Hormizd Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hormizd.
Hormizd Ier
Pièce de Hormizd Ier.
Pièce de Hormizd Ier.
Titre
Empereur sassanide
272273
Prédécesseur Shapur Ier
Successeur Vahram Ier
Biographie
Dynastie Sassanides
Père Shapur Ier
Mère « Gurdzad » (déformation de Khoranzêm ?)

Hormizd Ier est un souverain d'Iran sassanide ayant régné de 272 à 273.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Shapur Ier, pour le compte duquel il gouverne le Khorassan.

Il est fait mention de son nom sous la forme « Oromasdès » pour la première fois lors des guerres de Shapur contre Rome sous le règne du tyran Cyriadès[1]. Cyrille Toumanoff l'identifie au roi vassal d'Arménie de 251 à 271[2]: « notre fils Hormizd-Ardaschir » cité dans la grande inscription de Shapur Ier auquel il succède comme grand-roi. On sait très peu de choses de son règne.

Selon le chroniqueur arabe Abu Mansur al-Tha'alibi, Hormizd est le fils de Shapur Ier ; surnommé le « Preux » ; il gouverne avec justice à l'exemple de son père et de son grand-père. Il fonde la cité de Ram-Hormizd dans l'Ahwaz et la ville de Daskarat al-Malik. Il fait campagne contre les Sogdiens, les bat, leur impose tribut et érige à leur frontière une colonne de pierre qu'ils ne doivent pas franchir. Il revient ensuite à Istakhr où il meurt après un règne de moins de deux ans[3].

Dans la tradition perse reprise par Tabari de l'histoire d'Ardachîr Ier, Hormizd serait l'enfant d'une fille de Mithrak, un dynaste perse, que la famille d'Ardachîr aurait tenté d'assassiner, les mages ayant prédit que de cette maison sortirait le restaurateur de l'Empire perse. Seule la fille fut sauvée du massacre par un paysan et plus tard, Shapur Ier la remarqua et en fit sa femme. Hormizd Ier fut par la suite reconnu et protégé par Ardachîr[4]. Dans cette légende, partiellement préservée, les grandes conquêtes de Shapur Ier sont attribuées à Hormizd. En réalité, il ne règne qu'un an et 10 jours[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trébellius Pollion, Histoire Auguste, « Les Trente Tyrans », chapitre II, § 1.
  2. Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome,‎ 1990, p. 501.
  3. al-Tha'alibi, Règne d'Hormizd, fils de Sapor, cité dans Jean Gagé, La montée des Perses sassanides et l'heure de Palmyre, Éditions Albin Michel, coll. « Le Mémorial des Siècles », Paris, 1965, p. 209-210.
  4. Tabari, Histoire du règne d'Hormizd, cité dans Jean Gagé, op. cit., p. 226-230.
  5. Agathias, livre IV, chapitre 24, § 5 : « Son règne fut très bref d'une année et dix jours ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Gagé, La montée des Perses sassanides et l'heure de Palmyre, Éditions Albin Michel, coll. « Le Mémorial des Siècles », Paris, 1965, p. 226-230, reprenant l'Histoire du règne d’Hormizd par Tabari.
  • Marie-Louise Chaumont, « Les Grands Rois sassanides d’Arménie (IIIe siècle) », dans Archeologia Iranica, Mélanges en l’honneur de R. Ghirshman, Leiden, E. J. Brill, 1970, p. 6-93.
  • (en) Touraj Daryaee Sasanian Persia. The rise and fall of an Empire I.B. Tauris & Co 2009 (ISBN 9781780763781) p. 225.