 : Attaque de la Garde impériale
  • 20 h 15 : Avance générale alliée

Hougoumont après la bataille[modifier | modifier le code]

Les vestige du puits du domaine d'Hougoumont
La cour intérieure d'Hougoumont en 1915.

Après la bataille, le 19 juin, la plupart des bâtiments du domaine d'Hougoumont étaient en ruine ou incendiés. Les corps des victimes gisaient partout dans le sang et la boue. Beaucoup d’entre eux étaient nus, victimes des pillards qui s'étaient répandus sur le champ de bataille dès la fin des combats et sévissaient encore le lendemain. Au sud de la ferme, on érigea un bûcher où l'on commença à brûler les cadavres sans autre cérémonie[24]. Victor Hugo raconte qu'environ 300 cadavres auraient été jetés dans le puits, mais il s'agit d'une légende car l'eau étant rare à cet endroit, les paysans chargés de relever les morts n'auraient pas « pourri » un puits aussi précieux.

Les murs des quelques bâtiments encore subsistants étaient parsemés d'éclats d'obus ou de trous de balles. Le feu n’était pas entièrement éteint. Les arbres étaient dans un état lamentable avec leurs troncs déchiquetés, les branches et feuilles arrachées. Le verger, selon des témoins qui rendirent visite les jours suivants au champ de bataille, ressemblait à une scène de L'Enfer de Dante : des entassements de morts, toutes nationalités confondues, couvraient toute la surface du verger dont les pommiers avaient été à ce point malmenés qu'ils ressemblaient à des saules. Le fermier d'Hougoumont, revenu tôt le 19 juin, se promenait hagard au milieu de ce champ de carnage et de dévastation.

