Hossein Alizadeh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alizadeh.
Khalaj-alizadeh.jpg
Alizadeh.jpg
HosseinAlizadeh.JPG

Hossein Alizadeh (en persan : حسین علیزاده) (né en 1951 à Téhéran) est un compositeur et musicien iranien, d'origine azérie. C'est un virtuose des luths traditionnels târ, setâr et tambûr.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né en 1951 à Téhéran (Iran), Hossein Alizâdeh étudie la musique dès l'enfance au conservatoire puis poursuit sa formation à la faculté des Beaux Arts de l'université de Téhéran. Parallèlement à cette formation académiaque, il étudie le radif de la musique iranienne avec les maîtres Hooshang Zarif, Ali Akbar Shahnazi, Nour Ali Boroumand, Mahmoud Karimi, Abdollah Davami, Youssef Foroutan et Said Hormozi. Il étudie aussi la musicologie à l'université des Arts de Berlin dans les années 1980.

Il rejoint ensuite l'orchestre national iranien comme soliste puis collabore avec le groupe Sheyda avant de créer le groupe Aref et en 1989 Hamavayan Ensemble. Il y rencontre des musiciens d'envergure tels Mohammad Reza Shadjarian et Parviz Meshkatian.


Alizâdeh a œuvré depuis toujours à faire évoluer la musique iranienne. C'est ainsi que parallèlement à l'approfondissement de ses connaissances sur le répertoire classique et à l'étude historique de son évolution, il a introduit de nouvelles théories tant dans les techniques d'improvisation que dans la composition qu'il évoque lors de ses interventions dans les universités européennes et américaines. Ainsi il est pour beaucoup dans l'émergence d'une nouvelle génération d'interprètes et de professeurs de musique persane.

À l'issue de 30 années d'activité et de création, Hossein Alizâdeh est reconnu aujourd'hui comme un des pionniers les plus marquants de la musique traditionnelle iranienne. Maître incontesté de Târ et Sétâr, ses talents de soliste et de compositeur ont été reconnus par les meilleurs critiques. On peut citer à titre exemple sa collaboration avec Maurice Béjart en compagnie de l'Orchestre de la Télévision Iranienne, ainsi que de nombreux concerts dans les radios européennes et américaines.

Rejet du Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres

En date du 27 novembre 2014, on attendait l'octroi de la décoration du Chevalier des Arts et des Lettres à Maestro Hossein Alizaeh à la Résidence de France à Téhéran, annoncé quelques semaines avant. Quelques jours avant cette date, le célèbre chef d'orchestre et compositeur iranien résident en Autriche (à la banlieue viennoise), Maestro Ali Rahbari, avait adressé une lettre ouverte à Hossein Alizadeh, dans laquelle il l'avait invité à réfléchir davantage avant d'accepter la distinction française, sans une raison précise cependant pour servir de base à son argument. Rahbari l'avait reconnu à raison comme l'un des plus grands musiciens iraniens de l'époque, et avait exprimé son respect profond pour les Iraniens et toutes les personnalités mondiales ayant déjà reçu la Légion d'honneur.

Finalement, Alizadeh, dans une lettre apparemment datée du 28 novembre, mais qui fut médiatisée le jour suivant, a rejeté la décoration, tout en affichant à son tour son respect pour cette décision du gouvernement français. Sans indiquer de raisons claires ni même de prétextes pour cette abstention, Hossein Alizadeh y a remercié vivement l'Ambassadeur de France, mais il s'est estimé sans besoin à toute médaille ni récompense pour sa carrière en particulier et pour la création artistique en général. Il a souligné également dans la lettre, sa décision de ne pas rajouter aucun suffixe ni préfixe à son nom et prénom, ce jusqu'à la fin de ses jours. Les opinions restent divergentes au sein de la société iranienne à l'égard de cette décision, tout comme les conjectures qui sont largement personnelles et subjectives. Certains expliquent le refus de l'artiste par le fait d'une fréquence inédite dans la remise de cette distinction aux artistes iraniens par l'Ambassade de France à Téhéran.

