Hitch, expert en séduction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hitch, Expert en séduction

Titre québécois Hitch
Titre original Hitch
Réalisation Andy Tennant
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Durée 118 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hitch, expert en séduction est une comédie romantique américaine réalisée par Andy Tennant sortie en 2005, avec pour acteurs principaux Will Smith et Eva Mendes, ayant pour cadre la ville de New York et sa vie active trépidante, tant professionnelle que sentimentale.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Alex Hitchens (Will Smith), surnommé Hitch, travaille à son compte en exerçant la profession très particulière de Docteur Love, une sorte de coach très efficace pour personnes malchanceuses en amour, qui lui vaut un succès certain. Son prochain défi : aider l'obscur, maladroit et désespéré comptable Albert Brenamann (Kevin James) à conquérir la jeune et riche inaccessible héritière Allegra Cole (Amber Valletta). Hitch ne sait pas encore qu'il va se trouver devant un 2e défi beaucoup plus personnel, suite à sa rencontre avec la journaliste Sara Melas (Eva Mendes), une irrésistible célibataire à priori définitivement méfiante sur la gente masculine, responsable de la couverture people d'un tabloïd New Yorkais et ayant pour meilleure amie Casey Sedgewick (Julie Ann Emery), une célibataire malchanceuse en amour et prête à tout pour y remédier. Chasseuse de scoops, Sara est naturellement amenée à informer le public de son journal des dernières frasques des célébrités, et finit par être intéressée par l'histoire de ce Docteur Love.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur Doublagissimo[1]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Références culturelles[modifier | modifier le code]

  • Allegra Cole est une référence à Allegra Coleman (en), une célébrité inventée par le magazine Esquire à qui Ali Larter avait prêté ses traits.
  • À l'origine Last First Kiss[2] (le dernier premier baiser) avait été envisagé comme titre du film (à un moment dans le film, Hitch dit à Albert qu'Allegra pourrait lui donner son dernier premier baiser).
  • Le prénom de la première fiancée de Hitch, Cressida, est une référence à une figure imaginaire de la Guerre de Troie inventée au Moyen Âge, que l'on retrouve dans Troïlus et Cressida de Shakespeare.

Scènes notables[modifier | modifier le code]

