Horloge fleurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jardins de Princes Street à Édimbourg, en Écosse
L'horloge fleurie de la mairie de Versailles, France

Une horloge fleurie est une grande horloge décorative composée de fleurs, installée dans un parc ou tout autre lieu public.

Historique[modifier | modifier le code]

L'horloge fleurie est une sorte de tapis de fleurs planté autour d'un cadran d'horloge opérationnel. Elle a été inventée en 1903 par John McHattie, jardinier des jardins de Princes Street à Édimbourg, en Écosse, et présentée pour la première fois au public au printemps de 1904[1]. Il fut bientôt imité à travers tout le Royaume-Uni.

À Édimbourg le mécanisme de l'horloge horloge est dissimulé à l'intérieur du socle de la statue d'Allan Ramsay adjacente et a duré jusqu'en 1936. Il a été construit par un horloger local, Ritchie James and Sons Ltd, à l'origine en utilisant des pièces récupérées à partir de l'église paroissiale d'Elie, dans le Fife[1].

La plupart des horloges fleuries ont le mécanisme enterré dans le sol sous le parterre de fleurs, qui a ensuite été planté de sorte à apparaître visuellement comme un cadran d'horloge, avec les bras en mouvement (qui abritent également des plantes).

La plus grande horloge fleurie du monde est située au Japon, à Toi, dans la préfecture de Shizuoka.

L'horloge fleurie de Zacatlán au Mexique

La seule horloge fleurie avec deux faces mues par le même système est situé à Zacatlán, au Mexique. Elle présente deux faces, chacune de cinq mètres de diamètre. Elle a été construite par Relojes Centenario, un artisan local.

Michael Jackson possédait une horloge florale dans son ranch de Neverland.

Une autre horloge fleurie peut être vue dans l'International Peace Garden (en) à la frontière entre le Dakota du Nord et le Manitoba.

Musique[modifier | modifier le code]

Jean Françaix a composé une œuvre pour hautbois et orchestre, intitulée L'horloge de Flore, dans laquelle il nomme chacun des mouvements d'un nom de fleur, en fonction de leur place sur l'horloge.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

L'horloge fleurie de Genève pour le 125e anniversaire du CICR en 1988

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elliott Brent, Floral Clock, Oxford Companion to Gardens, Oxford University Press, Oxford, 1986
  • Silas Clifford-Smith, Floral Clocks, Oxford Companion to Australian Gardens, Oxford University Press, South Melbourne, Australie 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michael TRB Turnbull, Monuments et statues d'Edimbourg, Chambers, p.5