Hormone mélanotrope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MSH.

L'hormone mélanotrope, ou mélanotropine ou mélanocortine (nom le plus utilisé) ou MSH (pour melanocyte stimulating hormone), est une hormone sécrétée par les cellules mélanotropes de l'hypophyse (lobe antérieur[1]), les kératinocytes et les mélanocytes. Elle est le produit de maturation d'une pro-hormone, la POMC, par des enzymes spécifiques appelées pro-hormone convertases.

Il existe trois types de MSH, la α-MSH et la γ-MSH (issues de la maturation de la l'hormone corticotropine ou ACTH) et la β-MSH (issue de la maturation de la lipotropine β-LPH).

Dans les cellules mélanotropes de l'hypophyse on retrouve les α-MSH et β-MSH, alors que dans les mélanocytes est maturée de la α-MSH uniquement.

Structure[modifier | modifier le code]

  • α-MSH : Ac-Ser-Tyr-Ser-Met-Glu-His-Phe-Arg-Trp-Gly-Lys-Pro-Val-NH2
  • β-MSH (humaine) : Ala-Glu-Lys-Lys-Asp-Glu-Gly-Pro-Tyr-Arg-Met-Glu-His-Phe-Arg-Trp-Gly-Ser-Pro-Pro-Lys-Asp
  • β-MSH (porcine) : Asp-Glu-Gly-Pro-Tyr-Lys-Met-Glu-His-Phe-Arg-Trp-Gly-Ser-Pro-Pro-Lys-Asp
  • γ-MSH : Tyr-Val-Met-Gly-His-Phe-Arg-Trp-Asp-Arg-Phe-Gly

Effets[modifier | modifier le code]

De manière endocrine, paracrine, ou autocrine, la MSH agit notamment sur les mélanocytes de la peau en provoquant la synthèse de mélanine en réponse aux rayons UVA principalement.

Il a été également démontré un rôle de la MSH sur certaines cellules immunitaires[réf. nécessaire].

Régulation[modifier | modifier le code]

Mode d'action[modifier | modifier le code]

Les effets de la MSH passent par sa fixation sur un récepteur membranaire spécifique appelé MCR (pour melanocortin receptor) exprimé normalement par les mélanocytes de la peau. La fixation de la MSH à son récepteur entraîne une voie de signalisation intracellulaire impliquant le calcium comme second messager.

Hormones mélanotropes de synthèse[modifier | modifier le code]

Plusieurs molécules analogues de l'hormone mélanotrope ont été synthétisées, dont l'afamélanotide (ou melanotan-1) et le bremélanotide (métabolite du melanotan II). Leur usage médical est en cours de test mais ils sont vendus de manière détournée dans le grand public pour leur propriété de bronzage à base de mélanine (pour le melanotan I) et pour bronzage plus l'accroissement du désir sexuel (pour le melanotan II)[2], et ce, malgré l'avertissement de diverses instances, dont la Food and Drug Administration[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chez l'homme c'est le lobe antérieur qui produit et sécrète principalement la MSH, le lobe intermédiaire étant une structure vestigiale, alors que pour de nombreuses espèces, telles que les rongeurs, la production est principalement assurée par un lobe intermédiaire de l'hypophyse bien développé.
  2. Evans-Brown M, Dawson RT, Chandler M, McVeigh J, Use of melanotan I and II in the general population, BMJ, 2009;338:b566
  3. US Food and Drug Administration, FDA warns about unapproved product, Melanotan II, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]