  • La toute première scène du film établit et illustre le personnage professionnel de Hitch, son métier particulier, les principes sur lesquels reposent son approche et ses techniques. la scène conclut sur le mantra qu'il répète à ses clients: "Principe de base? N'importe ou, n'importe quand, n'importe quel homme peut avoir n'importe quelle femme". Ce message a été répété en trame sonore tout le long de cette séquence à travers la chanson de Jimmy Cliff "You can get it if you really want". L'entrée en scène de Hitch est éditée à la manière d'une publicité. La séquence suivante établit le personnage professionnel de Sara, une paparazzi, son pessimisme concernant les hommes; on découvre également au bureau, à travers les remarques d'un collègue et de son patron, son workaholisme et un perfectionnisme professionnel qui sert de compensation à ses difficultés relationnelles. Contrairement à la présentation de Hitch, la présentation de Sara se fait sans trame sonore et est édité à la manière d'un reportage de journal télé "sans Commentaires". Alex Hitch et Sara Melas, deux personnes qui évoluent sur deux planètes si éloignées l'une de l'autre qu'une rencontre entre eux est tout ce qui semble improbable tout autant que semble, à priori, improbable une relation entre Albert Brennaman (un modeste comptable coincé) et Allegra Cole (une dame de la haute société New-Yorkaise). Tout l'ADN du film est ainsi posé: Deux histoires d'amours à priori improbables qui s'entrecroisent, se miroitent l'une dans l'autre comme une double chaine bicaténaire d'histoires basée sur 4 personnages clés. Ils seront complétés par un 5e élément invisible, le sort ou la nature ignorée ou refoulée des protagonistes, qui se chargera de fausser bien de calculs et rendre le résultat des jeux toujours incontrôlable ou imprévisible.
  • Le maître en séduction qu’est en principe Hitch multiplie les tentatives ratées auprès de Sara  : il la fait tomber dans l’eau glacée de l’Hudson, il lui fait visiter Ellis Island où elle découvre avec horreur, sur le registre portant les noms des immigrés, la trace du passage de son grand-père, un meurtrier en série que la famille avait été contente de voir disparaître, il accroche sa chemise dans la porte du taxi, il va avec elle au restaurant, fait un Œdème de Quincke après avoir mangé des fruits de mer et, gorgé d’anti-histaminiques, termine la soirée semi-comateux sur le canapé de Sara. Tournures d'autant plus paradoxales que dans la scène du billard Hitch démontrait qu'avec les femmes il n'était pas seulement un théoricien, en séduisant la fille qu'il a fait semblant de prendre pour une serveuse afin de l'attirer en aparté. Les nombreux ratés de Hitch auprès de Sara approfondissent le personnage de Hitch: devant le véritable amour, tout son savoir-faire devient vain, il redevient le Hitch lycéen maladroit qu'il a toujours été lorsqu'il aime. Mais c'est pourtant ces ratés qui séduiront la fille plutot que ses calculs savants, tout comme ce seront les ratés naturels d'Albert Brennaman qui séduiront Allegra plutot que les conseils de Hitch.
  • Sara, son patron et sa femme (une psychologue), invitent Hitch à un diner spécial afin de lui arracher le ver du nez et savoir pourquoi c'est à son nom que l'invitation de l'agent d'Allegra Cole a été envoyée, pour ensuite attérir dans les mains d'Albert Brennaman. Mais aucune de leurs stratégies ne fera parler Hitch qui est rusé. Le sort s'y mêle, tel un troisième joueur invisible, les fruits de mer provoquent une allergie chez Hitch.
  • Sur le canapé chez Sara (après la scène de l'allergie), Hitch découvre la cause secrète et refoulée du cynisme de Sara envers les hommes: à l'âge de trois ans, elle a presque assisté à la noyade de sa sœur à qui son père à du faire du bouche à bouche. En expert du langage féminin, il décoda le message. Lorsque Sara demanda à Hitch si son propre secret à lui était similaire, celui-ci acquiessa en hochant la tête tout en dormant, suggérant allusion à la scène ou (sous une pluie battante) il surprenait sa copine du lycée, Cressida Baylor (interprêtée par Robinne Lee), dans une voiture entrain de faire du bouche à bouche avec un autre garçon. Évènement qui lui a un jour brisé le cœur et qui a réalisé l'alchimie existentielle de le transformer en évangeliste des techniques du savoir-séduire auprès des autres hommes, disait Hitch quelques scènes plus tôt dans le film. La scène du canapé rapproche les deux protagonistes en révélant les éléments communs de leurs histoires psychologiques.
