Hominisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’hominisme (presque systématiquement appelé masculinisme dans les médias et par les organisations féministes) est un mouvement issu de pays francophones dont le but est d'intégrer la préoccupation de la condition masculine à la préoccupation de la condition humaine en général. Ce qui explique le choix de ce néologisme, fondé sur deux racines : la racine française "homme", au sens d'individu masculin, et la racine latine "homo, hominis", qui signifie "humain".

Axes[modifier | modifier le code]

L'hominisme se veut la forme achevée de l'antisexisme. Il s'oppose à toute discrimination, qu'elle soit d'ordre misogyne ou misandre. C'est pourquoi il ne s'oppose pas au féminisme, mais prétend achever l'œuvre de celui-ci, cherchant à obtenir pour les hommes l'égalité des droits déjà quasiment obtenue par les femmes.

Les principaux domaines de préoccupation de l’hominisme sont :

  • la recherche d'une masculinité débarrassée des stéréotypes
  • la dénonciation des violences, des discriminations et du sexisme à l'encontre des hommes
  • la valorisation de la place des pères dans la famille
  • la recherche des causes et de solutions à la sous-performance scolaire des garçons

Congrès[modifier | modifier le code]

Des hoministes ont organisé 3 rencontres intitulées « Congrès de la condition masculine - Paroles d'hommes ». Le premier congrès a eu lieu à Genève en 2003 sur le thème "Quand l'homme reprend la parole…", le second à Montréal en 2005 sur le thème "Féminisme + Hominisme = Humanisme", et le troisième à Bruxelles en 2008 sur le thème "Hommes, états des lieux : inventaire des ressources et des besoins"[réf. nécessaire].

Personnalité[modifier | modifier le code]

Un des principaux animateurs de cette mouvance était Yvon Dallaire, psychologue et auteur québécois.

Le Manifeste hoministe (2006)[modifier | modifier le code]

Un «Manifeste hoministe» expose ces préoccupations en onze points[1].

Critiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs organisations féministes critiquement très fortement le mouvement hoministe, qu'elles requalifie par Masculinisme. Elles l'accuse de remettre en question les droits et femmes, et donc de vouloir rétablir des privilèges pour les hommes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]