Hoffmann-La Roche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 33′ 31″ N 7° 36′ 27″ E / 47.5586, 7.6075

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hoffmann et Roche (homonymie).

F. Hoffmann-La Roche AG

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Hoffmann-La Roche

Création 1er octobre 1896
Personnages clés Fritz Hoffmann-La Roche (fondateur)
Forme juridique Société anonyme[1]
Action SWX : ROG
Siège social Drapeau de Suisse Bâle[1] (Suisse)
Activité Industrie pharmaceutique
Produits Anexate, Apranax, Avastin, Bactrim, Bondronat, Cellcept, Copegus, Érivedge, Herceptin, Invirase, Lariam, Kadcyla, Lexomil, Librium, Lytos, MabThera, Neorecormon, Pegasys, Pulmozyme, Redoxon, Roferon, Rovalcyte, Tamiflu, Tarceva, Valium, Xeloda, zelboraf, Zenapax, Rohypnol, Rivotril
Effectif 82 089 (2012)[2]
Site web www.roche.com
Fonds propres 68,2 %
Chiffre d’affaires CHF 45,499 mrd (2012)[2]
Résultat net CHF 9,773 mrd (2012)[2]

Roche (F. Hoffmann-La Roche SA) est une entreprise pharmaceutique suisse, et l'une des premières entreprises mondiales du secteur.

La société présente depuis 2004 deux sections parallèles, le secteur pharmaceutique et le secteur diagnostic. Numéro un mondial dans les médicaments contre le cancer ainsi qu'en virologie, le groupe dirigé par le Dr Severin Schwan se focalise essentiellement dans la « médecine individualisée ».

La société est présente commercialement dans 150 pays. Son siège se situe à Bâle en Suisse. Son chiffre d'affaires s'est élevé en 2012 à 45,499 milliards de francs suisses. La société a dépensé 8,475 milliards de francs suisses en Recherche et Développement. En 2012, l'entreprise compte 82 000 salariés environ[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La société a été fondée le 1er octobre 1896 par Fritz Hoffmann-La Roche. Très rapidement, il ouvrit des filiales à Grenzach en Allemagne (1897), à Milan en Italie (1897), à Paris en France (1903), à New York aux États-Unis (1905), à Londres en Grande-Bretagne (1908), à Saint-Pétersbourg en Russie (1910) ainsi qu'à Yokohama au Japon (1912).

En 1933, Roche lance la synthèse de la vitamine C grâce aux travaux de Tadeusz Reichstein (Prix Nobel en 1950).

En 1958, Roche acquiert les laboratoires Sauter de Genève. En 1963, Roche produit le Valium, un tranquillisant de la classe des Benzodiazépines.

En 1972, Givaudan, une de ses filiales, est mise en cause dans l'affaire du talc Morhange qui tua 36 bébés et en intoxiqua plus d'une centaine. En1976, l'accident de Seveso affecte une usine de la filiale Icmesa.

En 1989, Roche est restructuré avec la fondation de Roche Holding AG. En 1989, est inauguré à Strasbourg du Roche International Clinical Research Centre.

En 1994, Roche acquiert du groupe pharmaceutique américain Syntex Corporation, de Palo Alto (Californie) qui deviendra Roche Bioscience. En 1997, Roche met MabThera sur le marché, premier médicament contre le cancer issu de la technologie des Anticorps Monoclonaux.

Boîte de Tamiflu produite par Roche

En 1999, la Food and Drug Administration autorise le Tamiflu efficace contre la grippe aviaire de type H5N1. En 2000, la société Givaudan est mise en bourse et est vendue par le groupe Roche.

En 2001, La société est reconnue coupable par la Commission européenne d'avoir créé un cartel d'entreprises pharmaceutiques dans le domaine des vitamines et est condamnée à une amende de 462 millions d’euros[3].

En 2011, Roche achève l'acquisition du laboratoire Genentech pour 47 milliards de dollars. Roche possédait, depuis 1990, la majorité des actions de Genentech. La même année, Roche signe l'acquisition d'Anadys Pharmaceuticals[4]. Toujours en 2011, Roche est accusé d'entente avec Novartis pour imposer à un prix exorbitant le traitement de la dégénérescence maculaire[5].

En mai 2014, Hoffmann-La Roche acquiert Genia Technologies, spécialisé dans le séquençage d'ADN, pour 350 millions de dollars[6]. En juillet 2014, Roche acquiert l'entreprise de biotechnologie Seragon, issue de la scission d'Aragon Pharmaceuticals après son acquisition par Johnson & Johnson, pour 1,7 milliard de dollars[7]. En août 2014, Roche acquiert l'entreprise danoise de biotechnologie Santaris pour 450 millions de dollars[8]. Le même mois, Roche acquiert 100% du groupe InterMune, produisant le pirfénidone, pour 8,3 milliards de dollars[9] [10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]