Publications et compositions[modifier | modifier le code]

Il a publié une méthode de setâr, des intégrales du radif pour le târ et le setâr, et il a composé de nombreuses musiques de film ou de scène.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Birthplace of Earth (مادران زمین ), Hossein Alizadeh & Hamavayan, Ba Music Records.[1]
  • 2009 : Half Moon (نیوه مانگ), Hossein Alizadeh, Ba Music Records.[2]
  • 2009 : Echoes of Light (نوای نور ),Hossein Alizadeh & Madjid Khaladj, Ba Music Records.[3]
  • 2007 : Ode To Flowers (سرود گل ), Hamavayan Ensemble, Hossein Alizadeh, Ba Music Records.[4]
  • 2005 : Birds (پرنده ها ), H.Alizadeh : târ ; Madjid Khaladj : tombak ; H.Nikham : voix, Ba Music Records.[5]
  • Musique iranienne : improvisations (کنسرت بداهه نوازی : نوا و همایون ) : H. Alizadeh : târ ; Madjid Khaladj : tombak [6]
  • World Village Music - Faryad (The Cry), 2005 : MR Shajarian : voix ; H. Alizadeh : târ ; K. Kalhor : kamânche ; H Shajarian : voix et tombak
  • World Village Music - Sallaneh, 2003 : H. Alizadeh : sallaneh
  • Bi To Be Sar Nemishavad (Without You), 2002 : MR Shajarian : voix ; H. Alizadeh : târ ; K. Kalhor : kamânche ; H Shajarian : voix et tombak
  • Iran : Les Maîtres de l'improvisation, 2002 : H. Alizadeh : târ ; Madjid Khaladj : tombak
  • World Village Music - Zemestan ast (It's Winter), 2000 : Mehdi Akhavan Sales : poèmes ; MR Shajarian : voix ; H. Alizadeh : târ ; K. Kalhor : kamânche ; H Shajarian : voix et tombak
  • Raz-e No (New Secret), 1999 : H. Alizadeh : compositeur, târ, tambûr ; M. Keramati, A. Rasayi, H. Niknam, A. Samadpour : voix ; D. Zargari : tombak
  • Iranian Music: Saz-Eno, 1998 : H. Alizadeh : târ, setâr, tambûr ; A. Rassai : voix ; Madjid Khaladj : tombak
  • Art of improvisation in rastpanjgah, 1998 : H. Alizadeh : târ ; Madjid Khaladj : tombak
  • Nowruz [Live], 1997 : H. Alizadeh : setâr, tambûr ; Sharam Nazeri : voix
  • Paria, Qesseh-ye Dokhtara-ye Nane Darya (Paria, Tale of Daughters of the Mother Sea) - Sobhgahi, 1996 : H. Alizadeh : compositeur ; M. Karamati : voix
  • Live at the Los Angeles Festival, 1995
  • Iranian traditional music Radif M. A.,
  • No Bang-e Kohan (Ancient Call-Anew)
  • Ava-ye Mehr (Song of Compassion), 1991 : H. Alizadeh : compositeur ; Orchestra of Indigenous Instruments of Iran
  • Shourangiz (Song of Compassion), 1988 : H. Alizadeh : compositeur ; Sheyda & Aref Groups ; Shahram Nazeri : voix
  • Raz-o-Niaz, 1986 : H. Alizadeh : compositeur ; Sheyda & Aref Groups ; Alireza Eftekhari : voix
  • Torkaman, 1986 : H. Alizadeh : setâr
  • Dream, 1986
  • NeyNava, 1983 : H. Alizadeh : compositeur ; String Orchestra of the National Radio and Television of Iran ; Djamshid Andalibi : ney
  • Osyan (Revolt), 1983
  • Hesar, 1977
  • Hamnavayi, 1977 : H. Alizadeh : târ ; A. Tahmasbi : târ ; D. Zargari : tombak
  • Savaran-e Dasht-e Omid (Riders of the Plain of Hope), 1977
  • Chahargah & Bayat-e Tork : H. Alizadeh : târ, setâr ; Hossein Omoumi : ney, voix ; M. Ghavihelm : tombak
  • Paykubi : H. Alizadeh : setâr ; D. Zargari : tombak
  • Gabbeh :

Liens externes[modifier | modifier le code]