Honda CG125

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Honda 125 CG
HondaCG125-1976.jpg
Honda CG 125
Constructeur Honda
Années de production 1975-2012
Moteur et transmission
Moteur(s) Monocylindre 4 temps refroidit par air
Démarrage Kick puis démarreur
Distribution Arbre à cames latéral entraîné par cascade de pignon et agissant sur les tiges des culbuteurs
Cylindrée 124 cm³
Puissance maximale 11 ch à 9 000 tr/min
Couple maximal 1 mkg à 7 000 tr/min
Alimentation Carburateur Zénith puis injection à partir de 2004
Embrayage Multidisques à bain d'huile
Boîte de vitesses à 5 rapports
Transmission Par chaîne sous carter étanche
Vitesse maximale 117 km/h
Cadre, suspensions et freinage
Cadre Simple berceau interrompu
Suspension avant (débattement) Fourche télescopique
Suspension arrière (débattement) Bras oscillant en tôle emboutie
Frein avant Tambour puis à disque
Frein arrière Tambour puis à disque
Poids et dimensions
Roue avant 2.75-18 RF TT 48P
Roue arrière 3.00-18 RF TT 52P
Empattement 1 200 mm
Poids à sec 94 kg
Réservoir (réserve) 10 litres (2 litres)

Honda CG125 est une motocyclette légère produite par Honda depuis 1975[1],[2].

Histoire de la Honda CG 125[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

Honda S90 de 1966

En 1970, l'exportation de moto a connu un essor grandiose du à l'émergence des pays en voie de développement. Dans ce but, Takeshi Inagaki, le responsable du marché et Einosuke Miyachi, le responsable design chez Honda, voulurent profiter de cet essor en exportant des Honda S90 et CB100. Ils firent alors un voyage d'affaire[3] en Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Iran et au Pakistan pour juger le potentiel de vente d'une telle moto. Ils découvrirent alors que cette moto n'était pas du tout adaptée.

Les Honda S90 et CB100 étaient alors des 4 temps avec distribution par chaîne et arbre à cames en tête et moteur face à la route. L'usage que faisaient les utilisateurs était beaucoup plus rude qu'en Europe ou au Japon. Einosuke Miyachi raconte qu'il voyait des enfants assis sur des réservoirs avec 4 personnes sur une moto qui les suivaient, suspensions en butée. Ou encore des personnes à moto avec des poulet ou des porcs sur les porte-bagages.

Développement de la CG[modifier | modifier le code]

En s'intéressant aux garagistes locaux, ceux-ci leurs apprirent[4] que les routines de maintenance n'étaient pas du tout les mêmes. En effet, elles étaient inexistantes. A la vente, le garagiste tendait la chaîne à fond et remplissait le carter d'huile à ras bord. Les utilisateurs ne revenaient que lorsque le sable et la boue avaient complètement obstrué la boîte à air ou que la chaine de distribution ou de transmission avait rompu. Einosuke Miyachi et Takeshi Inagaki comprirent alors qu'il était nécessaire de développer une moto beaucoup plus robuste et sans entretien, en lien avec l'utilisation que les pays cibles du marché en ferait.

À leur retour au Japon, ils se mirent au travail sous la responsabilité du directeur de recherche et développement : Tadashi Kume. Ils créèrent alors une ébauche d'un moteur sans chaîne de distribution et avec une transmission secondaire par chaîne étanche. Le monocylindre à distribution par cascade de pignon était né. Les objectifs du bureau d'étude de Einosuke Miyachi étaient alors :

  • moteur 4 temps robuste et performant
  • deux motorisations possibles : 110 cm³ et 125 cm³
  • design fun et sportif
  • utilisation quotidienne, pratique et sans entretien

Ces contraintes aboutirent au moteur de la CG 125 qui ne changea [5] pas durant sa carrière. La distribution s'effectuait alors par cascade de pignons avec un arbre à simple came qui commandait les deux tiges des culbuteurs. Le système de carburation, par carburateur Keihin avait une admission d'air par une boite à air sous la selle avec filtre huilé microporeux diminuant ainsi l'usure dû à la poussière. Un carter de chaîne étanche fut mis sur la chaîne de transmission pour éviter toute usure prématurée par la poussière/boue/eau. Enfin, le cadre fut renforcé par la modification en cadre tubulaire à berceau interrompu. Le moteur participant alors à la rigidité de l'ensemble. En décembre 1974, la CG 125 était prête à être commercialisée. Le bureau d'étude fit alors passer les tests d'épreuve du Japon à la Thaïlande sous un été chaud, en utilisant le carburant local et ralliant les grandes villes par autoroutes.

Implantation et lancement sur le marché[modifier | modifier le code]

En 1975, Honda installa une usine de fabrication à Manaus au Brésil dans le but de réduire les taxes d'exportations et en 1976, la Honda CG 125 était prête pour le marché Thai et Sud-américain. La CG 125 connut en 35 ans de carrière de multiple changement, mais resta fidèle à son rôle d'utilitaire, c'est pourquoi c'est une des motos les plus plébiscitées dans les pays en voie de développement, encore aujourd'hui.

Historique Honda CG125 de 1976 à 1985[modifier | modifier le code]

Historique des versions
Type Année de production Numéro de cadre
Honda CG 125 juin 1976 - mai 1978 CG125-1023061 à 1111090
Honda CG 125 K1 mai 1978 - mars 1981 CG125-1114636 à 1162518
Honda CG 125 B mars 1981 - mars 1982 (import uniquement) CG125-1202755 à 1223689
Honda CG 125 C mars 1982 - novembre 1984 CG125-1272831 à 1286692
Honda CG 125 E novembre 1984 - avril 1985 CG 125-1288790 à 1293380

La CG 125 est toujours produite en 2012 et cumule à ce jour 36 ans de production ininterrompue.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeff Copin, « Honda 125 CG », Motomag,‎ 2008 (consulté le 18 janvier 2011)
  2. « Honda CG 125 2004 », Motoservices (consulté le 18 janvier 2011)
  3. CG History http://world.honda.com/history/challenge/1975cg125/index.html
  4. CG History http://world.honda.com/history/challenge/1975cg125/text/02.html
  5. Moto Légende Hors Série : A la poursuite de la 125 idéal : 10-L19043 :