  • La scène de la répétition du dernier premier baiser d'Allegra. Hitch donnait à Albert Brennaman un dernier truc de coach. Le contrat entre Hitch et ses clients, tel qu'expliqué dans la scène d'introduction, repose sur la garantie de trois rencontres dont le dernier devrait aboutir au premier baiser. Albert avait déja eu deux rencontres avec Allegra. La leçon du jour portait sur l'art d'initier le premier baiser en reconduisant sa cavalière à sa porte: la technique "hitchienne" d'approche du premier baiser dite 90%-10% ou l'Homme fait 90% de rapprochement, se colle au visage de la femme et laisse celle-ci compléter les 10% restants de distance. Pour ce faire, Hitch joua le rôle d'Allegra et demanda à Albert d'imaginer qu'il embrasse Allegra (Un jeu intéressant aussi sur le plan purement cinématographique: mise en scène dans une mise en scène, un personnage d'un film en incarne un autre dans le même film tout en jouant le metteur en scène, tandis qu'un autre s'auto-incarne en jouant l'acteur (Hitch incarne Allegra et dirige Albert, qui s'auto-incarne en jouant lui-même)). Au début, Albert hésita fort gêné. Mais bientot, sous l'impulsion du coaching instructeur, ensuite incitateur puis hypnotisant de Hitch (qui joue avec la clé tout en lui faisant verbalement visualiser Allegra dans l’imaginaire d'Albert), ce dernier finira par fondre dans l'illusion du mini scénario. L'illusion se rompt lorsqu'il embrassa Hitch sur la bouche. Ce dernier le repousse en criant (version anglaise): "What the Hell is that"? Ironie, en mai 2012 à Moscou sur le tapis rouge de la première de Men In Black 3, Will Smith se fera embrasser sur la bouche par le reporter Ukrainien Vitali Sediuk. Ce jour-là, Will Smith le repoussera et cria: "What the Hell is your problem"? Dans la livraison en ligne de TMZ du 18 mai 2012, les techniques d'auto-publicité de Sediuk, un faiseur de canulars bien connu, furent qualifiées de "Schtick", terme qui signifie "pièce" en Yiddish, un terme à rapprocher de la terminologie anglaise de "Gamesmanship" c'est-à-dire un agent ou croupier ou joueur prêt à utiliser tout moyens pour gagner, sans considération de la moralité de la méthode (un des thèmes majeurs du film). La scène de la chienne sauvée d'un écrasement de voiture afin de permettre à son client d'entrer en contact avec sa propriétaire est un exemple de canular "Hitchien" qui illustre le concept du Schtick
  • En se réveillant le matin, après la nuit des confidences, Sara découvre que Hitch est parti avant son réveil. Elle se morfond et jure de ne plus baisser les gardes. Il était juste parti chercher du thé pour elle. En sortant de chez Sara, ils s'embrassent. Sara est toute transformée, le pessimisme est passé ! Lorsqu'elle retrouve Casey, celle-ci la trouve étrange quand elle tient des propos optimistes sur les hommes.
  • 3e acte du film: le torchon brûle entre Hitch et Sara après qu'elle a découvert que le mystérieux Docteur Love est Hitch, qui cache sa vraie identité et ne travaille que sur bouche à oreille de ses clients. Vance Munson (Voir plus loin dans cette section) avait réussi à faire porter le chapeau d'un de ses forfaits au Docteur Love (pour se venger de s'être fait tordre le bras par lui lorsqu'il voulut le recruter pour une mission qui l'avait rebuté). D'abord il l'a dit à la victime de son forfait (qui est Casey, l'amie de Sara), puis plus tard lorsque confronté par Sara, il remit à celle-ci la carte d'affaire du Docteur Love. Grâce à cette carte, Sara piége Docteur Love en montant un faux marché pour lui avec la complicité d'un collègue, afin de le photographier en cachette et ainsi révéler publiquement son identité.
  • Sara et Hitch se retrouvent ensuite lors d’une réunion de speed dating ou elle est venue encourager son amie Casey à faire une rencontre, et il la perturbe de même que les autres participants. Ne pouvant plus supporter leurs bruits, une femme piqua une vive colère et déclara: "Bon ça suffit maintenant, ça fait un an que je n'ai pas baisé". Hitch réalise enfin le malentendu
  • Le "trader" Vance Munson, consommateur de jeunes femmes, qui ne recherche avec elles que "get in, get off, get out" ("pénêtrer, jouir, ficher le camp") venait de faire le coup à Casey, qui rapporta tout à sa meilleure amie : Sara Melas le confronte, et lui envoie en guise d’adieu un coup de genou dans les parties génitales, qui le sonne au point qu’il lâche son attaché-case et va se cogner la tête sous la queue du taureau de Wall Street, dans le quartier où il officie.
  • Hitch avoue son amour à Sara à travers une porte (la scène est filmée à travers le judas optique), puis en se relevant du pavé sur lequel il a été projeté en voulant monter sur la voiture de Sara alors qu’elle démarrait, accompagnée d'un monsieur que Hitch a vu sortir de chez elle. Cette scène reproduit la scène du lycée, lors de laquelle Hitch surprenait sa copine avec un autre garçon dans une voiture. On découvrira plus tard que l'homme qui accompagne Sara est son beau-frère, le mari de sa sœur (cette dernière avait failli se noyer quand elles étaient enfants, voir plus haut dans cette section)
  • L’actrice nonagénaire Mimi Weddel joue la grand-mère d’un héritier à marier. Elle simule une fausse route alimentaire lors du grand mariage d'Allegra Cole, suffoque, se fait faire une manœuvre de Heimlich par une jolie célibataire esseulée, la pousse dans les bras de son petit-fils, puis fait à travers son face-à-main un clin-d’œil coquin à Hitch. Et lui, beau joueur, concède : "Principe de base ? Y en a pas".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de doublage V. F. du film » sur Doublagissimo, consulté le 2 décembre 2012
  2. Last First Kiss

Liens externes[modifier | modifier le code]