Horace Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Horace Smith

Horatio Smith, dit Horace, né le 31 décembre 1779, mort le 12 juillet 1849, est un poète et romancier anglais, peut-être plus connu pour l'écriture d'un sonnet en concurrence avec Ozymandias de Percy Bysshe Shelley. Ce dernier a dit à son sujet : « N'est-il pas étrange que la seule personne véritablement généreuse que j'aie jamais connu et qui ait assez d'argent pour l'être soit un courtier en bourse? Il écrit des poèmes et des drames pastoraux mais sait comment gagner de l'argent, et le fait, et il est toujours généreux. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Londres, Horace Smith est le fils d'un avocat-conseil et le cinquième de huit enfants. Il étudie à l'école de Chigwell avec son frère aîné James Smith, également auteur. Horace s'offre pour la première fois à l'attention du public en 1812, quand son frère James (de quatre ans son aîné) et lui produisent une parodie littéraire populaire au sujet de la reconstruction du Drury Lane Theatre, qui avait été détruit dans un incendie. Les directeurs ont offert un prix de 50 £ pour un discours qui doit être récité lors de la réouverture du théâtre, en octobre. Les frères Smith ont alors l'idée d'imaginer que les poètes les plus populaires du moment sont entrés en concurrence en écrivant un livre de poèmes. James écrit les parodies de Wordsworth, de Southey, de Coleridge et de Crabbe, et Horace s'occupe de Byron, Moore, Scott et Bowles.

Le livre a un énorme succès, et connaît sept rééditions dans les trois mois suivant. Le livre a été écrit sans méchanceté ; aucun des poètes parodiés ne s'en est offensé, et l'imitation est si intelligente que Byron et Scott ont déclaré qu'ils auraient pu croire avoir écrit les poèmes eux-mêmes. La seule autre collaboration des deux frères fut Horace à Londres (Horace in London) en 1813.

Smith continue ses études et devient un courtier en bourse prospère. Il fait la connaissance de Shelley dans le cercle de Leigh Hunt et l'aide à diriger ses affaires.

Les concours de sonnets n'étaient pas rares ; Shelley et Smith ont été en compétition pour l'écriture d'un sonnet portant sur le thème du Nil. Inspirés par la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile (livre 1, chapitre 47), ils ont écrit chacun un sonnet ; Ozymandias, de Shelley, paraît le 11 janvier 1818 sous le pseudonyme de Glirastes, tandis que Sur une jambe de granit extraordinaire, découverte tenant sur elle-même dans les déserts d'Égypte, avec l'inscription insérée ci-dessous (On a Stupendous Leg of Granite, Discovered Standing by Itself in the Deserts of Egypt, with the Inscription Inserted Below) de Smith est publié le 1er février 1818, avec les initiales H.S. Ce poème a été inséré, plus tard, dans son recueil Amarynthus.

Fortune faite, Horace Smith rédige une série de romans historiques : Brambletye House en 1826, Tor Hill en 1826, Reuben Apsley en 1827, Zillah, une histoire de la Ville Sainte (Zillah, a Tale of the Holy City) en 1828, La Nouvelle Forêt (The New Forest) en 1829, Walter Colylon en 1830, entre autres. Les trois volumes de Gaietés et gravités (Gaieties and Gravities), publiés par ses soins en 1826, contiennent nombre d'essais intelligents en vers et prose, mais le seul passage dont on se souvient encore relativement est l'Adresse à la momie dans l'exhibition de Belzoni (Address to the Mummy in Belzoni's Exhibition).

Horace Smith meurt à Tunbridge Wells le 12 juillet 1849.

Quelques citations[modifier | modifier le code]

  • Thinking is but an idle waste of thought, And nought is everything and everything is nought.

Rejected Addresses. Cui Bono?

  • In the name of the Prophet—figs.

Johnson's Ghost.

  • And thou hast walked about (how strange a story!) In Thebes's streets three thousand years ago, When the Memnonium was in all its glory.

Address to the Mummy at Belzoni’s Exhibition.