Houdreville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Houdreville
La chapelle.
La chapelle.
Blason de Houdreville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Canton Vézelise
Intercommunalité sans
Maire
Mandat
Michel Petitcolas
2008 - 2014
Code postal 54330
Code commune 54266
Démographie
Population
municipale
438 hab. (2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 27″ N 6° 06′ 17″ E / 48.5075, 6.1047 ()48° 30′ 27″ Nord 6° 06′ 17″ Est / 48.5075, 6.1047 ()  
Altitude Min. 233 m – Max. 319 m
Superficie 10,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Houdreville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Houdreville
Liens
Site web www.houdreville.fr

Houdreville est une commune française située dans le canton de Vézelise, au coeur du pays du Saintois, dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Houdreville se situe à environ vingt-cinq kilomètres au sud de Nancy et à deux kilomètres au nord-est de Vézelise. Depuis 2013, la commune fait partie de la Communauté de communes du Saintois. Le village est situé sur un plateau qui surplombe le vallon creusé par le Brénon, petit affluent du Madon. La majeure partie du territoire de la commune est occupée par des cultures avec notamment du colza, du blé et du maïs. L'élevage est aussi une composante importante de l'agriculture houdrevilloise (chevaux de selle et ardennais, bovins, ...).

Communes limitrophes de Houdreville
Parey-Saint-Césaire Houdelmont Autrey
Hammeville Houdreville Clérey-sur-Brenon
Vézelise Omelmont

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Hul[d]radvilla[réf. nécessaire], Houdrevilla en 1245[1],[2].

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale en -ville, appellatif issu du gallo-roman VILLA « domaine rural » et qui a le sens de « domaine rural, grande ferme, village » au Moyen Âge. Le premier élément est généralement un nom de personne germanique, ce qui se vérifie ici. Il y a cependant hésitation sur l'identification exacte de cet anthroponyme : si la première forme est correcte, Huldrad pourrait convenir[3]. Dans l'autre cas, il est préférable d'opter pour un autre anthroponyme germanique Holdricus[4].

Le nom de personne germanique Holdricus se perpétue dans le nom de famille Houdry, fréquent à l'est de Paris avant la Première Guerre mondiale et encore attesté dans le département de Meurthe-et-Moselle.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Antiquité

Houdreville serait apparu au premier siècle avant Jésus-Christ sous le nom de Lutriacavilla[Informations douteuses]. Il y a six villas gallo-romaines découvertes par prospections aériennes sur le territoire de la commune et un fanum de tradition celtique.

Le Moyen Âge

Le village devient la propriété du comte de Vaudémont au XIIIe siècle. C'est à cette époque (1295) que l'on introduit la culture de la vigne à Houdreville qui viendra fournir par la suite les caves des ducs de Lorraine. Tout au long du Moyen Âge et de la Renaissance, Houdreville possède une place cardinale par rapport aux villages avoisinants comme en témoigne son église, qui fut longtemps la seule dans tout le Saintois à posséder trois clochers.

L'époque moderne et contemporaine

Pendant la Première Guerre mondiale, les habitants d'Houdreville voient les troupes commandées par le maréchal Pétain traverser leur commune à plusieurs reprises.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le village est envahi fin juin 1940 par l'armée allemande après un court siège.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 1995 Emile Stref   Agriculteur
mars 1995 en cours Michel Petitcolas   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 438 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670 666 768 821 800 806 801 775 753
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
745 708 652 667 635 614 597 563 546
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
521 496 446 442 486 471 440 432 421
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
424 383 332 364 363 420 436 438 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château du XVIe siècle (aujourd'hui demeure privée).
  • Lavoir reconstruit à l'emplacement d'un autre qui existait déjà en 1811 sous le nom de La grande fontaine.
  • Fontaine-abreuvoir des XIXe et XXe siècles.
  • Monument aux morts.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Epvre construite en 1714, en remplacement d'une église romane dont il reste quelques vestiges dans un contrefort du chevet et dans la chapelle sud ; le chœur est du XVe siècle ainsi que la voûte de la chapelle nord ; d'importantes réparations ont été effectuées à la flèche en 1879.
  • Chapelle du Sacré-Cœur construite vers 1877-1879 par Victor Aubry, en l'honneur du Sacré-Cœur et en remerciement de la protection du village pendant la guerre de 1870. En remplacement d'une Vierge placée autrefois dans le tronc d'un poirier, en bordure de l'ancienne route de Nancy à Vézelise.
  • Croix de la mission de 1824 et du jubilé de 1881 (Vierge à l'Enfant).
  • Croix de chemin de la grande rue.

Randonnées[modifier | modifier le code]

  • "La vigne des Ducs": randonnée pédestre de onze kilomètres qui passe par le village, le bois de Serres, Vézelise et Omelmont pour finir par la traversée du Brénon. Elle est accessible aux VTT. (Balisage cercle jaune; durée estimée: 2 heures 45).
  • Le Tour équestre du Saintois traverse également la commune (rond orange).

Associations[modifier | modifier le code]

  • Association Loisirs créatifs (activités manuelles, sorties, expositions, festivités).
  • Association Au clair de la lune (ateliers musicaux).
  • Salle des fêtes.

Sports[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

  • Quelques entreprises sont présentes sur la commune (plomberie, machines-outils, menuiserie, chauffage, transports en commun, vernissage), trois exploitations agricoles ainsi que plusieurs assistantes maternelles agréées.
  • Certains marchands ambulants (boulangerie, pizzeria, ...) s'arrêtent à Houdreville.

Environnement[modifier | modifier le code]

  • Depuis juillet 2010, une station d'épuration à filtration par roseaux équipe la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Conrad : instituteur de la commune à la fin du XIXe siècle, auteur d'une monographie sur le village qui date de 1888.
  • François Cyrille Grand'eury' (1839-1917) : ancien élève et professeur de l'École des Mines de Saint-Étienne, auteur d'ouvrages de géologie.
  • Michel Platini : ancien propriétaire d'une résidence dans la descente du Brénon[réf. nécessaire].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 356a
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cit.
  4. Ernest Nègre, Op. cit.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :