Hoax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.

Hoax est un mot anglais qui désigne un mensonge créé de toutes pièces. Conçu pour apparaître crédible et véritable, ce canular peut parfois avoir un but malveillant. En français, le sens du mot hoax est restreint au canular informatique (à ne pas confondre avec le canular téléphonique ).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon le philologue anglais Robert Nares (en), le mot hoax serait apparu à la fin du XVIIIe siècle et proviendrait de la contraction du verbe hocus, qui signifie « tricher »[1], « imposer à quelqu'un »[1] ou encore « embrouiller, souvent à l'aide d'une liqueur droguée »[2]. Le mot hocus est une contraction de l'incantation magique « hocus pocus »[2], qui est elle-même un raccourci de la phrase « Hocus pocus, tontus talontus, vade celeriter jubeo » (citée dans le livre de Thomas Ady (en) publié en 1656 A candle in the dark, or a treatise on the nature of witches and witchcraft[3]) ; ce charabia en latin de cuisine permettait au prestidigitateur de distraire son audience pendant ses tours de magie[3].

Informatique[modifier | modifier le code]

Différents sites internet luttent contre la propagation des canulars :

Autres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Robert Nares, A glossary: or, Collection of words, phrases, names, and allusions to customs, proverbs, &c., which have been thought to require illustration, in the works of English authors, particularly Shakespeare, and his contemporaries., Londres,‎ 1822 (lire en ligne), p. 235
  2. a et b (en) Merriam-Webster Dictionary, « Definition of HOCUS » (consulté le 21 novembre 2013)
  3. a et b (en) Editors of the American Heritage Dictionaries, More Word Histories and Mysteries: From Aardvark to Zombie., Houghton Mifflin Harcourt,‎ 2006 (ISBN 0-618-71681-5), p. 110