Holnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Holnon
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Canton Vermand
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Vermandois
Maire
Mandat
Jean-Marc Lemaire
2014-2020
Code postal 02760
Code commune 02382
Démographie
Population
municipale
1 424 hab. (2011)
Densité 224 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 34″ N 3° 12′ 48″ E / 49.8594444444, 3.21333333333 ()49° 51′ 34″ Nord 3° 12′ 48″ Est / 49.8594444444, 3.21333333333 ()  
Altitude 109 m (min. : 85 m) (max. : 141 m)
Superficie 6,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Holnon

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Holnon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Holnon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Holnon

Holnon est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, la société locale est divisée entre gros fermiers, propriétaires de fermes dépassant la centaine d’hectares, et ouvriers agricoles très dépendants. Ces deux classes s’affrontent lors de la décennie révolutionnaire. Un des épisodes de cet affrontement est celui de la levée en masse décrétée par la loi du 24 février 1793. Le règlement de la levée prévoyait, en cas d’insuffisance des volontaires, le recours au tirage au sort ou à l’élection pour désigner les recrues manquantes. La municipalité, élue par les ouvriers agricoles, choisit l’élection, et l’élection désigna les fils des gros propriétaires pour partir à l’armée, sorte de revanche pour les petits ouvriers[1].

En 2010, la commune adhère à la communauté de communes du Pays du Vermandois.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1965 Edmond LEGRAND    
1965 mars 2008 Jean Delépine RPR  
mars 2008   Jean-Marc Lemaire[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 424 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800 801 830 803 902 900 922 904 855
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
847 764 718 688 655 630 634 651 629
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
653 676 621 313 426 460 455 412 478
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
409 414 1 231 1 216 1 199 1 334 1 364 1 374 1 424
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Benoît Delépine (fils de l'ancien maire), réalisateur, ancien auteur des Guignols de l'info et coprésentateur de 7 jours au Groland sur Canal +

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Brassart, « "Plus de vingt paysanneries contrastées en révolution". De la pluralité des dynamiques sociales du politique en milieu rural pendant la révolution », Annales historiques de la Révolution française, 359 | janvier-mars 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 08 avril 2014.
  2. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]