Hoplophoneus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hoplophoneus

Description de cette image, également commentée ci-après

Squelette d'Hoplophoneus

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Carnivora
Sous-ordre Feliformia
Famille Nimravidae
Sous-famille Hoplophoninae

Genre

Hoplophoneus
Cope, 1874

Espèces de rang inférieur

  • H. dakotensis
  • H. kurteni
  • H. mentalis
  • H. occidentalis
  • H. primaevus
  • H. sicarius

Hoplophoneus est un genre disparu de la famille des Nimravidae, sous-famille des Nimravinae, endémique de l'Amérique du Nord durant l'époque Eocène-Oligocène (38—33.3 Ma), ayant existé durant environ 5 Ma[1].

Crâne d’Hoplophoneus primaevus
Hoplophoneus

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Hoplopheneus fut nommé par Cope (1874). Il fut, subjectivement, assimilé au Mosasaurus par Palmer (1904) et Scott & Jepsen (1936). Flynn et Galiano (1982) l'assignèrent à Hoplophoneinae ; Bryant (1991) l'assigna à Nimravinae et Cope (1874), Simpson (1941), Hough (1949) & Martin (1998) le rattachèrent à la famille des Nimravidae[2],[3],[4].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Hoplophoneus avait l’apparence d'un chat, mais n’en était pas un. La structure des petits os de l’oreille interne est différente. Les « vrais » chats présentent une structure externe nommée bulle tympanique séparée par un septum tympanique muni de deux chambres. Les Nimravidae ne montrent aucune trace de cette bulle tympanique. Ils possédaient une bulle cartilagineuse et montrent la présence d'une bulle ossifiée dépourvue de septum. Ils possédaient également une bride sur le devant de la mandibule, mais pas aussi proéminente que celle des Thylacosmilus, laquelle se projetait le long de la canine. Hoplophoneus était conçu comme le vrai chat Smilodon, incluant les dents de sabre, mais il était à peu près de la taille d'un petit léopard. Il avait un corps robuste, avec des pattes plus courtes.

Le plus grand spéciment connu fut examiné par Sorkin en 2008 pour estimer sa masse corporelle ; le résultat fut de 160 kg[5].

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon Fossilworks Paleobiology Database (7 juin 2012)[6] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hoplophoneus, basic info », sur PaleoBiology Database
  2. (en) W. B. Scott et G. L. Jepsen, Transactions of the American Philosophical Society,‎ 1936
  3. (en) J. J. Flynn et H. Galiano, « Phylogeny of early Tertiary Carnivora, with a description of a new species of Protictis from the middle Eocene of northwestern Wyoming », American Museum Novitates, vol. 2725,‎ 1982, p. 1-640
  4. (en) H. N. Bryant, « Phylogenetic relationships and systematics of the Nimravidae (Carnivora) », Journal of Mammalogy,‎ 1991
  5. (en) B. Sorkin, « A biomechanical constraint on body mass in terrestrial mammalian predators », Lethaia, vol. 41,‎ 2008, p. 333–347
  6. Fossilworks Paleobiology Database, consulté le 7 juin 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :