Hope Bridges Adams-Lehmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hope Bridges Adams-Lehmann en 1898

Hope Bridges Adams Lehmann, née le 17 décembre 1855 à Londres, décédée le 10 octobre 1916 à Munich, est la première femme médecin en Allemagne, généraliste puis gynécologue, militante de la paix et aussi adepte de l'avortement légal en cas de danger pour la mère. Elle est considérée comme une pionnière du combat féministe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la plus jeune fille de Williams Bridges Adams, journaliste et constructeur de chemin de fer anglais, et de sa troisième épouse Ellen.

Elle est élevée à Londres jusqu'au décès de son père. Sa mère décide alors de retourner en Allemagne, à Leipzig, d'où elle était originaire. La famille s'installe chez une tante, où elles sont un peu considérées comme des domestiques, en tout cas corvéables en contrepartie de leur hébergement.

Allant à l'encontre des souhaits de sa famille, elle entreprend des études de médecine. À l'époque, seuls les hommes pouvaient s'engager dans une telle voie, les femmes ne pouvaient qu'être infirmières ou sages-femmes.

Son père lui avait dit « Il faut se battre de toutes ses forces pour obtenir ce que l'on veut », c'est ainsi que sachant que, bien qu'étudiante en médecine, elle ne pourrait jamais obtenir son diplôme à cause de son sexe, et de son absence de baccalauréat, elle ira jusqu'à plaider sa cause auprès de la reine Augusta, qui intercédera en sa faveur. En 1880, elle sera la première femme à obtenir ce diplôme en Allemagne, mais il faudra attendre 1904 pour qu'il ne soit enfin reconnu par la profession.

Mariage et installation[modifier | modifier le code]

Elle se marie avec Otto Walter qu'elle a connu à la faculté de médecine. Ils ouvrent ensemble un cabinet à Francfort, dans lequel elle s'occupe des pauvres et déshérités, en pratiquant la médecine presque gratuitement, en s'insurgeant aussi contre le sort réservé aux femmes.

Ils ont ensemble une fille, Mara. Hope est sans cesse tiraillée entre son métier, son rôle d'épouse et de mère.

Maladie[modifier | modifier le code]

Atteinte de tuberculose, certainement contractée au cours de ses visites, elle est vouée à une mort certaine. Son mari Otto décide de l'envoyer dans les montagnes de Bavière en espérant qu'elle guérisse de sa maladie. Ce qui advint au bout de quelques mois. Hope persuada donc son mari, Otto, d'ouvrir sur place un sanatorium pour y accueillir d'autre personnes atteintes de cette maladie ; l'établissement devient rapidement réputé, ils engagent un collaborateur efficace du nom de Carl Lehmann.

Divorce et second mariage[modifier | modifier le code]

Les relations de Hope et Otto devenues tendues, le couple divorce, et en 1890 la jeune femme se marie avec Carl Lehmann, militant révolutionnaire.

Ils s'installent à Munich au cœur de la Bavière ultra catholique, Hope travaille dans un hôpital et se bat pour l'avortement légal.

Procès[modifier | modifier le code]

En 1896, elle publie un ouvrage « Women's Book » qui deviendra un best-seller, dans lequel elle prône le contrôle des naissances, la légalisation de l'avortement, le combat pour l'égalité des femmes, et l'accès à l'éducation pour tous.

En 1915, elle sera accusée d'avortement criminel et traduite devant la justice. Après de longs palabres, elle sera finalement acquittée.

Filmographie[modifier | modifier le code]

La vie de Hope Bridges Adams-Lehmann a fait l'objet d'un film de Martin Enlen en 2008, « Dr Hope – Eine Frau gibt nicht auf » (« Dr Hope – Le combat d’une femme »). Heike Makatsch y occupe le rôle principal. Ce film, constitué de deux parties d'environ 1h30, a été diffusé sur la ZDF, au festival du film de Münich le 3 juin 2009 et sur la chaîne Arte le 19 mars 2010, le 8 mars 2011 et le 29 mars 2013.

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marita Krauss: Die Lebensentwürfe und Reformvorschläge der Ärztin Hope Bridges Adams Lehmann (1855–1916). In: Elisabeth Dickmann/Eva Schöck-Quinteros (Hg.): Barrieren und Karrieren. Die Anfänge des Frauenstudiums in Deutschland. Dokumentationsband der Konferenz „100 Jahre Frauen in der Wissenschaft“ im Februar 1997 an der Universität Bremen. Trafo Verlag Weist, Berlin 2000, S. 143–157.
  • Marita Krauss: Die Frau der Zukunft. Dr. Hope Bridges Adams Lehmann (1855–1916), Ärztin und Reformerin. Buchendorfer Verlag, München 2002.
  • Marita Krauss: „Die neue Zeit mit ihren neuen Forderungen verlangt auch ein neues Geschlecht“. Die Ärztin Dr. Hope Bridges Adams Lehmann und ihre Forderungen an die Frau des 20. Jahrhunderts. In: Frank Stahnisch/Florian Steger (Hrsg.): Medizin, Geschichte und Geschlecht. Körperhistorische Rekonstruktionen von Identitäten und Differenzen. Steiner, Stuttgart 2005, ISBN 3-515-08564-5, S. 119–135.
  • Marita Krauss: Hope. Dr. Hope Bridges Adams Lehmann – Ärztin und Visionärin. Die Biografie. Volk Verlag, München 2009, ISBN 978-3-937200-69-9.
  • Artikel Adams-Lehmann, Hope Bridges. In: Volkmar Sigusch/Günter Grau (Hrsg.): Personenlexikon der Sexualforschung. Campus, Frankfurt am Main u. a. 2009, ISBN 978-3-593-39049-9, S. 23 f.
  • Christine Kirschstein, Fortgesetzte Verbrechen wider das Leben. Ursachen und Hintergründe des 1914 nach § 219 RSTGB eingeleiteten Untersuchungsverfahren gegen die Münchener Ärztin Dr. Hope Bridges Adams-Lehmann, Haag + Herchen Frankfurt am Main, 1992 ISBN 3-89228-871-2

Notes et références[modifier | modifier le code]