Le château, complètement ruiné, était évidemment inhabitable et les habitants du pays se servirent de ses pierres pour construire, notamment, le Café des Ruines[25], le long de la chaussée de Nivelles. À l'heure actuelle, on ne peut plus voir du château lui-même que ses fondations. La grande grange fut reconstruite et la maison du jardinier restaurée. C’est elle qui sert maintenant d’habitation.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D’après Jacques Logie, qui ne cite pas ses sources
  2. Remarquons, au passage, que ce mot « Wérissart » ne revient plus jamais dans la toponymie locale. Même si, tel quel, le nom « Wérissart » fait penser qu’il pourrait s’agir d’un lieu défriché (sart) appartenant à un certain Wéry (nom de personne), il est impossible de ne pas le rapprocher du terme ancien de « werixhas » qui désignait à l’époque féodale un terrain vague laissé en libre pâture.
  3. Jacques Logie, Waterloo, l’évitable défaite, p. 102-103.
  4. Logie, Evitable défaite, p. 103. C’est d’autant plus fantaisiste qu’il aurait fallu introduire sous ces latitudes dès le XIIe ou XIIIe siècle le pin maritime ou le pin d’Alep dont la résine fournit la gomme… Le pin forestier n’était que fort peu exploité dans ces contrées. On commença à s’y intéresser et à introduire de nouvelles essences de résineux à croissance plus rapide lorsque le besoin de bois de mine se fit sentir, besoin accru lorsque l’on entreprit la création d’un réseau de chemin de fer. En 1939, les chemins de fer belges consommaient normalement, en une année, près d’un million de traverses en bois…
  5. Id., ibid.
  6. Albert Carnoy, Origine des noms de lieux des environs de Bruxelles
  7. Victor Hugo, op. cit., p. 277.
  8. Le bonnier est une mesure de surface qui représente 1 ha 2166
  9. Tarlier et Wauters, p. 104 et s.
  10. Cette vente donna lieu à une contestation : voir Plancenoit.
  11. Tarlier et Wauters, suivis par Logie, affublent ce Jean Arazola du prénom de Jacques, on ne sait trop pourquoi. Or il s’agit bien de Jean puisque, mort le 15 septembre 1688, à l’âge de 73 ans, il est inhumé à Sainte-Gudule et que son épitaphe portait : « … Hic jacet corpus terrae datum D. Joannis Arazola de Ognate, cui paternae nobilitatis originem Biscaia, Maternae Anglia dedit… Obiit anno 1688, mense septembri, die 15._ »
  12. Les sources se contredisent : la Suite du Supplément au Nobiliaire des Pays-Bas, années 1630 à 1661, dit que Jean de Arazola n’eut pas d’enfant de ce premier mariage alors que les Fragments généalogiques lui en donnent deux : Léopold, mort sans alliance, et Béatrix-Angeline, épouse de Philippe-Michel de Marotte.
  13. C’est du moins ce qu’affirme Jacques Logie (Evitable défaite, p. 103). Le chevalier de Louville était né en 1729, il aurait donc eu 62 ans lors de son mariage… Cette date, 1791, semble bien tardive. Il faut sans doute lire « 1771 », date à laquelle Gouret de Louville vient s’installer à Nivelles
  14. Rue de Namur au numéro 24. À noter qu’on a toujours connu cet hôtel sous le nom d’hôtel d’Hougoumont et jamais par celui « de Gomont » ou « de Goumont ». On ne peut évidemment pas être affirmatif, mais cela pourrait remettre en cause la théorie qui consiste à attribuer le nom de « Hougoumont » aux géomètres de Ferraris.
  15. Jean Bosse, in Glanures au fil du temps - Bulletin de l'Association du Musée de Braine-l'Alleud, no 42, 1999, pp. 1 à 4
  16. Eric Meeuwissen La ferme d'Hougoumont mise en vente , Le Soir.be, édition du 9 avril 2003, page 21.
  17. Eric Meuwissen, La ferme d'Hougoumont a trouvé preneur, LeSoir.be, édition du 25 septembre 2003, page 21
  18. d'après I.G.N., Carte no 39/3 – 1/10.000. Altitudes en mètres, équidistance : 2,50 m., 1955-1983
  19. D’après F. Bonaert, Patrimoine monumental de la Belgique, Brabant-Nivelles, Liège, Soledi, 1974, p. 69, fig. V
  20. Cité par Adkin, p. 342.
  21. Houssaye, p. 329
  22. Adkin, p. 338 et passim
  23. Il semble que c'est alors que Bauduin soit tombé au pied du mur d’enceinte du jardin comme en témoigne la plaque commémorative posée sur ce mur. Il fut remplacé à ce moment par le colonel Despan-Cubières, jusque-là, commandant du 1er léger.
  24. La plupart des morts d’Hougoumont ont été brûlés ou enterrés à cet endroit ou sur la petite esplanade devant le portail Sud.
  25. Le bâtiment du Café des Ruines a disparu lors de la construction de l'autoroute.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles de Français, par une société de militaires et de gens de lettres – tome XXIV - Paris : C.L.F. Pancoucke, 1821
  • Mark Adkin, The Waterloo Companion, Londres, Aurum Press, 2005.
  • Henri Bernard, Le duc de Wellington et la Belgique, Bruxelles, La renaissance du Livre, 1983
  • Colonel Camon, La Guerre napoléonienne : Précis des campagnes, Paris, Librairie Chapelot et Cie, 1911.
  • Albert Carnoy, Origine des Noms de Lieux des environs de Bruxelles, Bruxelles : A. Bieleveld, s.d.C
  • Collectif, Brabant wallon au fil des jours et des saisons : Guide-Almanach des villes et des villages, Lasne, Éditions de l’Arc, 1994.
  • Bernard Copens et Patrice Courcelle, Waterloo 1815, les Carnets de la Campagne no 1 : Hougoumont, Bruxelles, Éditions de la Belle-Alliance, 1999.
La pierre tombale du sergent Cotton
  • Edward Cotton, A Voice of Waterloo, 10° éd., Braine-l’Alleud, Hôtel du Musée, Brussels, Kiessling and C°, 1913
  • Jean-Claude Damamme, La bataille de Waterloo, Paris, Perrin (coll. Tempus, 38), 2003 – Ed. originale, 1999.
  • Hector Fleischmann, La tragique histoire du château d’Hougoumont, d’après des documents inédits et accompagnée de huit gravures, croquis et d’un plan, Paris, Maynier et Brimeur, 1913
  • Jean H. Frings, Dictionnaire de la bataille de Waterloo, Braine-l’Alleud, Les Guides 1815, 1995
  • A. Grouard, Critique de la campagne de 1815 : Réponse à M. Houssaye, Paris, Librairie Chapelot et Cie, 1907
  • David Hamilton-Wiliams, Waterloo, New perspectives : The great battle reappraised, Londres, Arms ans Armour, 1993.
  • Henry Houssaye, 1815, t. 2 : Waterloo, Paris, Christian de Bartillat, éditeur, 1987.
  • Lucien Laudy, Les lendemains de Waterloo d’après les récits des témoins oculaires et de nombreux documents inédits, tirés des archives du canton de Nivelles et de collections particulières. Préface d'Hector Fleischmann, Braine-l’Alleud, Impr. J. Grotard, 1921
  • Claire Lemoine-Isabeau, La cartographie du territoire belge de 1780 à 1830 - Vol II : entre Ferraris et le Dépôt de la Guerre de Belgique, Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire, Centre d’Histoire militaire, Travaux no 29, 1997.
  • Emile Lenient, Études historiques et stratégiques : La solution des énigmes de Waterloo, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1915
  • Jacques Logie, Waterloo, l’évitable défaite, Paris, Gembloux, Duculot, 1984
  • Jacques Logie, Napoléon, la dernière bataille, Bruxelles, racine, 1998.
  • Freiherr Friedrich Carl Ferdinand von Müffling, Esquisse de la bataille de Waterloo, accompagnée des dépêches officielles du Feld-Maréchal Duc de Wellington, du Feld-Maréchal Blücher et de réflexions sur les batailles de Ligny et de Waterloo, avec plans de la bataille de Ligny et de Waterloo, Waterloo, H. Gérard, 1866
  • Napoléon, Correspondance (en particulier le t. XXVIII) – Paris, Librairie Plon et Dumaine, 1869
  • Napoléon, Mémoires pour servir à l’Histoire de France, 2° éd.(t.. IX) – Paris, Librairies Bossange et Dufour, 1830
  • Julian Paget et Derek Saunders, Hougoumont : Key to victory at Waterloo, Londres, Leo Cooper, 1995
  • William Siborne, History of the Waterloo campaign, Londres, Greenhill Books, Novato, Presidio Press, 1990
  • Georges Speeckaert et Isabelle Baecket, Les 135 vestiges et monuments commémoratifs des combats de 1815 en Belgique, Waterloo, Relais de l’Histoire a.s.b.l., 1990
  • Jules Tarlier et Alphonse Wauters, La Belgique ancienne et moderne : Géographie et histoire des communes belges, Vol. 2 : Province de Brabant, arrondissement de Nivelles, canton de Genappe, Bruxelles, Decq et Duhent, 1859.
  • Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l’Empire, t. XX, Paris, Lheureux et Cie, éditeurs, 1862. (B.N.F., Gallica)