Home sitting

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le home sitting, appelé aussi house sitting dans les pays anglo-saxons, est un concept né aux États-Unis qui consiste en un échange de services entre particuliers.

Principe du home sitting[modifier | modifier le code]

Un propriétaire obligé de quitter son domicile pour une période définie, souvent pour des vacances, le confie à un home sitter, le plus souvent retraité. Celui-ci, en échange de l’hébergement, s’y installe pour la période en y assurant un minimum de présence et d’entretien, et en prenant en charge son ou ses animaux (chiens, chats, poissons, chevaux, etc.). Les motivations principales des propriétaires qui font appel au home sitting sont un souci de sécurisation (présence dissuasive pour les cambrioleurs) et la place de plus en plus importante que les animaux occupent dans leurs foyers.

La pratique du home sitting a été simplifiée par l'usage d'Internet, l’offre et la demande pouvant plus aisément se rencontrer. Si des particuliers y passent des annonces directes, des associations et entreprises, présentes sur le Web, se sont aussi fait une spécialité de la mise en relation. Leurs prestations, et donc les tarifs pratiqués, varient selon les sites : de la simple diffusion d'annonces (sans sélection préalable), à la recherche dans un réseau d'adhérents (pour lesquels identité et absence d’antécédents judiciaires ont été vérifiés), jusqu'à une étude approfondie du besoin et une recherche personnalisée de personnes ayant le réel savoir-faire.

Absence de réglementation[modifier | modifier le code]

Le home sitting n'est en France ni réglementé ni spécifiquement encadré par la loi. Il est donc fortement conseillé d'être vigilant quant aux aspects juridiques et de disposer d'un contrat type "agrément de séjour" ou "conditions générales de prestation de services" afin de protéger a minima les parties en cas de litige (par exemple : arrivée tardive du home sitter impliquant un report du départ du propriétaire donc un surcoût, dégât matériel à la propriété ou à ce qu'elle contient, vol d'un bien, accident ou mauvais traitement aux animaux domestiques, ou encore utilisation non couverte du véhicule du propriétaire), que ceux-ci impliquent ou non l'intervention de leurs compagnies d'assurance.

Concernant la mise en relation via un intermédiaire professionnel, il est aujourd'hui clairement admis que tout propriétaire est en droit d'exiger de sa part, en plus d'un contrat de service, un mandat de recherche écrit définissant clairement les règles et critères de recherche d'un home sitter, les conditions et le coût de règlement de la prestation, une échéance, les éventuelles exclusions et une clause de confidentialité.

Imprécision des contrats d'assurance[modifier | modifier le code]

Si le home sitting existe depuis plusieurs décennies en France, il n'en demeure pas moins un vrai "flou" juridique concernant la couverture assurantielle des propriétaires, home sitters et, surtout, éventuels intermédiaires.

En l'absence de reconnaissance officielle du home sitting par le secteur de l'assurance, le propriétaire doit impérativement avoir souscrit une assurance habitation dont le contrat inclut une clause dite de villégiature.

Le home sitter doit quant à lui obligatoirement présenter une attestation de responsabilité civile dite de vie privée.

L'intermédiaire, association ou entreprise privée, qui met en relation propriétaire et home sitter, doit souscrire chaque année une assurance de responsabilité civile professionnelle couvrant spécifiquement l'activité de home sitting sur les résidences principales hors de toute notion de gardiennage professionnel, et incluant si possible les dommages causés aux animaux. Les garanties doivent au moins couvrir dommages matériels et immatériels, vol, atteintes accidentelles à l'environnement et intoxications.

La souscription à une telle assurance s'assortit de la fourniture d'un numéro dit de RC Pro que le home sitter est en droit d'exiger du prestataire afin de vérifier l'intégrité et la validité de son contrat à la période d'exécution de la prestation de home sitting chez le propriétaire.

La quasi-totalité des compagnies d'assurance en France refusent de souscrire un contrat d'assurance couvrant spécifiquement et explicitement le home sitting, jugé trop risqué. Certains prestataires s'assurent donc comme entreprise de gardiennage (assurance inadaptée puisque les home sitters ne sont ni gardiens professionnels, ni vigiles, ni détenteurs de carte professionnelle d'agent de sécurité privée) ou uniquement sur la partie animaux (contrat inadapté là encore puisque le bien immobilier s'en trouve alors mis de côté). Il convient par conséquent d'être particulièrement attentif à ces éléments et vigilant lors du recours à un prestataire, quelle que soit sa forme juridique : association loi 1901, SA, SARL, EURL, entreprise individuelle, auto-entrepreneur.

L'offre et la demande de home sitting[modifier | modifier le code]

Bien qu'il n'existe aucune statistique officielle, le nombre de propriétaires en demande de home-sitting semble nettement inférieur au nombre de home-sitters en attente de séjours.

On estime entre 25 et 40 le nombre d'associations et d'entreprises proposant leurs services au national et au moins le triple si l'on y ajoute les acteurs économiques offrant des prestations de dog-sitting ou pet-sitting, dont le principe est assez proche, mais sans présence au domicile.

Côté propriétaire, les tarifs de mise en relation étant très variables d'un intermédiaire à l'autre, il est fortement conseillé de faire une étude du marché, les prix allant du simple au triple, et les réelles prestations (étude du besoin ou pas, sélection des candidats...) étant très différentes. Un bon questionnement de l'intermédiaire doit permettre de savoir si la prestation proposée est une simple diffusion d'offre et de demande, sans réelle intervention humaine (ce qui explique certains tarifs très bas), ou s'il s'agit d'une prestation sur mesure, adaptée à un besoin précis, sécurisée par des assurances et un support technique et humain en cas de problème.

La cotisation du home-sitter quant à elle, systématiquement facturée il y a quelques années, n'existe pas chez certains prestataires. Certains proposent aussi le règlement d'une adhésion uniquement en cas de départ. D'autres encore, le plus souvent des associations, offrent le remboursement de certains frais d'essence sur la base d'un forfait pouvant atteindre plusieurs dizaines d'euros.

L'abonnement du home-sitter à un service de home-sitting entraîne son référencement dans une base de données, après étude d'un dossier de sélection plus ou moins détaillé, et parfois un ou des entretiens téléphoniques approfondis chez un nombre limité de prestataires. Une fois répertorié, le futur gardien bénévole reçoit généralement une liste d'annonces qui lui permet de poser sa candidature sur un ou plusieurs séjours en particulier.