Homosexualité en Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deux jeunes hommes buvant du thé en ayant une relation sexuelle. Image d'un rouleau manuscrit sur des thèmes homosexuels, peinture sur soie. Chine, dynastie Qin (XVIIIe-XIXe siècle), Institut Kinsey, Bloomington (Indiana)

La situation de l’homosexualité dans la culture chinoise est relativement ambiguë dans le contexte actuel, mais plusieurs éléments ont subsisté à travers l'histoire de Chine.

Vision traditionnelle de l'homosexualité dans la société chinoise[modifier | modifier le code]

D'après la pensée issue de Confucius, un homme doit se conformer au rôle traditionnel, de même qu'une femme. Mais l'homosexualité n'est pas considérée comme un péché au sens chrétien.

Le taoïsme valorise l'équilibre entre le yin (陰, principe féminin) et le yang (陽, principe masculin), tout homme étant yang et toute femme yin. Les divinités taoïstes sont cependant souvent montrées en couple de même sexe (par exemple Shanshen et Tudigong).

L'amour homosexuel dans la littérature[modifier | modifier le code]

Une femme épie un couple d'amants homosexuels

L'amitié entre hommes ou entre femmes était très représentée dans la culture de la Chine ancienne. Plusieurs exemples se détachent dans les romans classiques, dans Au bord de l'eau, sur une amitié masculine durable. Mais il s'agit de liens de camaraderie guerrière et non d'homosexualité. D'autres œuvres décrivent des relations moins platoniques. Dans Le Rêve dans le pavillon rouge, des hommes ont des relations hétérosexuelles et homosexuelles[1]. Plusieurs poèmes chinois anciens racontent par la voix de leur narratrice des relations entre adolescentes avant le mariage. Il y avait aussi une littérature érotique moins connue, car les livres ont été brûlés (pendant les guerres de l'Opium par les anglais et les français ?). Certains manuscrits nous sont parvenus cependant. L'anthologie "Bian er chai" (弁而釵,Pinyin : Biàn ér chāi), ou Épingle de femme sous le bonnet viril, présente quatre nouvelles de cinq chapitres chacune. La première nouvelle, Chronique d'un loyal amour, montre un académicien de vingt ans courtisant un élève de quinze ans et des valets adolescents. Dans une autre anthologie, "Qing Xia Ji" (淸侠妓 Pinyin : Qīng xiá jì, Histoire du héros passionné), le personnage principal, Tchang, un valeureux soldat pourvu de deux femmes, se laisse séduire par son jeune ami Tchong. L'œuvre est parue entre 1630 et 1640.

Plus récemment, Ding Ling (丁玲 Dīng Líng), une femme de lettres chinoise féministe sulfureuse des années 1920, est généralement considérée comme traitant de l'homosexualité féminine dans ses récits, dans Le Journal de Mademoiselle Sophie (莎菲女士的日記 Pinyin: Shāfēi Nǚshì de rìjì). Une contemporaine, Huang Biyun (黄碧云, Pinyin : Huáng Bìyún, Cantonais : Wong Bikwan), écrit depuis une perspective lesbienne dans son récit C'est une jeune femme et moi aussi (她是女士,我也是女士 Pinyin: Tā shì nǚshì, wǒ yě shì nǚshì").

Histoire[modifier | modifier le code]

Chine ancienne[modifier | modifier le code]

Jeunes hommes se livrant à des jeux érotiques, rouleau manuscrit, aquarelle sur papier, Beijing, dynastie Qing, fin du XIXe siècle, collection privée

Chine moderne[modifier | modifier le code]

D'importants changements eurent lieu à la fin du XXe s. et au début du XXIe s. La sodomie est dépénalisée en 1997, et la nouvelle Classification des désordres mentaux et leurs critères de diagnostic en Chine supprime l'homosexualité de la liste des maladies mentales le 20 avril 2001[2],[3].

En 2009 a eu lieu la première marche des fiertés en Chine. Les organisateurs ont accepté que quelques événements soient annulés à la demande des autorités, pour ne pas choquer la population[4],[5]. Cette gay pride a réuni à peu près 500 personnes[6].

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Films et séries télévisées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Timothy Brook, The Confusions of Pleasure: Commerce and Culture in Ming China, Berkeley, University of California Press, 1998. (ISBN 0-520-22154-0) (Paperback).
  • Wu Chunseng, "La vie gaie et lesbienne en Chine", La Revue h n° 4, printemps 1997.
  • Christophe Comentale, "L'image du nu masculin en Chine: un XXIe siècle venu de loin", Inverses n°4, 2004.
  • Bret Hinsch, Passions of the Cut Sleeve: The Male Homosexual Tradition in China, The University of California Press, 1990, (ISBN 0-520-06720-7).
  • Laurent Long, "Manches coupées" et "Repas en tête-à-tête", La Revue h n° 4, printemps 1997.
  • Laurent Long et Jean-Claude Féray, "Observations inédites d'Henri Jeoffrai sur la pédérastie en Chine", Inverses n°9, 2009.
  • Tze-Lan D. Sang, The Emerging Lesbian: Female Same-Sex Desire in Modern China, University of Chicago Press, 2003.
  • Michael Szonyi, "The Cult of Hu Tianbao and the eighteenth-Century Discourse of Homosexuality", Late Imperial China, Volume 19, Number 1, June 1998, 1-25.
  • Robert van Gulik, La Vie sexuelle dans la Chine ancienne (Sexual Life in Ancient China, 1961), Paris, Gallimard, coll. « Tel ».
  • Hua Shan Zhou et Wu Gany, Histoires de camarades : les homosexuels en Chine, Paris, Méditerranée, 1997.
  • Anonyme, Épingle de femme sous le bonnet viril : Chronique d'un loyal amour, traduit par André Lévy, Paris, Mercure de France, 1997. (ISBN 978-2715220102)
  • Anonyme, Le Tombeau des amants. Conte chinois de la fin des Ming, traduit par Thomas Pogu, Paris, Cartouche, coll. « Les classiques », 2012. (ISBN 978-2915842920)

Articles connexes[modifier | modifier le code]